La vie extraterrestre peut-elle se développer autour des étoiles chaudes ?


Les scientifiques, qui recherchent des traces de vie telle que nous la connaissons, se concentrent généralement sur des planètes gravitant autour d'étoiles de type G. Les étoiles de classe G (ou naine jaune) sont les mieux connues, pour la seule raison que le Soleil appartient à cette classe.
 
Certains scientifiques pensent que la vie peut aussi se développer sur des planètes orbitant autour de petites étoiles plus froides. Mais une étude récente suggère que la vie extraterrestre pourrait exister sur des planètes gravitant autour d’étoiles très chaudes.

Un article publié dans « The International Journal of Astrobiology » affirme que les scientifiques ne devraient pas limiter leur exploration de la vie extraterrestre sur des étoiles similaires à notre soleil. Le professeur de physique à l’Université du Texas à Arlington, Manfred Cuntz, co-auteur du papier, a expliqué au Magazine d’Astrobiologie :
 
« La pensé prédominante veut que les étoiles potentiellement capables d’accueillir la vie soient de type K (ces naine orange sont des étoiles de couleur orange, légèrement moins chaudes que le Soleil, température de surface : 4 000 K) ou même de type M (elles sont les plus nombreuses et possèdent une température de surface de 2 500 à 3 900 K2), en fonction de leurs durées de vie relativement longues et de leurs hautes fréquences par rapport aux autres. . . Le seul cas connu de vie intelligente se trouve sur notre soleil, identifié comme une étoile de type G, relativement chaude et massive. . . Par conséquent, il semble tout à fait approprié d'étudier les étoiles les plus chaudes et plus massives que le Soleil. »

Types d'étoiles, de la plus petite à la plus grande. (Crédit: Wikimedia Commons / LucasVB)

Les étoiles de classe F sont encore très lumineuses (température de surface : 7 200 K à 6 000 K), et sont en général des étoiles de la séquence principale, comme upsilon Andromedae A dans la constellation d'Andromède, Canopus, l'étoile Polaire, ou encore Procyon A. Leur spectre est caractérisé par des raies d'hydrogène plus faibles que dans les étoiles A et la présence de raies des métaux neutres et ionisés (Fe I, Fe II, Ti II, Ca I, Ca II, Mg I, etc.).
 
Bien que les scientifiques impliqués dans cette étude émettent l'hypothèse que les étoiles de type F sont un peu plus propice à la vie, selon eux, ces systèmes solaires autrefois considérées comme inhospitalier pourraient être des candidats de choix pour leur habitabilité.
Étoiles les plus chaudes (Crédit: NASA / Kepler Mission / Dana Berry)

Comme le Daily Mail rapporte, « L'étude suggère que des êtres situés sur une planète en orbite autour d'une étoile de type F recevraient jusqu'à 7,1 fois plus de dommages en terme de rayonnement que les habitants de notre Terre.
Néanmoins, une atmosphère et un océan pourraient fournir une protection suffisante pour permettre à la vie extraterrestre de survivre.

Effectivement, trop de rayonnement serait mauvais.

Mais Cuntz explique : " D'une manière générale, les UV doivent être considérés à la fois des amis et des ennemis.
Au stade actuel de notre planète, l'absence d'une couche d'ozone serait vraiment préjudiciable pour les différents types d’organismes biologiques. D'autre part, en ce qui concerne l'origine de la vie et les premiers stades de l'évolution, une intensité notable au niveau du rayonnement UV pourrait être importante afin de faciliter l'apparition de la vie, provoquant des réactions biochimiques en début de développement."

Source : openminds.tv et Traduction par Ovnis-Direct
Définition des types d'étoiles par Wikipédia.