Vie extraterrestre : Le SETI livre ses résultats sur KIC 8462852

Les astronomes avaient provoqué un véritable buzz médiatique après avoir annoncé la découverte par Kepler d’une étrange étoile, KIC8462852, autour de laquelle gravitait une masse "d’objets non identifiés".
 
Sachant que l'hypothèse de "l'essaim de comètes" ne satisfaisait pas les scientifiques.
 
Néanmoins, le SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence qui veut dire "recherche d'une intelligence extraterrestre") vient d’annoncer qu’il rejetait l'idée d'une origine extraterrestre de ce phénomène inhabituel entourant l’étrange étoile, située entre les constellations Cygnus et Lyra.
 
Suite à la découverte astronomique, le SETI a mis l'étoile sur écoute pendant plus de deux semaines à l’aide de l’« Allen Telescope Array », réseau de 350 antennes situé en Californie.


Les astronomes ont principalement utilisé deux longueurs d'onde, connues pour se distinguer plus facilement des différentes émissions naturelles en provenance de l'univers et de ses étoiles, et aussi parce qu'elles ne font pas partie des fréquences totalement filtrées par l'atmosphère terrestre. :
 
. Des signaux à bande étroite dans la fréquence des 1 Hertz, qui pourrait, selon le SETI, être utilisée comme appel par une civilisation souhaitant révéler sa présence.
 
. Des signaux à bande large (jusqu'à 10 GigaHertz) qui pourraient être le signe de trafic spatial dans les environs de l'étoile. Si des "astronefs" y circulent, leur mode de propulsion dégage de l'énergie, et une partie doit en être détectable.


Gerry Harp, chercheur de cet institut, déclare : « C'est la première fois que nous avons utilisé l'Allen Telescope Array pour rechercher des signaux à bande relativement large, un type d'émission que nous ne considérons généralement pas dans les recherches du SETI »


Le SETI n'a trouvé "aucune preuve claire" de l'un des deux types de signaux. Cela exclut donc « les transmetteurs omnidirectionnels d'approximativement 100 fois l'énergie utilisée sur Terre pour les signaux à bande étroite, et 10 millions de fois cette énergie pour les émissions à large bande ».
 
Le média nouvelobs rapporte que si ces quantités peuvent sembler importantes, il faut se souvenir que KC 8462852 se trouve tout de même à 1400 années-lumière, et que capter des signaux d'aussi loin nécessite une grande puissance d'émission à l'autre bout. De plus, une civilisation qui serait capable de construire des capteurs solaires géants tout autour de son étoile aurait une consommation énergétique bien supérieure à la nôtre... bien suffisante pour que nous détections des signaux dans les gammes recherchées.
 
Nous estimons, objectivement, les conclusions du SETI extrêmement hâtives et attendons plus d’explications de la part des astronomes sur la nature de cette récente découverte.

D'autre part, nous continuons de nous interroger sur l'utilité du SETI dont les moyens de recherche de vie extraterrestre ne semblent absolument pas adaptés. Des civilisations extraterrestres évoluées n'utiliseraient certainement pas les mêmes moyens de communication que nous.