USS Nimitz - Nouveaux témoignages de militaires sur le cas d'ovnis du siècle ?

Publié le 18/05/2019

Les pilotes de chasse et les opérateurs radar de l'USS Nimitz décrivent leur expérience terrifiante et encore inexplicable de 2004. Cela a débuté comme un exercice d'entraînement naval de routine avant de devenir plus tard l'une des observations d'OVNI les mieux documentées et les plus déconcertantes du 21ème siècle.

Parmi les témoins figuraient des militaires hautement qualifiés, parmi lesquels plusieurs opérateurs de radar et des pilotes de chasse avec une grande expérience, qui, au moment des observations, étaient aux commandes de la technologie de vol sans doute la plus évoluée. Et pourtant, personne n’a jusqu’ici été capable d’expliquer cette observation.

C’était le 14 novembre 2004 dans l’océan Pacifique, à environ 100 milles au sud-ouest de San Diego en Californie.

Le groupe USS Nimitz Carrier Strike, qui comprenait le transporteur à propulsion nucléaire et le croiseur missile USS Princeton, effectuait une série d’exercices avant son déploiement dans le golfe Persique.

Vers 14 heures, deux avions de chasse F/A-18F Super Hornet du Nimitz ont reçu un ordre inhabituel de la part d’un officier des opérations qui se trouvait à bord du Princeton. Déjà en vol, on a demandé aux pilotes d'interrompre leurs manœuvres d'entraînement et de se rendre vers de nouvelles coordonnées du fait de la présence d’une tâche observée « dans le monde réel ».

Plus inquiétant encore, l'officier leur a demandé s'ils portaient des armes réelles et ils ont répondu que NON.

Une présence déconcertante à 80.000 pieds

Le radar très perfectionné de Princeton détectait déjà des objets mystérieux depuis plusieurs jours. La Marine les appelait «véhicules aériens anormaux» ou AAV - terme préféré de l'armée pour qualifier les objets volants non identifiés, ou OVNIS.

Selon Kevin Day, le principal opérateur-radar de Princeton à cette époque, son écran a détecté plus de 100 AAV au cours de la semaine.

"Les regarder sur les écrans était comme regarder de la neige tomber du ciel", a-t-il déclaré lors de sa première interview à la caméra, dans le cadre de l'émission " Unidentified: Inside Of UBS Investigation" de la chaine HISTORY.
 
Selon Kevin Day, les AAV sont apparus à une altitude supérieure à 80.000 pieds, beaucoup plus élevée que celle des avions commerciaux ou militaires.
 
Au départ, l’équipe radar de Princeton ne croyait pas ce qu’elle voyait, suspectant des anomalies au niveau de leurs équipements. Mais après avoir déterminé que tout fonctionnait comme prévu, ils ont commencé à détecter des cas d’AAV se laissant tomber à une vitesse étonnante en direction de l’océan et c’est alors que Day a approché le commandant de Princeton pour que des mesures soient prises.
 
"Je voulais juste intercepter ces choses."
 
Des mers agitées, une merveille sans ailes

Deux combattants ont reçu l’ordre d’intercepter l'un des objets étranges. À leur arrivée sur les lieux, les pilotes n'ont vu aucun objet volant. Mais ils ont observé ce que le pilote principal, le commandant David Fravor, a qualifié de "perturbation" dans l'océan. L'eau bouillonnait, avec des vagues blanches.
 
Ils ont ensuite remarqué que l'un des objets volait à une cinquantaine de mètres au-dessus de l'océan. Fravor, commandant de l'escadron d'élite « Black Aces », diplômé du programme Top Gun et comptant plus de 16 années d'expérience, l'a décrit comme « long et mesurant une trentaine de mètres, en forme de bonbon Tic Tac et sans moyen de propulsion évident. Il était de couleur blanche, sans ailes, ni rotors. »
 
Encore plus étrange étaient ses mouvements rapides et erratiques, ce que Fravor a décrit à HISTORY comme quelque chose qu’il n’avait jamais vu de toute sa vie : « Cette chose allait d’un chemin à l’autre, comme si vous jetiez une balle de ping-pong contre le mur. »
 
Un autre pilote de la marine qui a servi a coté de Fravor ce jour-là s’est exprimé sous le couvert de l'anonymat et témoigné son récit très similaire à celui de Fravor.
 
Désormais officier de haut rang de la Marine, elle était pilote débutant en 2004. Elle se souvenait avoir été terrifiée, observant le pilote plus expérimenté en train de tenter d'intercepter cet engin étrange : « C'était tellement imprévisible: haut G, vitesse rapide, accélération rapide. Alors vous vous demandez: comment puis-je éventuellement lutter contre cela ?
 
Fravor explique que l'engin est monté et puis arrivé juste à proximité de son avion: « Tout à coup, il a réalisé une sorte de tour et a accéléré rapidement – à une vitesse supérieur à tout ce que j'ai vu jusqu’à présent ».
 
Alors que le Tic-Tac accélérait au loin, selon Day, des avions à réaction de la Navy ont commencé à décoller du porte-avions pour tenter d'intercepter les autres objets mystérieux que le radar de Princeton suivait.
 
Bien que Fravor n'ait pas pu capturer la rencontre en vidéo, l'un des pilotes qui a décollé après son atterrissage a été en mesure de localiser l’objet. Il a réussi à capturer la vidéo d'un Tic-Tac, grâce au système de caméra infrarouge très sensible.
 
La Marine, qui semble avoir fait peu d’efforts pour enquêter sur l’épisode de Nimitz en 2004, semble également prendre le sujet plus au sérieux à présent. À la fin du mois d'avril 2019, la Marine a annoncé qu'elle préparait de nouvelles directives pour signaler toute observation d '«aéronef non identifié». Cette initiative visait à désamorcer ces informations et à aider les membres de l’armée à signaler ce type d’observation sans peur du ridicule.
 
Un porte-parole de la Marine a déclaré: "Ces dernières années, un certain nombre d'aéronefs non autorisés et/ou non identifiés ont pénétré dans divers champs de tir contrôlés par l'armée et dans un espace aérien désigné". ”
 
Comme pour tout ce qui concerne les OVNIS, AAV et UAP, l'incident de Nimitz a intéressé des sceptiques. Certains ont suggéré que les embarcations étaient des drones de reconnaissance avancés et que l'eau agitée avait été provoquée par un sous-marin. Mais quel que soit le fameux Tic-Tac, il est difficile de nier que les pilotes, les opérateurs de radar et la caméra infrarouge avaient vu quelque chose. 

SourceHISTORY