Un séminaire du CEFAA expose des cas irréfutables
  


Un séminaire organisé par le comité d’étude des phénomènes aériens anormaux (CEFAA), rattaché à la direction générale de l'aéronautique civile du Chili, dans le cadre de la réunion aérienne internationale, évoquait les témoignages d’ovnis.

D’impressionnantes confidences ont été livrés par des pilotes professionnels concernant les observations d’objets volants non identifiés au Pérou et en Argentine.  Ils sont notamment répertoriés dans une sorte de "Blue Book Chilien", qui regroupe de nombreux cas d’ovnis de grande ampleur.


Ils sont notamment revenus sur la fameuse affaire du commandant (R) de la Force aérienne du Pérou (FAP) Oscar Santa Maria, qui a relaté une rencontre avec un mystérieux objet volant.
 
Il y a trente-cinq ans, le pilote de chasse Oscar Santa Maria Huerta a tenté d'abattre un engin en forme "d'ampoule mystérieuse". Il s’agit de l’un des rares cas documentés où un avion militaire a attaqué de la sorte un OVNI.
 
C’était le matin du 11 avril 1980, lorsque le lieutenant de l'armée de l'air péruvienne, âgé de 23 ans, se préparait à effectuer ses manœuvres quotidiennes en compagnie de 1800 militaires et civils de la Joya Peruvian Air Force (AFB), située à 1000 km au sud de la capitale péruvienne. En Savoir Plus...

L’un des autres cas évoqués lors de ce séminaire est celui du capitaine Jorge Polanco, pilote civil au commande d’un Boeing 727 le 31 juillet 1995 dans le ciel de Bariloche (province de Río Negro, en Argentine). Il a observé un mystérieux objet de 30 mètres de diamètre, avant d’atterrir à l'aéroport de San Carlos.
 
« L'objet a été repéré aux alentours de l'aéroport. J’ai immédiatement interpellé la tour de contrôle pour savoir s’il s’agissait d’un avion étant donné que l’objet se situait sur une trajectoire de collision », a-t-il dit.
 
« La tour nous a répondu que non, et qu’il n’y avait pas d’aéronef dans ce secteur. L’ovni s’est ensuite positionné à droite du Boeing 727 » ajoute-t-il.
 
Le pilote décrit l’ovni comme « une soupe de plat de 30 mètres de diamètre, qui semblait de construction solide, et avec des reflets verts intenses. On observait sur le dessus une lumière orange, comme s’il s’agissait de quelque chose de vivant, en train de respirer ».
 
Il a déclaré : « Cette nuit de juillet, à Bariloche, je suis devenu convaincu sur nous n’étions pas seuls. Il existe une autre civilisation capable d’utiliser une technologie que nous sommes encore loin d’atteindre. »