Un satellite pour capturer des images d’ovnis en orbite


Un satellite pourrait prochainement être placé en orbite afin de rechercher des traces de présence d’ovnis et extraterrestres.

Des développeurs canadiens envisagent d'envoyer dans l’espace un satellite en orbite basse avec une caméra et des équipements de détection de rayonnement dans le but de capturer la première séquence vidéo d’un éventuel vaisseau extraterrestre.

Le projet de campagne de Crowdsourcing a attiré 50.000 $ (33.000 £) pour développer et lancer le projet "Cubesat" de divulgation.

Le "mouvement de divulgation" affirme que la NASA et d'autres agences spatiales ont la capacité de détecter les ovnis et extraterrestres, mais préfèrent retenir l'information afin d’éviter les effets dévastateurs sur les religions et la population.


Le satellite sera pourvu d’un compteur à scintillations pour vérifier les niveaux de rayonnements ionisants, dans le but d’indiquer la présence d'engins extraterrestres. Deux caméras enregistreront constamment des images avec une vue à 360 degrés.

L’Ingénieur Dave Cote, qui a développé l'idée avec d'autres chercheurs, a déclaré dans une vidéo promotionnelle : « Malgré de nombreuses observations et preuves, le gouvernement, l'armée et les médias ont passé leur temps à discréditer la réalité du phénomène ovni et des extraterrestres. »

Il a ajouté : « Ce que notre projet vise à faire est d'utiliser un satellite en orbite basse et contrôlée par nous afin d’étudier les objets potentiels dans l'atmosphère de notre terre. »



La start-up affirme que les contributeurs de 100 $ (66 £) ou plus seront autorisés à accéder à des données CubeSat, tandis que ceux qui ont payé 500 $ (330 £) pourront participer activement et prendre des images fixes.

Le CubeSat sera lancé à l’aide de la société IOS Interorbital.

M. Cote a ajouté : « Peut-être que nous allons aussi obtenir des données et images produites par les aurores boréales et des photographies très intéressantes de certains météores et peut-être espérer capturer des engins non identifiés ».


SourceEXPRESS