Un livre accuse l'US Navy d'avoir abattu le vol MH370


Publié le 20/05/2014


Malgré le fait que cet article n’ait rien à voir avec le dossier ovni, il est sans doute crucial de mettre en lumière les différents mécanismes de désinformation auxquels se prêtent certains États. Jusqu’où sont-ils prêts à aller ?

Ouvrage de Nigel Cawthorne, intitulé « Flight MH370 : The Mystery »
Les autorités malaisiennes ont annoncé le mardi 20 mai 2014 qu'ils publieraient les données satellitaires brutes utilisées pour affiner la recherche sur le Malaysia Airlines Vol MH370, qui a disparu avec 239 personnes à bord, il y a plus de deux mois.
 
Le refus de l'agence australienne de recherche à rendre publics les enregistrements audio des quatre signaux acoustiques de «ping», censés provenir des boîtes noires de MH370, a soulevé de nouveaux doutes concernant la disparition du Vol MH370.


Selon News.com.au, malgré une forte certitude initiale concernant la transmission de la boite noire du supposé avion, le Centre de coordination de l'Agence dirigée par Angus Houston semble désormais moins certain que les données proviennent de l'avion en cause dans l'accident.
 
Dans une déclaration au JACC, le « News Corp Australia » a déclaré que l'analyse sur les quatre détections se poursuivait.

Entre temps, un écrivain et journaliste australien, Nigel Cawthorne, publie « Flight MH370 : The Mystery », évoque une erreur de l'armée américaine dans la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines.
 
L’Auteur suggère que l'avion a été accidentellement abattu par des militaires américains lors de manœuvre d’entrainement conjoint avec les forces armées thaïlandaises, au-dessus de la mer de Chine du Sud.
Royal Australian Navy, commandant Peter Leavy (photo, à droite, avec le chef de recherche Angus Houston, le mois dernier)

Dans son introduction, Cawthorne écrit que les familles de victimes ne sauront « très certainement » jamais ce qui est arrivé à leurs proches. « Sont-ils morts sans souffrance, inconscients de leur sort ? Ou sont-ils morts dans la terreur dans une épave en feu, s'écrasant depuis le ciel dans les mains d'un homme fou ? », écrit-il.
 
Le livre relate le fait que Mike McKay, un Néo-Zélandais qui travaillait sur une plateforme pétrolière dans le golfe de Thaïlande au moment où le transpondeur de l'avion s'est éteint, a vu un appareil en flammes. L'écrivain fait le lien avec un exercice militaire mené conjointement par la Thaïlande et les États-Unis en mer de Chine méridionale au même moment.

Le localisateur de "ping"(TPL-25) sur le pont du navire australien de la Défense "Ocean Shield" a détecté deux signaux pouvant démontrer l'existance d'une boite noir, mais une analyse plus poussée a montré que les signaux peuvent n'avoir aucun lien avec celui du Vol MH370.

« Un participant a peut-être accidentellement abattu le vol MH370. Des choses pareilles arrivent. Personne ne veut un autre Lockerbie (ndlr: en 1988, le vol 103 de Pan Am aurait été détruit par des terroristes, en représailles d'une frappe accidentelle de l'US Navy contre un vol commercial iranien). Donc ceux qui étaient impliqués auraient toutes les raisons de se taire », écrit Cawthorne, qui suggère que les enquêteurs ont été délibérément lancés sur de fausses pistes. « Après tout, aucun débris n'a été retrouvé dans le sud de l'océan Indien, ce qui en soi est suspect », déclare l'auteur.

Sourcesmirror.co.uk ; dailymail.co.uk ; news.com.au ; belfasttelegraph.co.uk ; 20min.ch
Traduction par Ovnis-Direct