Étude scientifique : présence ou non de civilisation extraterrestre de type III ?

 
Une récente étude explique que des civilisations extraterrestres avancées sont probablement absentes ou extrêmement rares dans notre univers.

De nombreux scientifiques, spécialistes de l’Espace, ont de plus en plus tendance à mettre en évidence le fait que des civilisations extraterrestres avancées puissent être décelées grâce à la chaleur des déchets qu’ils engendreraient, et que ces civilisations auraient potentiellement pu exploiter des énergies considérables pour se développer.

L’Astronome russe Nikolai Kardashev avait de son côté développé un système de classification des civilisations extraterrestres avancées.

L'échelle de Kardashev (Шкала Кардашева en russe, Kardashev scale en anglais), proposée en 1964 par l'astronome soviétique, est une méthode théorique de classement des civilisations en fonction de leur niveau technologique et de leur consommation énergétique.

Cette échelle a été largement adoptée par les chercheurs du projet SETI et les futurologues, bien que l'existence de civilisations extraterrestres reste encore hypothétique.

La classification hypothétique dite de l'échelle de Kardashev distingue trois stades d'évolution des civilisations selon le double critère de l'accès et de l'utilisation de l'énergie


Type I planétaire, Type II stellaire, Type III galactique.
 
Une civilisation de Type I peut gérer les ressources énergétiques et matérielles entières de la planète.
Le physicien Michio Kaku, citant Dyson, estime que la Terre parviendra à une civilisation de Type I en 2200 environs. Il parvient à cette date en se fondant sur une extrapolation du taux de croissance actuel de la consommation énergétique de notre planète.
 
Une civilisation de Type II est capable d'exploiter les ressources énergétiques et matérielles d'une étoile et son système planétaire.
Selon le physicien Michio Kaku, Kardashev aurait prévu le développement d’une civilisation de Type II pour l’année 5200 environ.
 
Une civilisation de Type III est en mesure de mobiliser les ressources énergétiques et matérielles d'une galaxie entière.
Selon le physicien Michio Kaku, Kardashev prévoyait le développement d’une civilisation de
Type III pour les années 7800 environ de notre calendrier.


L'idée que des civilisations extraterrestres avancées puissent être détectées par des émissions d’ondes infrarouges avait été émise par le physicien Freeman Dyson en 1960.

Il avait indiqué : « S’il existe de gigantesques structures capables de collecter l’énergie à une échelle massive, celles-ci doivent nécessairement dissiper de l’énergie sous forme de rayonnement infrarouge, en vertu des lois de la thermodynamique. De la même manière que le font un radiateur, une chaudière ou panneau solaire. De telles émissions, si elles sont assez intenses, pourraient donc être détectées par un télescope infrarouge en orbite autour de la Terre... ».

Plus tôt cette année, Roger Griffith de l'Université de Penn State a compilé un catalogue de 93 galaxies candidates avec des émissions mi-IR. Ce type d'émission peut également être généré grâce à des processus astrophysiques naturels liés à l'émission thermique de la poussière chaude.



Le Professeur Garrett a effectué des mesures radio sur les meilleures galaxies candidates et constaté que la grande majorité de ces systèmes génèrent des émissions expliquées tout simplement par des processus astrophysiques naturelles, et pas par des usines toxiques par exemple…
 
« Une civilisation de type III n’existe pas dans notre univers local » a déclaré, en l’occurrence, le professeur Garrett, auteur d'un article publié dans la revue Astronomy & Astrophysics.
 
Il ajoute : « À mon avis, cela signifie que nous pouvons tous dormir en toute sécurité dans nos lits ce soir et qu’une invasion extraterrestre ne semble pas du tout probable. »
 
Selon le professeur Garrett, sa méthode pourrait également être utilisée pour aider à identifier des civilisations moins avancées, de type II par exemple.
 
Il admet tout de même qu’ « une civilisation de type III pourrait exister dans les conditions actuelles si on admet qu’elle arrive à considérablement se développer en consommant très peu d’énergie… Ce qui est important, c’est de continuer à chercher les signatures d'intelligence extraterrestre jusqu'à ce que nous comprenions parfaitement ce qui se passe. »

Toutefois, il faudrait admettre qu'à supposer qu'une civilisation de type III ait pu se développer via un processus industriel et technologique extrêmement polluant (au point de dégager des gaz de pollution détectables dans la galaxie), aurait-elle été capable de survivre ? 



Par conséquent, nous supposons que si une civilisation extraterrestre extrêmement évoluée est capable d'atteindre un niveau technologique pour entreprendre des voyages interstellaires, c'est qu'elle maitrise de nombreux facteurs environnementaux (écologiques...) et d'auto-suffisance ainsi qu'un important degré de conscience pour ne pas s'autodétruire.