Trouble dans le ciel d’Hamilton en Nouvelle-Zélande

Publié le 05/12/2014

Ce ne était pas un oiseau ni un avion - et personne ne semble savoir exactement ce dont il s’agissait…
 
Selon le média Stuff, le 1er décembre 2014 dans l’après-midi, un objet en forme de sphère s’est mis à flotter au-dessus d’Hamilton, située à 130 km au sud d'Auckland, dans la région du Waikato dans l'Île du Nord, en Nouvelle-Zélande.



L’hypothèse du ballon météo a été évoquée bien que le météorologue John Law déclare que cette hypothèse semblait très peu probable.
 
Les ballons météorologiques ont été libérés de Whenuapai et Paraparaumu, autour de midi et minuit.
 
"Je ne pense pas qu’il s’agit de l'un de ceux," at il dit.
 
Après une observation à l’aide de jumelles, le président de l’ « Hamilton Astronomical Society », Robin Holdsworth, pense quant à lui qu’il s’agit d’un ballon, et plus précisément de tests effectués à l’aide de ballons, utilisés à des fins d'observation ou de communication.
 
La Force de défense aérienne n’avait guère entrepris de manœuvre à ce moment-là autour d’Hamilton.



Il faut savoir qu'en Décembre 2010, les archives nationales de Nouvelle-Zélande ont publié environ 2500 pages de fichiers anciennement secrets d'OVNI. Les dossiers militaires couvrent la période du 1952-2009 et prouvent un intérêt constant de l'Armée de l'Air pour le phénomène.

Un projet de création de la "bombe tsunami" pendant la deuxième guerre mondiale et des rapports très officiels sur des observations d'ovnis : les archives néo-zélandaises recèlent nombre de pépites, extraites par un écrivain-journaliste. Ray Waru s'est plongé dans les papiers et documents divers accessibles au public, qui occupent une centaine de kilomètres d'étagères des Archives de Nouvelle-Zélande, à Wellington.

"C'était totalement écrasant au début", raconte-t-il à l'AFP. "Je savais que je voulais consulter les documents les plus importants : le traité de Waitangi [document fondateur du pays], la Déclaration d'indépendance, la pétition pour le suffrage des femmes et quelques autres choses du même genre." "Mais une fois qu'on plonge le nez dedans, une histoire mène à une autre, et j'ai juste suivi mon flair", ajoute l'auteur, qui relate ses trouvailles dans Secrets and Treasures, publié en novembre.

La pétition de 1893 pour le vote des femmes contient plus de 30 000 signatures, le quart de la population féminine du pays à cette époque. Le document de 300 mètres de long avait été déroulé dans un geste spectaculaire devant le parlement. Après un vote des représentants, la Nouvelle-Zélande, alors colonie britannique, était devenu le premier pays au monde à accorder aux femmes le droit de vote. A côté de ces documents historiques très connus – dont la lettre écrite par l'explorateur James Cook avant son dernier voyage – figurent aussi les témoignages de projets pour le moins étranges.

En 1944, les Etats-Unis et la Nouvelle Zélande décident d'étudier la possibilité de créer une "bombe tsunami", un projet top secret baptisé à l'époque "Project Seal". Un responsable de la marine américaine avait remarqué que des explosions pour déblayer des massifs coralliens près des îles du Pacifique produisaient parfois de grosses vagues, faisant germer l'idée de "bombe à tsunami". Des tests menés au large, au nord d'Auckland, conduisent les scientifiques à juger possible la fabrication d'une telle arme. Ils estiment que dix grosses explosions peuvent générer un tsunami d'une dizaine de mètres, susceptibles de noyer une petite ville côtière.