Sommet d'Exopolitique (2009)



Un dossier signé Daniel Robin www.lesconfins.com et publié sur Ovnis-Direct le 21/08/2013


Le 25  et  26 juillet  2009,  s’est  tenu à Barcelone (Espagne) le « Sommet Européen d’Exo-politique ».  Cet  événement  exceptionnel de  portée  mondiale  a  rassemblé  les  meilleurs spécialistes   des   exo-civilisations,   des   questions   liées   au   « cover-up »   (camouflage   et dissimulation)  organisé  par  les  autorités  au  sujet  des  ovnis,  et  des  actions  en  faveur  de  la divulgation de documents sensibles les concernant. Tous unis par la certitude que « Nous ne sommes pas seuls dans l’Univers et  que nous ne l’avons jamais été », des autorités de niveau international  ont  exposé  leurs  travaux  et  leurs  réflexions  à  propos  des  objectifs  et  des méthodes de cette nouvelle discipline que représente l’Exo-politique. Etaient présents lors de ce  sommet :  le  Dr.  Steven  Greer,  promoteur  du  « Disclosure  project »,  Nick  Pope,  qui  a travaillé  comme  responsable  au Ministère  de la  Défense de  Grande-Bretagne  sur  les dossiers ovnis,  Alfred  L.  Webre,  responsable  d’un  projet  de  communication  extraterrestre pendantl’administration de Jimmy Carter au Standford Research Institute, le Dr. Michael Salla, Paola Harris,  Klaus  Dona,  Stephen Bassett,  le  Sergent-Major  Robert  Dean,  David  Griffin  (Grande Bretagne),  Jean-Charles  Duboc  (France),  Robert  Fleischer  (Allemagne),  Maurizio  Baiata (Italie)  et  Frederik  Uldall (Danemark).  Messieurs  Pepón Jover  et  Miguel Celades,  initiateurs et  organisateurs  du  sommet,  estiment  que  la  réalisation d’un tel évènement  en Europe  et  sa projection  au  niveau  international pourrait  avoir  un  impact  sur  la  conscience  publique  en ce qui  concerne  la  présence  d’une  exo-civilisation  dans  le  système  solaire.  « Nous  vivons  un moment historique », fera remarquer Pepón Jover. Plutôt que se demander si nous ne sommes pas seuls, le moment  est venu de poser la question : comment pouvons-nous améliorer notre société et résoudre les graves problèmes qui se posent à nous aujourd’hui à travers le nouveau paradigme  que  nous  offre  la  discipline  Exo-politique ?  La  société  est  prête  à  assumer  l’idée que  nous  ne  sommes  pas  seuls  dans  l’Univers.  L’impact  que  représente  ce  « Sommet Européen  d’Exo-politique »  aidera  peut-être  à  envisager  une  alternative  au modèle  actuel de développement  socio-économique,  qui  est  plongé  depuis  plusieurs  décennies  dans  une  grave crise dont  il ne se relève pas. Il est évident  pour tous les observateurs lucides que ce modèle socio-économique est  obsolète,  irrationnel,  et  destructeur de notre environnement.  En aucun cas il ne peut offrir de solutions viables sur le long terme. Ce sommet représente peut-être une opportunité  unique  pour  que  les  différents  acteurs  sociaux,  dans  divers  domaines  politiques, académiques   et   institutionnels,   se   rapprochent   d’une   réalité   (la   présence   d’une   exo- civilisation), qui loin d’être de la fiction ou un rêve, promet de transformer la vision que nous avons de la vie, de l’Univers, et de l’espace que nous y occupons. Pepón Jover, animateur du courant Exo-politique espagnol, s’est exprimé en ces termes : « actuellement, nous vivons une transformation  profonde  de  notre  conscience planétaire.  Elle  entraîne  une  crise majeure  qu’il est  difficile  d’éviter.  La  crise  que  nous  traversons  est  en  train  de  miner  les  bases  de  notre ancienne  civilisation.  Néanmoins,  nous  avons  une  opportunité  sans  précédent  de  réorienter l’avenir  de  notre  planète  vers  un  monde  d’abondance,  de  paix  et  d’équilibre.  Nous,  et  nous seuls,  les  citoyens  de  cette  planète,  avons  la  responsabilité,  et  l’opportunité,  de  changer  le cours  de  l’histoire ».  Plus  loin  il  ajoute  :  « Le  paradigme  Exo-politique  (le  paradigme  du 21ème  siècle)  signifie  que  la  vie  ne  finit  pas  dans  l’orbite  circumterrestre,  comme  nous  le pensions jusqu’à maintenant,  mais qu’elle s’étend bien au-delà. Ce fait modifie profondément notre  compréhension  de  la  vie  et  transforme  les bases mêmes de  notre  civilisation.  Alfred  L. Webre  estime  que : « Il se peut  que nous vivions sur une planète isolée au beau milieu d’un ensemble  de  civilisations  hautement  évoluées,  organisées  au  niveau  interplanétaire  et  même au  niveau  intergalactique  et  qui se  développent  au  sein d’un Univers  multidimensionnel ».  Si cela  est  vrai,  et  il  y  a  assez  d’évidences  pour  le  penser,  cela  implique  de  nombreuses  et profondes conséquences pour  notre  civilisation terrienne ».  Comme le disait  Albert  Einstein : « Aucun problème ne peut  être résolu sans changer le niveau de conscience de la source qui l’a engendré ». Pour cette raison, le paradigme Exo- politique nécessite un saut de notre niveau de  conscience  qui  pourra  ensuite  nous  offrir  de  nouveaux moyens capables  de  résoudre  une grande partie des problèmes auxquels nous faisons face actuellement ». (Source : ovnis-usa.com).


Nous ne pouvons qu’être d’accord avec ces déclarations qui énoncent de bonnes intentions et exposent  le beau et  ambitieux projet de changer le monde. Tout cela est fort louable et nous donne  vraiment  envie d’y participer.  Ce sont  des  idées généreuses qui représentent  peut-être une  lueur  d’espoir  pour  notre  civilisation.  Malgré  tout,  il  ne  faudrait  pas  sous-estimer  la difficulté  de  la  tâche  à  accomplir  et  oublier  combien la  situation  dans  laquelle  nous  sommes est  plus  qu’alarmante.  Tous  les  experts  sont  unanimes  sur  ce  point.  Alors,  pouvons-nous encore  arrêter  la « machine infernale » qui nous  conduit  directement  au bord  de l’abîme ? Et pouvons-nous  le  faire  seuls ?  Le  paradigme  Exo-politique  prétend  que  c’est  possible  et  que nous ne serons pas seuls pour mener à bien le redressement qui s’impose. Mais pouvons-nous croire sans sourciller ce que disent les exo-politiciens ?

1) Humilité et émerveillement


Malgré  les  sombres  perspectives  que  nous  venons  d’évoquer,  il  faut  aussi tenir  compte  des atouts qui sont à notre disposition pour faire face aux redoutables défis qui se profilent devant nous.  En ce début  de XXIème siècle, la science nous permet en effet d’accéder à une source colossale  d’informations  concernant  l’Univers.  Elle  sonde  les abîmes de  l’infiniment  grand  et de l’infiniment petit et tente de construire une image cohérente de la réalité qui tienne compte de  tous  les  faits  observés.  La  tâche  n’est  pas  aisée,  et  notre  modélisation/représentation  de l’Univers  est  loin  d’être  achevée.  Et  c’est  tant  mieux  d’ailleurs.  Nous  avons  en  effet  le sentiment  que  notre  quête  de  connaissances  n’a  pas  de  limite,  et  que,  quelque  soit  le  degré atteint,  il y aura  toujours  de  « nouvelles terres » et  de nouveaux horizons à découvrir.  Nous serions  vraiment  très  heureux  si  cette  quête  était  à  la  fois  une  source  d’émerveillement  et d’humilité  pour  les  chercheurs.  Emerveillement,  parce  que  la  connaissance  acquise  montre que  l’homme  est  capable  de  comprendre  et  de  modéliser  les structures  de  l’Univers,  que  ces structures  soient  au  c°ur  des  atomes  ou  aux  confins  des espaces  galactiques,  et  qu’il existe donc  une  relation intime  entre  le  microcosme  humain et  le  macrocosme  cosmique.  C’est  une
vérité  fondamentale  qui  a  été  enseignée  par  toutes  les  traditions  spirituelles  de  l’Humanité.

Humilité, parce que cette quête est quasiment infinie et que, ce que nous savons à un moment donné de notre évolution ne représentera toujours d’une modeste parcelle de la connaissance globale, et que sûrement, il existe ailleurs, sur d’autres planètes, des consciences qui en savent beaucoup plus que nous sur la façon dont fonctionne l’Univers.

2) Nous n’avons jamais été le centre de l’Univers


La science enseigne que notre Univers est à la fois très grand et très âgé. Il serait vieux d’au moins 13,7 milliards d’années, et  il contiendrait  environ 100 milliards de galaxies toutes plus ou moins semblables à la Voie Lactée. Les galaxies sont elles-mêmes formées d’au moins 100 milliards d’étoiles  chacune. Ces nombres qui dépassent notre entendement donnent le vertige.

Nous  avons  du  mal  à  les  appréhender  et  à  nous  représenter  les  réalités  qu’ils  mesurent.  Ils permettent  néanmoins  de  prendre  conscience  de  notre  position  réelle  sur  ces  vastes  échelles d’espace et de temps, et de réaliser à quel point cette position est très modeste.

Depuis  Copernic  (1473  –  1543),  qui  avait  défendu  le  système  héliocentrique  (le  Soleil  au centre)  contre  le  géocentrisme  (la  Terre  au  centre),  la  science  ne  cesse  de  redéfinir  notre position au sein de l’univers matériel. A chacune de ses avancées majeures, elle nous enseigne que cette position est plutôt moyenne et même banale à l’échelle de l’Univers. Notre position n’est  aucunement  privilégiée,  et  elle  ne  fait  pas  de  nous  des  êtres  spéciaux  ou  supérieurs.

Avec les travaux de l’astronome Edwin Hubble (1889 – 1953), nous savons désormais que le Soleil  n’est  qu’une  étoile  parmi  les  milliards  d’autres  étoiles  qui  peuplent  notre  Galaxie,  et que  cette  dernière  n’est  elle-même  qu’une  galaxie  parmi  des  centaines  de  milliards  d’autres galaxies  qui  peuplent  l’Univers.  C’est  avec  le  télescope  Hooker  (250  cm)  situé  au  mont Wilson  qu’Edwin  Hubble  a  découvert,  en  1924,  que  les  « nébuleuses »,  observées  jusqu’à présent  avec  des  télescopes  moins  puissants,  ne  faisaient  pas  partie  de  notre  Galaxie,  mais étaient  d’autres  galaxies  plus  éloignées.  Avec  Hubble,  les  limites  de l’Univers  visible avaient été  repoussées  beaucoup  plus  loin,  et  la  Terre  était  devenue  encore  plus  minuscule.  Par ailleurs, en observant un décalage vers le rouge du spectre de ces galaxies, il a montré qu’elles s’éloignaient les unes des autres à une vitesse proportionnelle à leur distance. C’est la fameuse loin  de  Hubble,  qui  montre  que  l’Univers  est  en  expansion  constante.  Selon  les  dernières
découvertes  en  astrophysique,  cette  expansion  s’accélère  et  les  galaxies s’éloignent  toujours plus  les  unes  des autres.  Il est  possible  que  dans  plusieurs  milliards  d’années, les astronomes ne  puissent  plus  observer  les  galaxies  lointaines  qui seront  en quelque  sorte  sorties  de notre champ  de  vision.  Notre  Galaxie  n’occupe  donc  pas  une  position  privilégiée  dans  l’univers matériel.  Nous pouvons dire que Hubble a fait  avec La Voie Lactée, notre Galaxie, le même constat  que  Copernic  avec  la  Terre :  nous  n’avons  jamais  été  et  nous  ne  serons  jamais  le centre de l’Univers.

Ci-dessus :  la  place  du  système  solaire  dans  la  Voie  Lactée,  notre  Galaxie  (reconstitution). Nous savons désormais que le système solaire n’occupe pas une position privilégié dans notre Galaxie.  Celle-ci  abriterait,  selon  les  estimations  les  plus  récentes,  200  milliards  d’étoiles.
L'étude  des  étoiles  de  notre  Galaxie  montre  que  l’étoile  la  plus  représentative  a  une  masse moyenne  égale  au  tiers  de  celle  du  Soleil.  Notre  système  solaire  est  situé  à  27  000  années lumière du centre de notre Galaxie, qui a un diamètre total d’environ 100 000 années lumière.
Ce n’est que tout récemment que nous sommes conscients de notre position réelle au sein de ce vaste ensemble d’étoiles en rotation qu’est la Voie Lactée. Cette position obéis au principe de banalité qui est aussi applicable, selon nous, à notre situation en tant que civilisation. Selon ce  principe,  nous  serions  une  civilisation  très  moyenne  au  sein  d’un  vaste  ensemble  de civilisations  à  l’intérieur  duquel  certaines  seraient  extraordinairement  plus  évoluées  que  la nôtre.

3) Le principe de banalité


Les situations respectives de l’Homme, de la Terre, du Soleil, de la Voie Lactée, et sans doute aussi de  la  totalité  de  notre  univers  matériel,  sont  en accord  avec le principe de banalité qui énonce que toute singularité est illusoire et qu’elle est imputable à notre seule ignorance, ou, si  l’on  préfère,  à  la  relativité  de  nos  connaissances  du  moment.  

Quand  nous  parlons  de principe  de  banalité,  il  n’y  a  aucune  connotation  péjorative  et  morale  dans  cette  expression, comme lorsque nous disons par exemple d’un individu qu’il est banal, c’est-à-dire qu’il serait insignifiant,  inintéressant,  «  médiocre »,  et  donc  méprisable.  Le  mot  médiocre,  en  latin mediocris,  est  dérivé  de  medius,  qui  signifie  simplement  « être  au  milieu »,  c’est-à-dire  à égale distance des extrêmes. Etre médiocre veut donc dire que l’on est dans la norme, dans la moyenne.  Le  principe  de  banalité,  encore  appelé  principe  copernicien  ou  principe  de « médiocrité »  (sans  connotation),  n’est  que le  constat  objectif et  lucide  qu’il n’existe  aucun point  de  vue  privilégié  dans  l’Univers.  Le  principe  copernicien  vise  donc  à  établir  des modèles plus larges de l’Univers, dans lesquels les structures isolées seraient isomorphes à la totalité des structures comparables. Ce qui signifie, par exemple, que ce que nous savons de la structure  de  notre  Galaxie  serait  valable  pour  toutes  les  galaxies  de  l’Univers  relevant  du même  type.  De  même,  selon  le  principe  copernicien de  banalité,  la  Terre  n’est  pas  un point d’observation  privilégié  qui  aurait  des  propriétés  uniques.  Cela  signifie  que  les  observations faites depuis la Terre ne doivent  pas être considérées comme des cas particuliers et spéciaux.

Le  principe  copernicien  a  permit  aussi  d’établir  le  principe  cosmologique  qui  postule  que notre  Univers  est  globalement  homogène  et  isotrope,  ce  qui  est  aujourd’hui  effectivement vérifié  par  l’observation.  C’est  parce  que  nous  sommes  ignorants  de  l’existence  d’autres réalités que nous pensons que celle que nous vivons est singulière. En conséquence, il importe que  nous  soyons  toujours  conscients  du  fait  que  nous  n’avons,  et  nous  n’aurons  jamais, qu’une  vision  partielle  et  fragmentaire  de  la  réalité.  C’est  pour  moi  une  règle  fondamentale qui s’applique à tous les domaines de la connaissance.

4) Etre conscient de notre place réelle dans l’Univers


Appliquée  à  l’exobiologie,  qui  est  la  science  qui  étudie  les  facteurs  géochimiques  et biochimiques  qui  peuvent  mener  à  l’apparition  de  la  vie  sur  une  planète,  cette  règle fondamentale du  principe copernicien devrait  nous inciter à penser que les formes de vie que nous rencontrons sur la Terre, et que nous trouverons peut-être ailleurs dans le système solaire sous forme de vie primitive, n’ont rien d’exceptionnelles à l’échelle de l’Univers. Certes, pour nous,  la  diversité  biologique  que  nous  admirons  sur  notre  belle  planète  bleue  relève presque du  « miracle »,  mais  si nous  la  comparons à la diversité biologique qui doit  sûrement  exister dans toutes les galaxies, elle ne représente en définitive qu’une diversité sans doute banale qui ne  fait  pas  d’elle  une  réalité  singulière  et  exceptionnelle.  En  disant  cela,  nous  n’avons nullement  l’intention  de  sous-estimer  la  valeur  de  la  diversité  biologique  de  notre  planète, bien au contraire. La « banalité » que nous évoquons n’est pas incompatible avec le caractère unique  et  précieux  de  notre  milieu  naturel.  Nous  sommes  des  terriens,  et  nous  sommes responsables  de  notre  environnement.  Admettre  le  principe  de  banalité  n’empêche  pas  de penser que la Terre est notre bien le plus précieux, et que nous devons la préserver à tout prix.

C’est d’ailleurs un des points fondamentaux du nouveau paradigme de l’Exo-politique. Si la diversité biologique de notre planète n’a rien de singulier à l’échelle de l’Univers entier, il  en  va  de  même  pour  l’espèce  humaine  qui  n’a  sûrement  rien  de  vraiment  spéciale  par rapport  à  toutes  les  autres  formes  de  vies  intelligentes  qui  peuplent  toutes  les  galaxies.

Statistiquement,  l’espèce  humaine  n’est  qu’une  espèce  moyenne,  comparable  à  des  millions, et  peut-être  même  des  milliards,  d’autres  espèces  intelligentes  qui  sont  apparues  dans l’Univers  depuis  son  origine.  Notre  orgueil  qui  a  tendance  à  croire  que  nous  sommes  les meilleures, les premières, et  les seules créatures évoluées de l’Univers, a sans doute du mal à accepter  cette  vision  relativiste  de  l’être  humain.  Mais  notre  orgueil  n’est  pas  ce  que  nous avons  de  meilleur  en nous.  Il a  toujours  déformé  notre  perception des  choses,  et  a  sûrement été à l’origine de bon nombre de nos erreurs dans le passé. La croyance selon laquelle certains groupes  humains  seraient   supérieurs  au  reste  de  l’Humanité  a  généré  des entreprises guerrières  et  justifié  des  massacres sans  nombre  tout  au  long  de  notre  histoire  chaotique.  A toutes  les  époques,  nous  trouvons  des  groupes  humains  qui  ont  élaboré  des  idéologies dominatrices et  malveillantes qui avaient  pour but de justifier leurs agissements de prédateurs
vis-à-vis de leurs congénères. Nous savons ce que cette façon illusoire de s’estimer soi-même à  entraîné  comme  intolérance  et  comme  mépris  de  l’autre,  au  point  de  vouloir  l’asservir  et même de l’éliminer. Le comportement  des conquistadors vis-à-vis des indiens d’Amérique du sud,   celui  des  colons  européens  vis-à-vis  des  indiens  d’Amérique  du  nord,  celui  des esclavagistes  blancs  contre  les  noirs,  et  plus  proche  de  nous  les  atrocités  perpétrées  pas  les nazis   contre   les   juifs,   ne   sont   que   trois   exemples,   parmi  de   nombreux   autres,   des conséquences qu’entraîne une vision fausse et perverse de notre place réelle dans l’Univers.

Ci-dessus : des déportés du camp d’Auschwitz qui fut le plus grand camp de concentration et d’extermination du Troisième Reich. En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole  des  meurtres  de  masse commis par  les nazis pendant  la  seconde  guerre  mondiale  et plus particulièrement comme celui du génocide des Juifs, au cours duquel près de six millions d’entre  eux  furent  assassinés  dans  des  conditions  horribles.  Les  camps  d’extermination nazis étaient  des  centres  de  mise  à  mort  à  grande  échelle,  où  les  victimes  étaient  assassinées dans les chambres à gaz. Les camps de concentration illustrent la mise en pratique d’une idéologie orgueilleuse et malveillante qui considère qu’il existe sur notre planète des êtres inférieurs qui ne méritent pas de vivre. Ceux qui perpétuent ces massacres ont une vision fausse de la place qu’ils  occupent  au  sein  de  l’Humanité.  S’imaginant  appartenir  à  une  « race »  spéciale  et  en quelque sorte « élue », ils s’arrogent le droit d’asservir et de détruire tous ceux n’en font pas partie. L’orgueil n’est pas ce que nous avons de meilleur en nous. Il a toujours déformé notre perception des choses, et a été, à toutes les époques de l’histoire de l’Humanité, la source de nombreux  conflits  entre  les  peuples.  Le  paradigme  Exo-politique  propose  une  vision  des peuples de la Terre et  de l’Humanité qui nous semble plus proche de la réalité : ni le sommet de  la  création,  ni  une  « valeur »  négligeable.  Ce  paradigme  considère  que  l’espèce  humaine s’inscrit  dans un  ensemble  plus  vaste  qui non  seulement  la  dépasse,  mais  lui permettra  aussi de « grandir » si elle accepte de s’y intégrer en toute conscience.

Dans  le  fond,  la  difficulté  réside  dans  le  fait  qu’il  ne  faut  ni  surestimer  notre  position,  ni la sous-estimer.  Tout  en  ayant  conscience  que  la  Terre  n’est  qu’un  grain  de  sable  perdu  dans l’immensité  cosmique,  il  faut  aussi  réaliser  qu’elle  est  la  seule  vraie  « patrie »  de  l’espère humaine, et  qu’à ce titre, elle doit être aimée, protégée, et même sanctuarisée. En effet, pour nous  humains,  la  Terre  est  le  plus  beau  et  le  plus  précieux  des  sanctuaires.  C’est  notre « berceau »,  notre  « patrie »  d’origine,  notre  Mère,  et  nous  n’en  avons  pas  de  rechange.  De même,  chaque  vie  humaine  est  précieuse et  doit  être  respectée.  Le principe  de banalité  n’est pas un principe de mépris, d’indifférence, et de négligence. Il ne doit pas être un prétexte pour satisfaire une conduite désordonnée et prédatrice. C’est au contraire la vision lucide de notre réelle  place  dans  l’Univers  qui  implique  aussi que  nous  soyons  responsables  de  tout  ce  que nous faisons à cette place, aussi modeste soit-elle.

5) Exo-civilisations et exo-politique


Il  n’y  aurait  pas  de  discipline  Exo-politique  sans  exo-civilisation,  mais  inversement,  il  peut exister  des  exo-civilisations  sans  discipline  Exo-politique,  c’est-à-dire  une  situation  où  les humains  seraient  sans  conscience  et  sans  « programme »  vis-à-vis  d’une  présence  étrangère d’origine  extraterrestre.  Ce  cas  de  figure  a  été  semble-t-il celui de  l’Humanité  depuis qu’elle est  apparue  sur  notre  planète.  Nous  disons,  « semble-t-il »,  car  nous  n’excluons  pas  la possibilité  qu’à  une  certaine  époque  de  son  histoire,  l’Humanité  ait  pu  avoir  des  contacts (sporadiques  ou  prolongés)  conscients  et  planifiés  avec  une  ou  plusieurs  exo-civilisations (théorie  des  anciens  astronautes).  Heureusement,  les  choses  ont  changé,  et depuis  quelques années, une réflexion sur les thèmes de l’Exo-politique est née dans la petite communauté de ceux qui sont conscients des enjeux colossaux qu’entraîne la présence d’une (ou de plusieurs) exo-civilisation dans notre système solaire. Mais au fait, qu’est-ce qu’une exo-civilisation ?

Ce terme est construit  à partir du mot  civilisation précédé du préfixe « exo », qui signifie « à l’extérieur ».  Une  exo-civilisation  est  donc  une civilisation qui est  extérieure  à  la  civilisation humaine  prise  dans  son  acception  la  plus  large,  c’est-à-dire  dans  le  sens  de  civilisation terrestre   humaine   globale   (correspondant   au   Type   I   de  civilisation  selon  l’échelle  de Kardashev - classement des civilisations :  lesconfins.com.

Les équivalents  du  terme  exo-civilisation  les plus couramment  utilisés sont  ceux d’extraterrestres (en  général,  on  parle  toujours  des  extraterrestres  en  utilisant  le  pluriel),  de  civilisations extraterrestres,  d’aliens,  de  « visiteurs »,  ou  d’ethnies  extraterrestres.  Dans  ce  dossier,  nous préférons  utiliser  celui d’exo-civilisation qui est  moins  connoté  que  les  autres  termes.  J’ai en effet  remarqué  que  le  simple  fait  d’écrire  ou  de  prononcer  les  mots  extraterrestres  ou civilisations  extraterrestres,  génère  presque  automatiquement  des  images  mentales  dont  le contenu  renvoie  presque  toujours  aux  images  de  la  science  fiction,  et  plus  spécifiquement  à celles  de  la  science  fiction  telle  qu’elle  est  traitée  par  le  cinéma  commercial  américain  qui n’est  pas  forcément  une  « référence »  dans  ce  domaine.  Ces  images  mentales  sont  donc presque  toujours  stéréotypées,  formatées,  conditionnées,  et  imprégnées  par  les  ambiances souvent  violentes  et  négatives  qui  règnent  dans  ces  films  qui  sont  destinées  à  un  très  large public. Pour éviter ce genre d’amalgame dans l’esprit de nos lecteurs, nous avons donc choisi le  terme  d’exo-civilisation  qui  est  peu  connu  et  qui  ne  suggère,  a  priori,  aucune  image particulière dans l’esprit  des spectateurs.  Nous ne connaissons en effet aucun film de science fiction  américain  dans   lequel  les   acteurs   évoqueraient   dans   leurs  dialogues  une  exo- civilisation prédatrice, dont  les objectifs seraient  d’anéantir l’Humanité. En général, le cinéma américain  ne  s’embarrasse  pas  de  ces  subtilités  linguistiques  lorsqu’il  traite  ce  sujet.  Ses objectifs  sont  commerciaux,  et  ce  qui prime,  c’est  l’efficacité  des  effets  spéciaux.  Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur l’idéologie dominante qui se retrouve en arrière-plan de presque toutes  les  °uvres  cinématographiques  américaines  qui traitent  des  extraterrestres  et  de  leurs rapports avec nous. Les cinéastes qui ne partagent pas cette idéologie sont très peu nombreux, et  le  plus  célèbre  d’entre  eux  est  certainement  Steven  Spielberg.

Considéré  par  beaucoup comme  le  «  roi  du  divertissement  »,  Spielberg  est  sans  conteste  le  meilleur  représentant  de l’industrie cinématographique   hollywoodienne   dont   il   a   promu,   sur   le   plan   mondial, l’efficacité technique, la science du grand récit et le pouvoir illusionniste. Son °uvre présente néanmoins, çà et là, une note plus personnelle. Parmi ses °uvres majeures concernant le sujet qui  nous  occupe  dans  ce  dossier,  il  y  a  l’incontournable  « Rencontres  du  troisième  type » (sorti en avant-première le 15 novembre 1977) mais aussi la mini-série « Taken » (2002), dont le  titre  peut  se  traduire  par  « disparition » et  « enlèvement »,  et  qui  a  été  coproduite  avec Leslie  Bohem.  Selon  les  propres  termes  du  Sergent-Major  Robert  Dean,  « Taken »  est  un « petit  bijou »  dans  lequel  sont  dissimulées  des  informations  classées  top  secret.  Il va  même
plus  loin  en  annonçant  que  cette  série  fait  partie  de  la  Révélation  qui  est  actuellement  en marche au sujet  des ovnis et  que ce n’est  pas un simple divertissement  télévisuel. Lors d’une conférence  donnée   à  Laughlin  dans  le   Nevada  en  Février  2009,   Robert   Dean  faisait remarquer :  « Regardez  comment  un  réalisateur  comme  Steven  Spielberg  vous  passe  des messages  à  travers  les  films  « E.T »,  « Rencontre  du  3ème  Type »,  et  la  série  « Taken ».  Je connais bien Chris Carter,  le créateur de la série « X-Files ». Tout n’est pas au même niveau, mais  parfois,  certains  épisodes  sont  ultra-réalistes.  Il  a  reconnu  devant  moi  que  son  équipe avait été aidée à plusieurs reprises. Par conséquent, il faut développer son attention au monde qui nous entoure, faire travailler son cerveau, et le fait que la Divulgation est en marche vous semblera évident ».

Ci-dessus :  une  scène  du  film  américain  « Independence  Day »  (4  juillet,  jour  de  la  fête nationale  américaine).  Ce  film  spectaculaire  a  pour  thème  l’invasion  de  la  Terre  par  une ethnie  extraterrestre  particulièrement  belliqueuse.  Les  extraterrestres  prédateurs  ont  pour objectif   de   détruire   l’Humanité   en   commençant   par   les   mégapoles.   Le   film   montre d’immenses  vaisseaux  qui  stationnent  au-dessus  de  toutes  les  grandes  villes  du  monde  en attendant  de  les  réduire  en  cendres.  Face  à  cette  implacable  et  redoutable  puissance, l’Humanité  ne  semble  avoir  aucune  chance  de  survivre.  Mais  c’est  sans  compter  sur  l’esprit de  résistance  du  peuple  américain  galvanisé  pas  ses  dirigeants  et  surtout  son  Président.

Finalement,  les  héros  du  film  parviendront  à  vaincre  l’ennemi  en  utilisant  une  soucoupe volante sans doute récupérée et remise en état après un crash semblable à celui de Roswell (un clin  d’°il  peut-être).  Bien  qu’indiscutablement  distrayant,  le  film  tombe,  sans  le  moindre recul,  dans  les  poncifs  et  les  stéréotypes  véhiculés  par  la  plus  médiocre  tendance  de  la science-fiction  américaine.  Seules  quelques  °uvres cinématographiques  majeures  échappent, selon nous, à cette idéologie dominante qui sévit aux Etats-Unis. Aux nombres de ces poncifs, figure  en  bonne  place  la  mise  en  scène  d’une  invasion  extraterrestre  perpétrée  par  des créatures  dépourvues  de  tout  sens  moral  et  dont  l’objectif  (primaire  et  barbare)  est  la
destruction pure et simple de notre civilisation. Que l’on nous permette de dire que cette façon de  concevoir  les  rapports  entre  les  humains  et  les  extraterrestres  est  le  signe  d’une inconcevable  immaturité  intellectuelle  et  le  symptôme  d’une  extrême  indigence  dans  le domaine  de  l’imagination.  A  moins  d’admettre  que  tout  cela  rentre  dans  le  cadre  d’un  plan destiné  à  conditionner  nos  esprits  et  à  entretenir  une  crainte  irraisonnée  vis-à-vis  de  nos visiteurs  de  l’espace.  Ce  qui n’est  pas,  selon nous,  une idée totalement  déplacée.  Encore  une fois, le paradigme Exo-politique fait  preuve d’une meilleure appréciation de la situation en ce qui concerne nos rapports avec les extraterrestres. Sa démarche, plus positive et constructive, propose une alternative infiniment  plus attrayante qu’un conflit  armée avec nos visiteurs. Des films  comme  « Independence  Day »  nous  amènent  à  nous  poser  de  graves questions :  quand l’Humanité  deviendra-t-elle  adulte ?  Quand  parviendra-t-elle  à  une  vision  objective  de  sa place dans la communauté des civilisations galactiques ? Quand saura-t-elle enfin s’affranchir de ses instincts belliqueux ?

Notons que le préfixe « exo » est à la mode si je puis dire. Son utilisation par les astronomes date  de  la  découverte  des  premières  exo-planètes  (ou  exoplanètes).  Rappelons  que  les astronomes appellent  exoplanète, ou  planète extrasolaire, toute planète orbitant  autour d’une étoile  autre  que  notre  Soleil.  Au  moment  où  j’écris  ces  lignes  (novembre  2012),  850 exoplanètes ont  été découvertes ayant  toutes une masse supérieure à celle de la Terre. En ce qui concerne  le  sujet  qui nous  intéresse  dans  ce  dossier,  il est  aujourd’hui courant  de  parler d’exo-contacts, c’est-à-dire de contacts avec une ou plusieurs exo-civilisations. Il existe même un excellent site Internet qui porte ce nom skystars.

Dans ce contexte favorable à une ouverture à tout ce qui est « exo », parler d’Exo-politique ne paraît pas être un sujet déplacé. Bien que les thèmes proposés par cette nouvelle discipline de l’Exo-politique  soient  très  hardis,  engagés,  et  parfois  situés  pour  certains  à  la  limite  du raisonnable et du vraisemblable, il est de plus en plus évident qu’ils arrivent au bon moment si je  puis  dire,  et  que  leur  pertinence  ne  fait  que  se  renforcer  au  fil  du  temps.  Le  site Exopolitique-France,  une  filiale  française  d’un  mouvement qui se  développe  à  l’échelle  de  la  planète,  propose  la  définition suivante  de l’Exo-politique : « l’Exo-politique est  l’étude des  relations politiques, scientifiques et sociales dans le domaine de  l’interaction  de  notre  monde  contemporain  avec  une  ou  plusieurs  ethnies  extraterrestres tant  au  niveau des  gouvernements en place,  qu’au niveau des  individus ou des communautés d’individus  qui  ont  de  fait  établi  des  relations  de  communication  et  d’échanges  avec  des entités  intelligentes  d’origine  non  humaines.  L’Exo-politique  présuppose  l’existence  avérée d’une  présence  extraterrestre  sur  notre  Terre  ainsi  que  la  mise  en  place  de  relations
diplomatiques  et  des  échanges  de  technologies  (rétro-ingénierie).  Un  pays  en  particulier  en aurait  bénéficié,  et  cela  depuis  plus  de  cinquante  ans  :  les  Etats-Unis.  Cette  présence  est attestée  par  le  phénomène  ovni qui de  par  le  monde  n’a  eu  de  cesse  de  recevoir  nombre  de témoignages explicites et fondateurs pour une autre discipline, scientifique, voisine de l’Exo- politique : l’ufologie ».

Notons  que  la  pratique  de  l’Exo-politique,  telle  qu’elle  est  présentée  dans  cette  définition suppose  un  certain  nombre  de  « faits »  qui  ne  sont  pas  toujours  admis  par  l’ensemble  de  la communauté  ufologique,  et  plus  spécifiquement  encore,  par  les  ufologues  français.  Le  fait, par  exemple,  qu’il  puisse  exister  des  échanges  de  technologies  entre  une  exo-civilisation  et des groupes secrets de savants humains, est loin de faire l’unanimité parmi les ufologues. De même, l’existence de « relations diplomatiques » entre eux et nous est loin d’être un sujet sur lequel  existe  un  consensus.  Enfin,  même  le  fait  d’avancer  l’hypothèse  extraterrestre  pour expliquer le phénomène ovni n’est pas une évidence pour tout le monde, loin de là.

Force  est  de  constater  que  l’Exo-politique  repose  sur  un  certain  nombre  de  propositions préalables  qui sont  comme  des postulats de  base qui ne  sauraient  être  discutés sans remettre en cause  tout  l’édifice  de  cette  discipline.  Beaucoup  des ces postulats doivent  être  d’ailleurs accueillis avec un minimum d’esprit critique. Tout n’est pas de valeur égale. C’est sans doute le point  faible de ce mouvement  planétaire qui, par ailleurs, offre une formidable opportunité de franchir  un nouveau « seuil » dans l’étude et  la compréhension du phénomène ovni. Alors que  certains  ufologues  se  posent  encore  la  question  de  l’origine  et  des  intentions  des  ovnis vis-à-vis de l’Humanité, les exo-politiciens sont convaincus qu’ils sont d’origine extraterrestre et  qu’ils  sont  bienveillants  envers  nous.  Mieux  encore,  ils  réfléchissent  déjà  aux  formes  que pourraient  prendre  un  contact  conscient  et  durable  avec  nos  « visiteurs ».  Le  « seuil »  qu’ils nous  proposent  de  franchir  nous  entraîne  vers  une  communication  fraternelle  avec  les  exo- civilisations, et cette communication serait comme la première marche vers une intégration de l’Humanité  dans  un  vaste  ensemble  de civilisations organisées au  niveau  de toute  la  Galaxie.

C’est avouons-le, une perspective grandiose qui contraste fortement avec les vues étriquées et mesquines  de  nos  hommes  politiques  qui  ne  se  projettent  pas  plus  loin  que  la  fin  de  leur mandat.

Pour montrer à quel niveau se situe la réflexion (ou pour certains les élucubrations) des exo- politiciens,  citons  quelques  paroles  du  Sergent-Major  Robert  Dean extraites  d’une  interview qu’il a  faite  pour  le  journal NEXUS  de  Janvier/février  2008 :  « J’en suis presque  arrivé  à la conclusion que le gouvernement a sans doute raison et que la masse des gens n’est sans doute pas  prête  à  entendre  la  vérité.  Comment  voulez  vous  leur  dire  que  cette  espèce  (l’espèce humaine)  est  une  race  hybride,  que  nous  avons  été  génétiquement  créés  par  une intelligence extraterrestre  ? ».  Et  plus  loin :  « J’anticipe  que  nous  aurons  ce  contact  majeur  (avec  les extraterrestres),  que nous  soyons prêts ou  non,  que nous le voulions ou non. A ce moment, nous serons tellement près de nous détruire avec des armes thermonucléaires, qu’ils vont faire irruption dans le zoo,  mettre l’orang outan d’un coté, le babouin, le chimpanzé de l’autre, et qu’ils  vont  nous  dire  :  voilà  c’est  le  moment  de  se  réveiller,  de  grandir.  Ce  sera  le  jour  de l’examen.  J’ai une  relation  d’amour/haine  avec  la  race  humaine.  C’est  une  race  bizarre  mais belle,  et  qui a  un futur.  Elle  est  unique.  Il viendra  un moment  où  nous  irons  là-haut  pour  y prendre notre place adéquate, là où tout a commencé, c’est à dire notre maison dans l’espace, et  ça,  c’est  quelque  chose  que  je  sens  avec certitude  dans mes tripes.  Vous savez la  planète Terre est  connue dans la Galaxie comme étant  l’école la plus dure pour l’âme. Donc ce n’est pas rien de venir ici et ce n’est pas pour rien que l’on y vient. J’ai été témoin du pur enfer, j’ai vécu deux guerres, trois mariages, j’ai élevé deux enfants et j’en ai perdu un qui s’est suicidé, et  j’ai eu  des  «  contacts  ».  J’ai  été  enlevé  mais  je  ne  le  perçois  pas  comme  un  enlèvement,
mais  comme  une  invitation.  J’ai  été  à  bord  de  plusieurs  vaisseaux  à  plusieurs  reprises.  Et laissez  moi  vous  dire  la  profondeur  de  la  culture  et  de  la  civilisation  que  j’ai  vu ».  Autre exemple : Monsieur  Michael Salla qui était présent au « Sommet Européen d’Exo-politique » de  2009,   est   un  américain,   universitaire,   docteur  en  sciences  politiques,  enseignant  à l’University  of  Queensland  en  Australie  et  à  l’American  University  à  Washington  DC.  A  la suite  d’un  article  fondateur  sur  l’Exo-politique  publié  le  19 février  2004  dans le  Washington Post, il a été contraint de démissionner de ses fonctions universitaires. L’article a été jugé non fiable est dénué de tout  fondement  quant aux sources. Michael Salla affirmait dans cet article que le Président  Eisenhower, prétextant  lors de vacances en famille à Palm Spring, une visite chez  son  dentiste  avait  en  réalité  rencontré,  le  20  février  1954  sur  la  base  d’Edwards  en  Californie,  des  ambassadeurs  extraterrestres  pour  des  pourparlers  concernant  la  nouvelle bombe  H  qui sera  testée  le  1er  mars  1954.  Monsieur  Alfred  Lambremont  Webre,  Canadien, considéré comme le père fondateur de l’Exo-politique, avocat, activiste pour la paix, diplômé de la faculté de droit de Yale et de l’University of Texas, co-architecte du Space Preservation Treaty  et  du  Space  Preservation  Act,  affirme  dans  son  ouvrage  fondateur,  « Politics, government,  Law  in  the  Universe »  (2008,  Universebooks),  que  l’Exo-politique  ouvre  pour l’être  humain  un  nouveau  réexamen  de  sa  vision  de  l’Univers  et  de  son devenir  quant  à  son évolution en tant  que civilisation globale.  Il révèle que nous vivons sur une planète isolée du reste  de  la  multitude  des  mondes  connus  et  habités.  Ces  mondes  sont  rassemblés  au  sein de fédérations  et  d’organisations  galactiques  qui  en  fait  et  de  droit  disposent  de  prérogatives politiques quant  aux « normes juridiques » en vigueur dans ces organisations. Selon lui, nous sommes, compte tenu de l’état  actuel de notre civilisation, en situation d’« autarcie » (mise à l’écart) par rapport à nos voisins. En ce qui concerne la France, l’Exo-politique est (ou était) représentée  par  Monsieur  Jean-Charles  Duboc commandant  de  bord  à  Air  France)  qui  a observé  un  ovni  gigantesque  au-dessus  de  Paris  le  vendredi  28  janvier  1994,  à  bord  de l’Airbus  A320-111  qu’il  pilotait  (vol  en  provenance  de  Nice  et  à  destination  de  Londres).

Monsieur  Duboc  semble  avoir  pris  ses  distances  vis-à-vis  du  paradigme  Exo-politique international. Dans un article intitulé « L’Exopolitique et  les « délires imaginatifs » publié sur son blog en date du 21 janvier 2010, il précisait sa position : « Les lecteurs qui suivent ce blog ont constaté que son titre avait changé. Son ancien titre était « Exopolitics France », et il est devenu  « Le blog  des Sciences Exo-politiques  ».  De  plus,  il commence par  un avertissement sur  les  «  délires  imaginatifs  »  ou  paraphrénies.  Je  dois  avouer  que  je  commence  à  bien connaître  le  milieu  de  «  l’Exo-politique  »,  qui  se  développe  un  peu  partout  sur  la  planète, principalement  aux  USA,  et  que  je  suis  atterré  par  le  niveau  franchement  délirant  que  je trouve  de  temps  en  temps  chez  des  partenaires.  Ce  n’est  pas  bien  méchant,  mais  c’est totalement  déconnecté  de  la  réalité  et  je  me  dois  de  prévenir  les  lecteurs  qui s’intéressent  au phénomène   ovni,   et   aux   conséquences   politiques   d’un   contact   avec   une   civilisation extraterrestre, de prendre garde de ne pas « gober » tout ce qui se trouve sur le web dans les développements  connexes  à  l’étude  des  ovnis.  Le  problème  est  suffisamment  ardu  et  grave sans   qu’il   soit   nécessaire   de   développer,   en   plus,   des   thèses   « conspirationnistes » complètement  cinglées,  comme celle des  « chemtrails ». La situation est d’ailleurs d’une telle gravité  que  j’ai  du  démissionner  de  l’Exopolitics  Institut  d’Hawaï  qui  ne  fait  aucune vérification  scientifique  sur  les  affirmations  «  exotiques  » des  uns  et  des  autres.  En  fait,  j’ai commencé à pleinement  réaliser le niveau de pathologie mentale de ce milieu à la conférence de Barcelone, de juillet 2009, où je me suis dis à un moment donné : « Je suis chez les fous et les  charlatans  !  ».  Aussi,  je  me  dois  de  mettre  en  garde  les  lecteurs  en  leur  donnant  un minimum de  notions  sur  une  pathologie  mentale  assez commune, et  assez peu  handicapante, qui  est  le  «  délire  imaginatif  »,  encore  dénommé  paraphrénie,  mais  qui  est,  tout  de  même, assez gênante lorsque l’on veut étudier scientifiquement un phénomène non-expliqué ». Voilà qui  éclaire  d’un  regard  singulier  les  propos  des  personnalités précédentes.  Le  point  de  vue mitigé  de  Monsieur  Duboc  montre  qu’il faut  toujours  garder  son esprit  critique  vis-à-vis  des déclarations  en  rapport  avec  les  ovnis,  même  si  elles  émanent  de  personnalités  brillantes  et prestigieuses.  Cependant,  l’avertissement  de  l’ancien  pilote  de  ligne  ne  veut  pas  dire  qu’il faille rejeter en bloc toutes les déclarations des exo-politiciens.
Le blog de Jean-Charles Duboc.


Un dossier signé Daniel Robin www.lesconfins.com et publié sur Ovnis-Direct le 21/08/2013