QG secret d’investigation américain au cœur de Londres

Le bureau ovni rattaché au ministère de la Défense britannique a officiellement fermé ses portes en 2009 bien que de récentes informations indiqueraient que les Américains seraient rapidement intervenus pour préserver cet organe d’investigation.


Les responsables du Pentagone auraient mis en place ce nouveau bureau à Soho Square, à proximité du siège britannique de la 20th Century Fox, célèbre pour la production des classiques de science-fiction "Alien", "Independence Day", "The Martian" et "Star Wars".
 
En grande partie financé par l'argent des contribuables américains, le bureau créé en 2009 disposerait d'une équipe d'analystes essentiellement américains, bien qu’il subsiste un petit contingent britannique, réalisant leur travail clandestin que les touristes peuvent apprécier depuis l'extérieur de l'oasis du parc de la place.
 
Ce travail serait supervisé par un colonel américain qui se rend régulièrement à Washington.
 
Une source aurait avoué au mirror.co.uk : « Il y avait une pression de la part d’une unité similaire du Pentagone pour incorporer l’unité britannique d’enquête sur les ovnis. »
 
« Le déménagement vers Soho Square a même été accidentellement publié dans le magazine "Focus" du ministère de la Défense, bien que peu remarqué. »
 
« L'opération a un nouveau rôle supervisé par le Pentagone, relevant du ministère de la Défense. »
 
Il faut savoir que les Américains s’intéressaient déjà au Projet Condign qui était une étude secrète des ovnis dirigée par le Defence Intelligence Staff (DIS) du gouvernement britannique entre 1997 et 2001.
 
Les résultats avaient été présentés dans un document de 400 pages intitulé "Unidentified Aerial Phenomena in the UK Air Defence Region" qui recense environ 10 000 cas d'observations collectés par le DI55, une section du Directorate of Scientific and Technical Intelligence (DSTI) du Defence Intelligence Staff (DIS).
 
Le rapport avait été officiellement publié le 15 mai 2006 suite au Freedom of Information Act de septembre 2005 par deux ufologues David Clarke et Gary Anthony. L'identité du rapporteur n'a pas été rendue publique.


Les recherches menées à l’époque par des scientifiques britanniques suggéraient que quelques observations d’ovnis pouvaient facilement être attribuables à des plasmas atmosphériques dont l’étude approfondie pouvait conduire à des applications militaires.
 
« La Grande-Bretagne a maintenu son intérêt pour les questions relatives à l’espace et les ovnis. Cela ne me surprendrait pas si le Royaume-Uni et les États-Unis avaient un bureau ici », a déclaré Liz Quintana, directeur des sciences militaires au Royal United Services.

Affaire à suivre !