Révélations sur Roswell par l’ancien garde du corps du président Truman ?


Le président Harry Truman aurait visité le site du crash de Roswell en juillet 1947, juste après que l’incident ait eut lieu. Ces révélations ont été faites à un témoin par son oncle, garde-corps du président américain durant cette période.


Rappelons que le cas de Roswell, dans le Nouveau-Mexique, est considéré aujourd'hui par la majorité des américains comme l'une des plus grandes conspirations de tous les temps.
 
Un haut responsable militaire aurait promis au président américain qu'il n'y aurait plus aucune trace de l'accident.
 
Ces allégations ont été réalisées ce mois-ci au MUFON américain.
 
Dans leur rapport, une source anonyme déclare :
 
« Mon oncle était le garde du corps d’Harry Truman en 1947. »
 
« Ils sont tous deux allés à Roswell à la demande du président Truman en Juillet 1947 »
 
« Mon oncle a rapporté avoir vu le Major Easley sur le site de l'accident. »
 
« Le Major Easley a promis au Président qu’aucun élément autour de l’incident ne demeurerait. »



Après enquête, il semblerait que le rapporteur du MUFON soit William Sells, de Noblesville dans l’Indiana, et dont le profil décrit un retraité "spécialiste" de l'Agence nationale de sécurité (NSA). Il y est mentionné que son oncle Wayne Schell avait été le garde du corps personnel du président Truman.
 
Pour en revenir au rapport du MUFON, il semblerait qu’ « Harry et lui aient quitté la Maison Blanche en direction du site de l'accident à Roswell avant que Truman ne se rende sur l’Andrews Air Force Base (dans le comté de Prince George, Maryland) pour voir les débris.
 
« Les services secrets auraient mis en scène un double du président, dans le cadre de l’Opération Doppelganger, afin que la presse ne connaisse pas l'emplacement réel d’Harry Truman. »
 
« Au début, je ne le croyais pas (M. Schell) jusqu'à ce que nous ouvrions son Footlocker militaire après sa mort en 1969. »
 
Il explique que son oncle a vécu à Middletown, dans l’Indiana, puis entretenu une ferme laitière après avoir travaillé dans les services secrets.
 
Il a ajouté : « Il m'a dit que le crash de Roswell était d’origine extraterrestre et que l'armée avait nettoyé le site. »
 
« Ils se sont rencontrés avec un major dénommé Edward Easley présent sur le site, avant de promettre à Truman qu’il ne resterait rien des débris et qu’aucune information ne filtrerait à ce sujet. »
 
L’information concernant l’implication du major Edwin Easley autour du site de l’incident de Roswell avait déjà été mise en évidence par le milieu ufologique américain.
 
Rappelons que récemment, trois experts en vision à distance, appelés aussi "intuitifs", connu comme étant parmi les plus talentueux de la planète, ont été individuellement mandatés pour tenter de savoir ce qui s’est vraiment déroulé à Roswell. Et les résultats furent extrêmement bluffant.