Rendlesham : révélations de menaces et intimidations ?


Express.co.uk rapporte que Brenda Butler, qui a visité la forêt de Rendlesham dans le Suffolk (cas intervenue à l'occasion de deux nuits distinctes après Noël de l'année 1980) chaque semaine dans l'espoir de recueillir des preuves de visites extraterrestres, a affirmé que ses deux acolytes et elle ont été harcelés par des fonctionnaires de police.

 
Lors d'une conférence sur les ovnis qui marquait les 35 ans de l'incident de Rendlesham en 1980, elle a affirmé que le ministère de la défense britannique avait essayé de lui faire signer un contrat afin de les faire taire. Elle affirme avoir été traquée par une "jeep de l'armée" dans les chemins de campagne.


Brenda Butler a enquêté sur l’affaire en compagnie de Dot Street et la célèbre ufologue Janny Randals qui a écrit le livre "Skycrash : A Cosmic Conspiracy", à propos de l'incident de Rendlesham. Elle a même affirmé qu’un homme âgé de 22 ans, qui avait été témoin, pourrait avoir été assassiné parce qu'il enquêtait sur ce cas.
 
Butler raconte à l’auditoire : « Nous avons reçu des appels téléphoniques puis été suivi et menacé. La police est même venue vérifier la présence de nos voitures… »



« Le soir où nous avons été pourchassés par la fameuse jeep, nous sommes retournés dans la forêt pour obtenir des photos d’orbes. Un hélicoptère de la police semblait aussi nous espionner. Ils nous ont demandé de ne pas venir ici. »
 
Elle a également affirmé qu’ils avaient, tous les trois, été invités par des responsables du ministère de la Défense à signer un contrat afin de « cesser de se rendre dans la forêt et d’interroger des témoins au sujet de l’affaire de Rendlesham. ».
 
Elle rappela plusieurs entretiens avec les habitants, y compris un garçon de 11 ans, qui avait prétendu avoir vu des lumières étranges se diriger vers la forêt, deux jours après les observations de la base aérienne.


Un autre homme, qui a vu ce qui ressemblait à un « hélicoptère pourvu d’un cornet de crème glacée à l'envers en dessous », a été averti par un garde de sécurité du fait qu’il ne fallait pas entrer dans la forêt étant donné qu'il y avait "une bombe non explosée,».
 
Elle a ajouté : « J’ai interviewé Michael Sims et deux garçons en 1983. Ils avaient vu des lumières blanches qui s’étaient divisées en trois parties à l'époque. Puis j’ai appris plus tard qu'il avait été assassiné dans une chambre d'hôtel. »
 
Elle a aussi affirmé que le ministère de la Défense les avait appelés par téléphone et averti Street et Randals qu’ils pouvaient "se retrouver au fond de l'océan".
 
Butler a déclaré : « Ils nous ont demandé de signer le contrat dans les années 1980, prétendant être de la sécurité nationale », mais elle ne possède pas de copie.
 
Elle a ajouté que : « ... Ralph Noyes, qui a quitté le ministère de la Défense, nous a dit que nos téléphones étaient sur écoute… »
 
« Michael (Sims) m'a dit, avant sa mort, qu'il allait à la recherche des autres témoins lorsqu’il serait aux États-Unis. »
 
Michael Sims, 22 ans et originaire de Suffolk, a été retrouvée assassinée dans une chambre d'hôtel à Trinidad, dans le Colorado, alors qu’il rendait visite à ses grands-parents en septembre 1985.


Le ministère de la Défense a réalisé sa propre enquête sur les observations de Rendlesham, avant de conclure qu'il n'y avait eu aucune menace et classé l’affaire par la suite.

Nick Pope, septique vis-à-vis des propos de Butler, ancien militaire, auteur et ancien responsable du projet OVNI au ministère britannique de la Défense, a déclaré : « Les revendications de Brenda n’ont pas de sens… Je voudrais voir le contrat qu’elle évoque. »


Un porte-parole du MoD a déclaré : « Notre intérêt pour les ovnis a pris fin en 2009. Il n'y avait pas de risque de défense identifié et nous ne faisons plus de commentaire à ce sujet. »

Une porte-parole de police de Suffolk dispose d’un document qui montre que les autorités étaient au courant du fait que les trois femmes enquêtaient. 

Rappelons que le cas de Rendlesham est quasiment sans faille. Le mois dernier, le colonel Charles Halt, témoin de l'ovni, a transmis à la BBC de nouveaux éléments, dont notamment un écho radar détecté durant ce fameux soir, et qui corrobore les témoignages des militaires.