Projet Sheivae : Un faux scoop avorté masque-t-il de vrais secrets d'État ?


Ovnis-Direct a été sollicité en anglais par l'auteur du scoop ‘Projet Sheivae' plusieurs mois avant qu'il mette en ligne un enregistrement d'un "message d'extraterrestre" sur son site : http://thesheivaeproject.com.
 
Nous lui avons proposé de travailler de concert à l'approfondissement des arguments de façon à nous assurer un minimum de sérieux avant de relayer le scoop qu'il nous annonçait. Faute de s'y être astreint, il en résulte que :
 
L'argumentation contextuelle du "projet Sheivae" nous paraît bien trop bâclée par rapport au contenu du prétendu scoop.
 
Éloignés comme nous le sommes, il faut en effet s'attendre à ce que l'auteur ait procédé de la même façon avec Ovnis-Direct et avec tous les autres sites ufologiques sérieux du monde.
 
Dans quel but ?
 
Nous en voyons deux possibles à une telle échelle. Ou l'auteur est un mytho sans jugeote prêt à rallumer en 2016 son pétard mouillé de 2011. Ou il a cette fois sollicité le relayage de tous les sites d'ufologie, en réponse à un service commandé, de façon à faire passer une fois de plus les vrais ufologues pour de doux illuminés.
 
En tout cas, il n'a pas approché Ovnis-Direct plusieurs mois avant la mise en ligne de son site pour nous demander de travailler avec lui sur une crédibilisation de son annonce. Mais bien au contraire pour nous demander de la claironner. Ce que nous n'avons pas fait conformément à nos processus d'investigations et d'enquêtes préalables.
La presse y faisant maintenant référence, il nous paraît utile de faire part de notre point de vue à nos fidèles abonnés.
 
De fait, l'autre possibilité des attendus de l'info sur un ET qui est perdu ! Mais ne dit pas d'où il vient, ni son âge, ni comment le trouver le contacter, pourrait être destinée à décrédibiliser une info véridique du même ordre sur le point d'être déclassifiée.


À suivre, car...

L'actualité ufologique, dont la relance opportune de X-Files, est soudainement très abondamment nourrie par des dizaines de milliers de documents déclassifiés, en pleines périodes électorales US et Brixit UK. Un hasard ou une manœuvre électorale anxiogène ?

Nous avons épluché une centaine de ces documents. Y compris une enquête sur l' "UFO's EVIDENCE" menée de sa propre main à grande échelle par le sénateur Robert Fitzgerald Kennedy auprès des plus grands génies américains; laquelle, espérons-le, n'a pas précipité son assassinat.

Chacun de ces documents secrets prouve, s'il en était encore besoin, que tous les pouvoirs politiques et militaires de la planète ont apporté autant de crédit, de curiosité et d'inquiétude aux phénomènes Ovnis de tous types... autant que les associations et ufologues dont la curiosité et le sérieux méthodologique n'ont décidément rien à envier aux institutions gouvernementales et militaires.

Ainsi, il apparaît que nos dirigeants soufrent de ce que j'appelle le syndrome de la foudre. Allez donc expliquer l'observation de la foudre quand vous avez le grand pouvoir, mais les faibles connaissances du roi Louis XIV ?

Le comble qui ressort de ces classifications, totalement doublées en parallèle par les ufologues et scientifiques contributeurs, est que la population naturellement curieuse, est beaucoup moins à protéger de l'information sur l'existence d'une dimension cosmique de l'histoire de sa planète que leurs dirigeants.

Nos dirigeants sont bien plus fragiles parce que perturbés et contrariés, eu égard à leur rang supérieur, de ne pas être mis non plus dans la confidence.

Et en cela la rubrique des PAN n'est qu'une petite illustration. Chaque officialisation de ce qui n'est plus à révéler comme la nocivité de l'amiante ou du tabac, ne fait que démontrer leur peu de sens des responsabilités consécutif à la limitation de leur délégation de pouvoirs par ceux qui en disposent vraiment.


Pourquoi ? Parce qu'il ne faut pas confondre pouvoir délégué et pouvoir suprême.

Principe qui peut se décliner en quatre raisons essentielles de dissimulation de quelque stratégie ou secret que ce soit (à débattre avec nos chers abonnés) :

1) Parce qu'il est plus confortable de diriger à l'abri du mur infranchissable de la pensée unique simplifiée. À l'instar des pubs et des paroles de chansons nécessairement binaires, il faut simplifier l'information pour une population réputée immature. Mais gare aux dirigeants de tout poil, car tant que le réseau Internet est débridable, un peuple doué d'une intelligence collective s'instruit, se consolide, migre et s'élève en masse, comme jamais.

2) Parce que rendre évidente leur incapacité à nous protéger dans un seul domaine, réduit à néant le pouvoir et la crédibilité de nos dirigeants. Alors autant éviter d'y rajouter des considérations cosmologiques même flagrantes. On gère déjà l'amiante, le tabac, le nucléaire, la production de gaz létaux, d'armes bio, le terrorisme et la prolifération massive des micro-ondes,... Alors inutile de rajouter les PAN pour asseoir mon incapacité ?

3) Parce qu'à de très rares exceptions près comme De Gaulle, Tatcher ou Merkel, nos dirigeants sont de simples acteurs promus par leur propre manque de résiliance à toutes les tentations. De toutes façons on ne comprend rien à ces observations aériennes, on ne nous transmet pas l'info, à Nous dirigeants; ça ne rapporte ni crédit, ni sexe, ni fortune, ni points dans les sondages...

4) Parce que les pouvoirs financiers, metteurs en scène mondiaux, au fait de toutes les informations, dont celles qu'ils génèrent, les distillent et les classifient. Eux aussi simplifient leur communication dédiée à l'élection et à la manipulation des acteurs politiques de premier rang. Le pouvoir suprême ne communique que sur ce qui est nécessaire pour distribuer, imposer et délèguer les rôles d'exécuteurs au sens propre comme figuré*.

En conclusion, attirer ainsi l'attention sur de fausses informations d'un côté, avec le projet Sheiva, et justes de l'autre avec des documents secrets déclassifiés, voire relancer simultanément la série X-Files, fait partie de ces signaux faibles avant-coureurs d'impacts généralement non négligeables.

P. Esiala le 1er mars 2016


*  Exemple magistral de communication ce mois. Le très talentueux et désormais très puissant acteur Leonardo DiCaprio a troqué ses quatre échecs précédents (probablement plus imputables à sa candeur qu'à son manque de talent) et son succès aux oscars 2016, contre l'exécution d'un message direct du pouvoir suprême (climatique réel avec des causes fallacieuses, mais profitables) à plus de 30 millions de spectateurs à la fois. Au nez et à la barbe de tous les dirigeants du monde, COP21 en tête. En digne successeur de Sinatra, il ne participe en rien à un complot de la mafia US italienne, mais à une pub industrielle aux frais des spectateurs. N'est-ce pas un projet industriel et financier planétaire sainement géré ça ?