Avions circulaires militaires : rapports déclassifiés dossier "Project 1794"


Publié le 25/11/2012 par L'IHEDN

Le sujet est connu par quelques spécialistes de l'aéronautique et des ovnis, depuis déjà longtemps, mais on finissait par se demander si une part de rumeur n'avait pas pris le relais. Les Archives nationales américaines viennent de déclassifier des documents estampillé Top Secret : les américains voulaient construire des aéronefs militaires circulaires ; autrement dit des soucoupes volantes. Le projet totalement secret remonte aux années 50, les pièces du dossier viennent juste d'être rendues publiques fin 2012 !
Les ufologues, les spécialistes étudiants les ovnis (Phénomènes Aériens Non identifiés, PAN, suivant la terminologie officielle utilisée par le Centre spatial de Toulouse), sont satisfaits, les archives nationales américaines viennent de déclassifier des documents de l'Aeronautical Systems Division. Et elles révèlent que l'US Air Force travaillait sur un projet de soucoupes volantes dans les années 1950. La presse s'est faite l'écho de cet évènement  dont le réputé magazine américain Wired.
Wired (de l'anglais branché ou câblé) est à la fois un magazine mensuel et un périodique publié à San Francisco, Californie depuis mars 1993. Il se concentre sur l'incidence de la technologie dans les domaines de la culture, de l'économie et de la politique. Il traite régulièrement de sécurité, nouveaux équipements et nouvelles technologies liée au monde économique. Sa version papier est aussi célèbre que son site en ligne.

Les archives montrent les plans de différents prototypes datant de 1956, élaborés dans le cadre du projet baptisé «Project 1794». Les ingénieurs américains rêvaient d'un engin qui puisse décoller et atterrir à la verticale, à la manière des soucoupes volantes des films et des romans de science-fiction. Les vaisseaux auraient dû pouvoir atteindre une vitesse de Mach 3, soit plus de 1km/seconde, et voler à 30km d'altitude.
On est en pleine guerre froide, les USA viennent de récupérer des scientifiques nazis (opération Paperclip) et ont connaissance de travaux réalisés par les allemands durant la guerre. Ces travaux ont fait émerger plusieurs armes secrètes, dont le V1 et le V2, premiers missile et fusée balisitique. Mais les chercheurs US prennent connaissance de projet moins aboutis d'avions circulaires, voire carrement d'engins plus futuristes en forme de soucoupe volante ou d'aile delta. Ces prototypes n'ont jamais bien fonctionnés, mais ont employé à titre militaire des centaines d'ingénieurs allemands et européens, placés sous le contrôle direct de la SS. Le but était de gagner la guerre avec des armes nouvelles volantes qui aurait littéralement anéanties les forces alliées avec leurs avions conventionnels. N'oublions pas que le premier avion à réaction de l'histoire qui ai fonctionné était un pur produit de la Lufwaffe : le  Messerchmit Me 262 262 Schwalbe (Hirondelle), mis en service en avril 1944 ! Plusieurs années d'essais furent conduits par Messerchmit pour le compte de l'armée de l'air allemande.

Aujourd'hui le sujet des prototypes volants  allemands n'est pas clos, la plupart des archives ayant été détruites par les bureaux d'études et la SS, au moment de la défaite allemande. Des archives restent à être trouvées et étudiées pour pouvoir attester d'essais secrets, dont ceux réalisés en 1943 à Prague, avec le disque volant Flügelrad de BMW, munis d'un réacteur ventral. Quelques années avant un avion circulaire allemand a volé, le Sachs AS6, doté d'un moteur central à hélice. Peu performant la Lufwaffe l'a peu utilisé.
Pour les USA,  le «Project 1794» n'a jamais abouti malgré les efforts déployés et les 3 millions de dollars de l'époque (soit 26 millions aujourd'hui) investis dans les travaux. Les engins conçus n'ont jamais pu voler de façon satisfaisante. Tout a donc été officiellement abandonné 10 ans plus tard.

A noter que si les plans des soucoupes sont dévoilés pour la première fois au public, les deux prototypes construits existent bel et bien.. Ils sont visibles l'un dans la galerie présidentielle du National Museum of the US Air Force à Dayton, dans l'Ohio, l'autre au US Army Transportation Museum, en Virginie. Et les essais des prototypes ont été filmés. Les canadiens ont également fabriqué leur prototype circulaie : l'Avrocar Ce n'est pas de la science-fiction, mais de la science.
Les français se sont aussi livrés à ce type de recherches. L'ingénieur  et constructeur d'avions, René Couzinet, déposa même un brevet sur sa « soucoupe volante », l'Aérodyne à ailes multiples ou RC 360. Le constructeur s'intéressa au problème du décollage vertical et fabriqua, dans ses ateliers de l'île de la Grande-Jatte, à Levallois-Perret, une maquette en bois au trois-cinquième de ce RC 360 présenté comme l'avenir de l'aviation. L'appareil est spectaculaire ! Mais la " soucoupe volante " de René Couzinet ne vola point, l'administration ayant estimé qu'elle n'avait pas à investir dans un projet pour le moins utopique.

Le 16 décembre 1956, épuisé par les difficultés qui s'accumulent, il disparaît. Depuis mars 1953, il avait mis son établissement de La Roche-sur-Yon à la disposition de l'armée américaine dans le cadre de l'assistance aux armées alliées. Trente ans plus tard, le 16 février 1983, le Conseil municipal de La Roche-sur-Yon décide de donner à son aérodrome des Ajoncs le nom de René COUZINET. La Roche sur Yon a ouvert un musée et l'on peut y voir la maquette, modèle réduit sur cette version, de l'aérodyne de Couzinet. Ce héros de l'aéronautique, même utopique sur certains projets, est passé à la postérité. Preuve que ses travaux étaient scientifiquement recevables et étayés.

Jean-Pierre TROADEC
Auditeur IHEDN
Chef d'escadron (RC) Gendarmerie nationale