Un phénomène répandu au comportement «désinvolte»


Un dossier signé Daniel Robin www.lesconfins.com et publié sur Ovnis-Direct le 14/01/2014

En tant que président de l’association Ovni Investigation, j’ai très souvent été confronté, lors de mes enquêtes sur le terrain, à des témoignages qui relataient des observations de triangles volants non identifiés (Mystérieux Triangles Célestes - MTC - ou PAN : Phénomène Aérospatiaux Non-identifié). Dans la majorité des enquêtes réalisées par notre association, les témoins observaient soit des lumières nocturnes qui se déplaçaient seules ou en formation, soit des triangles noirs (dans la majorité des cas) avec trois lumières à chaque angle.

Les autres formes d’ovnis (disques, cylindres, etc..) ne concernaient qu’un très petit nombre de cas. Les triangles occupaient donc une place de choix dans nos investigations. Confronté à ce fait, j’ai décidé de faire une petite étude sur les différentes formes et caractéristiques des triangles qui avaient été vus par les témoins. C’est le résultat de ce modeste travail que je présente dans ce dossier N°69 consacré au phénomène ovni.

Je ne prétends pas exposer toutes les sortes de triangles volants non identifiés qui ont été vus, mais seulement de mettre en évidence celles qui reviennent le plus souvent, et c’est déjà une tâche considérable. Nos enquêtes ont montré que les triangles volants non identifiés avaient un comportement récurrent. De nombreuses fois, les personnes interrogées nous ont dit que ces engins volaient à basse altitude au-dessus de rues ou de carrefours très fréquentés, en pleine ville, et à quelques dizaines de mètres seulement des toits des immeubles.

Cette « désinvolture » ou cette « insouciance », si je puis dire, vis-à-vis du fait qu’en pleine ville les engins sont repérables par de nombreux témoins, ne cesse pas de m’intriguer encore aujourd’hui. Ce comportement a de quoi surprendre. Il montre en tout cas que l’intelligence qui pilote les triangles ne semble pas trop se soucier de l’impact que le survol ostentatoire des villes pourrait avoir sur les populations. Mais peut-être n’est-ce qu’une apparence ? Avec le temps, l’étude de tous ces cas a révélé d’autres aspects étranges. Normalement, avec des survols au-dessus de zones urbaines très peuplées et très denses, nous devrions avoir un nombre considérable de témoignages.

Or c’est le contraire qui se passe : les témoignages sont rares. Comment expliquer ce fait ? C’est une question que nous soulevons mais à laquelle il est bien difficile de répondre pour le moment. L’attitude des « autorités » et des médias a aussi de quoi surprendre. Notons que cette remarque ne se veut pas polémique, elle reflète seulement le point de vue d’un citoyen qui cherche à comprendre une situation. Pour eux, la quasi-totalité des observations s’explique (a priori) par des lâchers de lanternes thaïlandaises.

C’est, selon nous, une explication trop facile qui frise le ridicule dans certains cas. Le constat est désolant. Nous n’avons pas en effet l’impression que les médias et les « autorités » expriment la volonté de comprendre, sans parti pris, ce qui se passe dans nos cieux. Mais doit-on s’en attrister ou s’en inquiéter ? Pour diverses raisons que nous évoquerons peut-être dans un autre dossier, la seconde possibilité me paraît la plus appropriée.

Le présent dossier consacré aux mystérieux triangles volants propose une classification de ce type d’ovnis basée sur des critères objectifs :

1) La forme générale de l’engin.

2) Le nombre et la couleur des feux (lumières, éclairages divers).

3) La façon dont le triangle apparaît aux témoins.

La classification comporte 5 Catégories ou Types principaux.

Etablir une classification des objets que nous étudions constitue une première phase indispensable à toute étude ultérieure de ces mêmes objets. C’est un préalable dont nous ne pouvons pas faire l’économie. Classer les objets c’est dire comment ils se situent les uns par rapport aux autres. C’est mettre en évidence les caractéristiques qui sont communes aux objets étudiés ainsi que celles qui permettent d’établir des différences entre ces mêmes objets. La classification que nous proposons est très simple et ne constitue qu’une base de travail. Ce n’est qu’une « introduction » à l’étude des ovnis triangulaires.