Pilotes civils, militaires et un radar voient des ovnis


« Quelle que soit la nature de ces objets, ils étaient certainement intéressés par mon morceau de métal, » déclare récemment un pilote au Gardian.
 
Un avion d’une compagnie espagnole, en provenance de Salzbourg et à destination des îles Canaries, a été forcé d’atterrir en urgence à Valence le 14 novembre 1979.
 
Cette histoire a été confirmée le 14 novembre dernier par le pilote de l'avion, le capitaine Javier Lerdo Tejada, à Arrecife, la capitale de l'île canarienne de Lanzarote. « Ce que je vis », dit-il, « était un objet volant non identifié. »
 
L'avion, appartenant à la compagnie charter espagnole TAE, volait avec 109 touristes allemands et autrichiens à son bord, avec une escale de ravitaillement prévue à Palma de Majorque. Lorsque le capitaine Tejada a vu l'objet et décidé d’atterrir, les passagers ont été informés qu’il s’agissait d’une procédure d'urgence due à une panne.

pilotes ovnis
Illustration d'une soucoupe volante

« Je n'ai jamais connu un tel danger, » viens d’avouer le Capitaine Tejada au média The Guardian.
 
« Quelle que soit la nature de ces objets, ils étaient certainement intéressés par mon morceau de métal. J’ai vu deux très fortes lumières rouges et n’avais jamais observé une telle chose avant. Ils se sont déplacés très rapidement puis sont restés ensemble de manière verticale et horizontale avant de se rapprocher. Ils sont restés à proximité de mon avion pendant 10 minutes environ. »
 
« Je les ai tout d’abord vus à une distance 1 mile alors qu’ils se trouvaient à 23,000ft. Puis, à 28,000ft ils se sont positionnés à un demi-mile de distance de notre avion. Puis à 29,000ft on les a observés au-dessus de nous… »
 
« J’ai ordonné aux passagers de boucler leur ceinture de sécurité et directement allumé les phares d'atterrissage par mesure de précaution. J’ai transmis toutes mes informations au contrôle aérien de Barcelone, mais ils ne pouvaient rien voir sur leur scanner. Puis j’ai été en contact avec l’Air Force de Madrid, qui fait partie du système aérien d'alerte espagnol qui utilise un équipement plus sophistiqué. Ils ont capté les objets au moment où ils se trouvaient très près de moi. »



« J’ai alors entrepris la procédure d'urgence, en tournant brusquement loin des objets qui ont ensuite été clairement repérés par Madrid. Les objets nous suivaient bas, soit 12000ft en 30 secondes. Je n’ai jamais entendu parler d'un avion capable de réaliser cela. Au moment où je me suis situé à 30 miles à l'extérieur de Valence, les objets ont disparu. »
 
« Un intercepteur de type Mirage a été envoyé sur les lieux depuis la base aérienne d’Albacete. Le pilote m’a plus tard confirmé ce que j’avais vu ».

 
Le Capitaine Tejada est un pilote expérimenté qui a servi au sein de l'Armée de l'Air espagnole pendant six ans, avant de devenir pilote professionnel durant neuf années.
 
Rappelons que ce cas se déroule durant une période où il est impossible, aujourd’hui, de soupçonner qu’une quelconque technologie humaine ait pu être capable de réaliser de telles prouesses aériennes.