OVNIS : la dialectique du Soi et du Moi


EN EXCLUSIVITE pour OVNIS-DIRECT par Philippe SOLAL, Agrégé de philosophie

Le présent article a pour objectif de présenter un modèle théorique sur la nature de la noosphère ou "univers des consciences", celle-ci étant posée à titre d’hypothèse comme la source des intelligences qui se manifestent dans le phénomène OVNI.


I. Le concept du Soi
 
Jusqu’à présent, dans les études que j’ai proposées,  j’ai été assez réfractaire à la dialectique du Soi et du moi développée par Philippe Guillemant dans sa contribution à l’ouvrage OVNIS et Conscience, et reprise sous une forme d’inspiration plus “jungienne” par Jean-Jacques Jaillat dans le même ouvrage. Je ne voyais pas ce que venait faire là ce concept de “Soi” tout droit issu des traditions védiques et bouddhistes (entre autres), et cela constituait à mes yeux un mélange des genres arbitraire et injustifié.
 
J’ai mieux saisi l’importance de cette référence au Soi en relisant des pages du psychanalyste Carl Jung sur le sujet, dans le cadre d’une théorie de l’inconscient. Si le moi désigne la perception consciente, le Soi englobe l’inconscient psychique et le moi. Le moi ne constitue que la partie éclairée et incarnée du Soi. 

Carl Gustav Jung  (1875-1961)

Fig. 1- Carl Gustav Jung utilise le terme Soi pour désigner l'entièreté psychique qui distingue une personne au-delà de ce qu'elle perçoit d'abord (cette perception étant le Moi). Voir Les racines de la conscience, Paris, Buchet Chastel, 1971, p. 281 et suivantes.

A partir de ce concept, et si l’on quitte le terrain de la psychanalyse pour celui de la métaphysique, un modèle d’interprétation intéressant s’offre à nous, qui rejoint de manière remarquable la réflexion de Jean-Jacques Jaillat, modèle que j’exposerais comme suit :
 
Il nous faut penser le Réel comme un champ, un champ de conscience, où des consciences collectives individualisées produisent l’univers conscientiel qui se manifeste à nos yeux sous la forme de l’univers phénoménal (observable).  Ce champ de conscience est premier, originaire, éternel.
 
Le monde phénoménal qu’il produit est le lieu de notre incarnation (dans des “corps” qui ne sont en définitive qu’une certaine configuration de l’information).  La conscience, lorsqu’elle s’incarne, est similaire à un signal (ondes) vis-à-vis d’un poste de télévision.
 
Notre cerveau est ce poste et le décrire dans tous ses aspects fonctionnels est du même ordre que décrire la technologie d’un téléviseur. On décrit des capteurs, des tubes cathodiques, des diodes, etc. mais le signal vient d’ailleurs: il vient du champ de conscience originaire.
 
Lorsque la conscience s’incarne, sa perception est réduite, le champ de conscience est considérablement amoindri. Il retrouve toute son extension lors de la sortie du corps, comme le montrent à l’envi les récits de NDE. 

ovnis soi et moi
Fig.2- selon une métaphore classique et très éclairante, la conscience est au corps ce que le signal est au poste de télévision : il lui est extérieur et ne cesse pas d’émettre même une fois le poste de télévision détruit.

II. Le concept de Soi appliqué au phénomène OVNI
 
J’en viens au thème des OVNIS. Posons à titre d’hypothèse que le Soi désigne la partie inconsciente de toutes les consciences collectives individualisées qui ont pris forme phénoménale.  La Noosphère serait dès lors composée d’une multitude de Soi.  En ce sens le Soi est un « inconscient ontologique », objectivé, qui se manifesterait dans le phénomène OVNI, l’inconscient propre à chaque témoin, à chaque contacté ou abducté. Cet inconscient serait le Soi attaché à chacun des moi incarnés.

Ce modèle est intéressant dans la mesure où il expliquerait pourquoi, dans les RR3 et RR4, le phénomène utilise la grammaire de l’inconscient, exactement comme dans le rêve nocturne : effets de déplacement, de métonymie, métaphorisation, calembours incarnés, etc.  La théorie psychanalytique  nous apprend que le rêve utilise son matériau de base dans les images de la veille, ce qui coïnciderait avec les données personnelles ou transpersonnelles dont le phénomène s’habille pour se manifester. Les souvenirs les plus récents sont en effet le matériau apparent du rêve (Freud, Jung). 

Pour résumer: dans le phénomène, ce serait l’Inconscient du sujet qui se manifesterait, mais un Inconscient objectivé, ce qui correspond au Soi. Cela expliquerait :

1) pourquoi le phénomène nous connait si bien
2) pourquoi il s’adresse à chaque fois à une seule personne en propre, dans les RR3 et RR4.

L’origine du phénomène serait dès lors une part de nous-mêmes, mais sans que cette filiation soit considérée comme un réductionnisme psychologique.  Cette part de nous-mêmes serait en effet transcendante, hors espace-temps, non incarnée, capable de se matérialiser grâce au jeu sur l’information.

Cette origine permettrait d’expliquer  le caractère si onirique des RR3, qui seraient, en vérité, des rêves matérialisés, utilisant la grammaire de l’inconscient. Si l’on suit cette ligne d’interprétation, ce ne serait plus en terme de connexions conscience exogène/conscience humaine qu’il faudrait penser le phénomène mais en terme de relation généalogique puisque le moi est issu de la genèse du Soi.

Le Soi et le Moi étant consubstantiels, ce serait la raison pour laquelle le phénomène OVNI lui-même serait consubstantiel à l’histoire humaine, puisque l’homme porterait avec lui cette problématique. Comme l’écrivait Aimé Michel, il y a plus de trente ans déjà, le phénomène OVNI ne se manifesterait que là où il y a de l’humain.

Illustrations : onirisme des RR3

Fig.3- Cas Rosa Lotti survenu le 1er novembre 1954 à Cennina (Toscane), qui fait partie des grands classique de l’histoire ufologique italienne. L’affaire vit se dérouler la comédie des deux nains farceurs.

Fig.4-Cas Zanfretta (1978)

III. Conclusion :
 
Cette thèse de la Dialectique du Soi et du Moi est subversive, très agressive par rapport à nos schémas de pensée habituelle et il faut la prendre pour ce qu’elle est : une voie d’exploration parmi d’autres. Elle a ses faiblesses : ce modèle me parait parfaitement coller avec ce que l’on sait des RR3 et RR4, mais reste plus discutable pour les RR1 et pour toutes les observations collectives d’OVNIS (sans visions d’occupants). Mais elle a aussi ses forces : cette dialectique du Soi m’évoque le daimon socratique, la thématique des anges et toutes les figures archétypales qui veillent sur nous et influencent discrètement les lignes de vie que choisit le moi. Le Soi serait ainsi notre ange-gardien,  car ce serait la partie incarnée de lui-même qu’il tenterait d’aider et d’éveiller spirituellement à travers ses manifestations insolites.

Philippe Solal