Observations des Îles Canaries (1976)

Un célèbre cas de phénomènes aérospatial non identifié eut lieu dans la nuit du 22 juin 1976, au-dessus de Tenerife, La Palma et La Gomera. Il y eut de nombreux témoins et l'Armée de l'Air espagnole diligenta une enquête qui fut déclassifiée en 1994 et qui révéla qu'aucune explication rationnelle n'a été trouvée.

On eut comme titres de journaux : " des centaines de personnes observèrent un phénomène lumineux qui dura une vingtaine de minutes et fut vu au-dessus de Tenerife, La Palma et La Gomera. "

À 21:27, l'équipage du " Atrevida ", un navire d'escorte de la Marine qui se trouvait à 5,5 kilomètres au large de Punta Lantailla sur la côte de l'île de Fuerteventura, fit une observation étrange. Le capitaine du bateau a fourni une description détaillée de l'événement :
"  À 21:27 le 22 juin, nous avons vu une lumière jaunâtre-bleuâtre intense se déplacer au large du rivage vers notre position. D'abord nous avons pensé que c'était un avion avec ses lumières d'atterrissage. Puis, quand la lumière avait eut atteint une certaine élévation en altitude (15 - 18 degrés), elle est devenue stationnaire.

La lumière originale s'est éteinte et un faisceau lumineux a commencé à tourner. Il est resté comme ceci pendant approximativement deux minutes. Puis un grand halo intense de la lumière jaunâtre et bleuâtre s'est développé, et restée à la même position pendant 40 minutes, quoique le phénomène original n'ait été plus visible. "  " Deux minutes après le grand halo, la lumière s'est séparée en deux parties, la partie plus petite étant dessous, au centre du halo lumineux, où un nuage bleu est apparu et la pièce dont le noyau bleuâtre était venu a disparu. La partie supérieure a commencé à s'élever en spiralant, rapide et irrégulière, et a finalement disparu. Aucun de ces mouvements n'a affecté le halo circulaire initial de quelque façon, qui est demeurée tout le temps inchangé, son éclairage brillant éclairant une partie de la terre et de l'océan, ce dont nous pourrions déduire que le phénomène n'était pas très loin de nous, mais bien proche ".
Trois minutes plus tard, à 21:30, beaucoup de gens dans l'île de Grande Canarie ont observé un phénomène très semblable. La majorité des témoins interviewés par l'Armée de l'Air venaient des villages de Galdar, de Las Rosas et d'Agaete. Ils étaient de différentes professions : un médecin, un professeur d'école, un fermier, un sergent, deux chauffeurs, des policiers et des ouvriers. Les journaux et des ufologues ont localisé des témoins additionnels dans les îles.

Les observations les plus significatives ont été faites par des témoins de trois villages nommés Galdar, Las Rosas et Agaete.

Le récit le plus marquant fut celui d'un docteur et son chauffeur de taxi qui virent le phénomène d'assez près pour remarquer la présence de deux entités dans l'engin. À noter aussi que l'armée espagnole a montré un vif intérêt pour cette affaire.

Il s'agissait du docteur Francisco Padron Leon qui était en déplacement dans un taxi à ce moment, pour se rendre à la maison du patient qui l'avait appelé. Il vit avec le conducteur une grande sphère bleue luisante. Le docteur regarda la sphère suffisamment longtemps pour faire un rapport très détaillé de l'objet inconnu. Il la décrivit comme ayant un rayon de 100 pieds, avec la partie inférieure l'intérieur de la boule ayant une plate-forme faite d'un matériau semblable à l'aluminium. Deux grands êtres extraterrestres, de 8 à 10 pieds de haut, pilotaient la plate-forme, ou contrôlaient le centre de la sphère, chacun d'un côté. Les êtres portaient des vêtements d'une couleur rouge, et se regardaient directement l'un et l'autre en effectuant leur tâche. Les êtres étaient de forme humanoïde, avec des têtes disproportionnèrent grandes par rapport au reste de leurs corps. Ils portaient un casque. Le docteur parvint à glaner une si bonne description des êtres et de la plate-forme parce que la sphère était totalement transparente. Il put voir des étoiles à travers la sphère. Alors qu'il la regardait, elle commença à devenir de plus en plus grande et à s'éloigner de l'île vers la ville de Tenerife. Après avoir atteint sa taille ultime, elle se dissolu alors en une petite taille avant de disparaître.

Une voisine qui vivait près du patient du docteur, et qui regardait la télévision, vit son écran ne plus rien afficher, et entendit ses chiens aboyer fortement dehors. Elle courut à une fenêtre pour voir ce qui se passait, et vit le taxi du docteur, et la sphère, dans laquelle elle rapportera à son tour avoir distingué 2 personnages.

Il est possible que ces deux observations correspondent au même phénomène. Cependant, si le premier est prouvé (de nombreux témoins, crédibles, à des endroits différents, décrivant la même chose sans contradictions) et confirmé par le rapport militaire, le second ne dispose d'aucune preuve, même si l'enquête militaire a jugé les témoins crédibles.

Une photographie fut prise par un touriste, qui fut analysé, et aucun trucage, ni méprise avec un phénomène connu ne put être détecté.

En raison de la nature étrange de la rencontre rapprochée du Docteur Padron et du conducteur de taxi, l'adjudant-major conclut :  " Nous sommes forcés de considérer la circonstance très probable que les deux témoins, faisant face à la présence d'un phénomène peu commun dans le ciel, ont relaté ce que leurs esprits leur ont fait voir, s'influençant mutuellement. En tant qu'adjudant-major chargé de l'enquête je n'ai pas le plus léger doute au sujet de leur sérieux et sincérité. Ils ont raconté ce qu'ils ont incontestablement considéré avoir vu."

La conclusion finale de l'adjudant-major, cependant, était ce que l'équipage de la corvette Atrevida et beaucoup d'autres témoins observés dans le ciel la nuit juin 22, était en effet "un phénomène aérien non identifié." Il est important de noter que cet incident n'était ni le premier ni le dernier rapport relatif aux OVNIS étudié officiellement dans les Canaries. Le 19 novembre 1976, le général commandant de la zone aérienne des Canaries, le général Carlos Dols De Espejo, et ses aides de camps ont observé de première main un autre grand objet brillant alors qu'ils voyageaient à bord d'un avion de transport T-12 de l'Armée de l'Air. L'équipage d'un navire-école de la Marine espagnole et des militaires de la base aérienne de Gando ont également rapporté le phénomène. L'adjudant-major qui a enquêté sur ce cas a conclu son rapport de la façon alambiquée, mais pourtant sans ambiguïté suivante: 

" Si nous étudions dans l'ensemble les trois rapports publiés jusqu'à présent (1/75, 1/76, et 2/76), nous devons réfléchir sérieusement à la nécessité de considérer la possibilité d'accepter l'hypothèse qu'un engin d'origine inconnue, propulsé par une énergie également inconnue, se meut librement au-dessus des cieux dans les Canaries."

Hypothèse d'un avion militaire

Il n'y avait aucun trafic aérien, civil comme militaire, à cette heure-ci sur cette zone des Canaries.
De plus, les descriptions faites des engins observés et des occupants ne laissent aucune place à l'hypothèse qu'il puisse s'agir d'un engin militaire.

Hypothèse du missile 

L'hypothèse du missile fut aussi rejetée, du fait de la luminosité et du comportement de l'OVNI. De plus, les militaires auraient sûrement reconnu un essai de missiles. Mais beaucoup de septiques penchent vers cette théorie.

Hypothèse du phénomène atmosphérique

L'idée d'une aurore boréale fut elle aussi analysée et rejetée, car les aurores sont rares à cette latitude. De plus si tel fut le cas, elle aurait été aussi observée dans toute l'Europe et l'Afrique du Nord.
Hypothèse d'une météorite

Les hypothèses d'une chute de météore ou d'un ballon météo furent aussi rejetées, du fait des importantes variations de vitesse et de trajectoire observées.

Au cours de l'année, des signalements divers seront faits d'objets semblables au-dessus des Canaries. Un rapport gouvernemental officiel est publié, reconnaissant la validité des signalements d'ovnis, mais rejetant leur nature extraterrestre.

On a encore une fois un cas de témoignages d'observations de masses appuyés par des rapports de l'armée qui n'est pas parvenu à déterminer la nature exacte des objets apparus dans le ciel.
Le plus étrange pour moi est la description faite par les témoins qui ont prétendu avoir vu des êtres de type humanoïdes à l'intérieur de l'Ovni. Ce qui peut exclure l'hypothèse de prototypes secrets américains.

À supposer qu'il s'agisse d'engins de l'armée américaine, quel serait le but ? Faire des tests sociopsychologiques sur cette population, comme je le pense pour la vague Belge ?

Ce dont on est une fois de plus sûr, c'est  que ces objets sont bien apparut. Cela est, de plus, confirmé par l'armée. Il reste à déterminer leur nature.