Ovni : un policier britannique a rompu un silence de 27 ans ?

Dans le média Express, un policier britannique aurait rompu un silence de 27 ans concernant une étrange observation réalisée au-dessus d’une base de missiles nucléaires.
 
Le témoin, âgé de 70 ans, qui n'a pas été nommé par crainte d’avoir enfreint la loi sur les secrets officiels, s’est manifesté suite à une observation identique réalisée par un témoin, Vanessa Cloete, qui a révélé une image d’un ovni planant au-dessus de la zone de Charnham Parc de Hungerford dans le Berkshire.


L'ex-officier raconte avoir observé durant une nuit, à la fin des années 1980, en compagnie de son collègue, le même type d'objet en train de voler vers le bas. C’était au-dessus de Greenham, plus précisément à proximité des silos de missiles nucléaires.



Greenham Common, célèbre pour ses protestations antinucléaires, fut occupé par la RAF et l’US Army Air Force, puis fermé en 1993 après la guerre froide.
 
L'homme prétend avoir signé une sorte d’accord de confidentialité concernant ce qu’il avait pu voir et donc promis de ne jamais parler de cet événement.

L'OVNI capturé par Vanessa Cloete l'an dernier

Il a déclaré : « Il s’agissait exactement du même ovni que celui qui est représenté sur la photo présente dans le journal ».
 
« Je veux que les gens de Hungerford et Lambourn qui ont réalisé cette observation sachent qu’ils ne sont pas seuls et que quelqu'un les croit. »

 
Il a ajouté : « J’étais en patrouille près des silos de missiles avec un collègue alors que nous nous trouvions à la station essence ».
 
Il s’agissait selon ce même témoin d’une sorte de « roulement à billes brillant composé d’un halo lumineux ».
 
« Il flottait au-dessus de la piste. »
 

Il a déclaré que l’engin avait filé à une "vitesse incroyable" puis informé par la suite la salle de contrôle.
 
Puis il fut mis en garde, le lendemain de l’observation, de ne jamais en parler.
 
Concernant la photographie de Cloete, le MUFON aurait conclu qu’il s’agissait de la planète Vénus, qui est souvent très lumineuse à l'œil nu.



Avouons qu’il demeure assez étrange que ce témoin ose rompre son fameux accord de confidentialité en fournissant autant de précisions sur le lieu de l’observation. Nous espérons bien évidemment que l’Express a réalisé officieusement tous les contrôles de référence concernant ce témoin qui souhaite rester anonyme.