Rendlesham : nouvelles révélations fracassantes de contrôleurs aériens


Disparitions mystérieuses d’archives, témoignages saisissants de contrôleurs aériens sous serments, observations d’objet manipulé par une intelligence….
 
De nouveaux éléments apportés sur l’affaire de Rendlesham attestent du caractère extrêmement sérieux de ce cas et corroborent les témoignages des militaires au sol.
 
Des contrôleurs aériens prétendent, dans le cadre d’une bande-annonce de documentaire, qu’un ovni a parcouru 120 miles en 8 secondes dans le cadre de la plus célèbre rencontre rapprochée de Grande-Bretagne.
 
Ike Barker et Jim Carey ont livré leur première grande interview depuis l'incident de la base RAF de Bentwaters, dans le Suffolk, présenté comme le cas le mieux documenté au monde.
 
Ils étaient en service dans la tour de contrôle lorsque la cible non identifiée a été observée sur le radar à la fin décembre de l’année 1980.



Ike Barker et Jim Carey en train de livrer leur premier entretien public.

Rappelons que le 27 décembre 1980, des lumières inhabituelles ont été vues par le personnel militaire dans la forêt de Rendlesham, situés entre deux bases de la RAF Bentwaters et RAF Woodbridge.
 
Ces observations sont intervenues à l'occasion de deux nuits distinctes, lors de la semaine après Noël. Deux semaines plus tard, le Colonel Charles I. Halt a envoyé au ministère britannique de la Défense un rapport sur ce que ses hommes et lui ont vécu.
 
Durant la deuxième nuit, Halt et ses hommes ont vu un objet inconnu se déplaçant à travers les arbres et éjectant sur place une substance fondue.
 
En plus d'un enregistrement audio réalisé au moment des faits, Halt a également rédigé un rapport décrivant un faisceau laser émis par l’ovni.

Charles I. Hal


Halt a récemment déclaré : « L'armée n'a rien à voir avec cela, mais je peux vous dire qu’il existe un certain type d'intelligence supérieure capable de changer de taille, de forme, et réaliser de drôles de choses… Il s’agit potentiellement d’êtres intelligents qui ne nous ressemblent pas, et par rapport auxquels il est impossible de se comparer. »
 
Halt avait même déposé un rapport officiel au ministère britannique de la Défense, surnommé le «Halt Memo», donnant des détails sur l'affaire, libérée en vertu du Freedom of Information Act.

Ike Barker

Ike Barker, l’un des deux contrôleurs aériens, a déclaré : « Cela ne ressemblait à aucun écho radar que j'avais déjà vu. »
 
« Il se déplaçait à un rythme et une vitesse extrêmement élevée. Il est passé au-dessus de la tour de contrôle, puis disparu. Je n’ai jamais vu quelque chose avec une telle manœuvrabilité ».
 
« Il était de couleur orange et a surgi… Il y avait des lumières autour du centre, ne ressemblant à aucun feu de navigation. »
 
« C’était comme si vous observiez des lumières en provenance de l'intérieur d’un appareil. Il a plané momentanément puis inversé son cours avant de retourner à une vitesse élevée. »



Carey, un sergent de la 2164e Escadron des communications a déclaré que la cible inconnue avait réalisé un virage à angle droit pointu et à grande vitesse avant de quitter la zone.
 
Il a déclaré : « C’était phénoménal de voir l’objet se déplacer aussi vite. Cela ne pouvait pas nous appartenir sachant aucun jet n’est capable de réaliser un virage immédiat à angle droit ».
 
Les experts de radar, qui n’ont pas signalé l'observation à leurs supérieurs par crainte que cela ne ruine leur carrière, font partis des 150 témoins militaires à avoir signalé des observations d’ovnis au-dessus de laboratoires d'armes nucléaires, des zones d'essai, des dépôts de stockage et des sites de stockage de missiles depuis les années 1940.


Les gouvernements américains et russes ont même déjà déclassifié des documents au sujet de dysfonctionnement au niveau des systèmes de lancement de missiles, provoquant la panique parmi les chefs militaires pendant la guerre froide.
 
Le chercheur américain Robert Hastings, qui a produit le documentaire et écrit un livre sur ces incidents estime que ces incursions sont un avertissement envers l'humanité.
 
Il a déclaré : « Mon opinion est que ces ovnis sont pilotés par des visiteurs venus d’ailleurs et se livrant à des provocations contre des sites de stockage de missiles nucléaires américains et russes. Ils cherchent à nous transmettre le message comme quoi il serait suicidaire de se livrer à des intimidations d’ordre nucléaires. »

Robert Hastings

Le détective britannique de la police à la retraite, Gary Heseltine, qui édite désormais un magazine ufologique, a déclaré : « Le témoignage des deux opérateurs de radar devrait une fois pour toutes mettre un terme aux théories sceptiques et ridicules au sujet par exemple du fait que le personnel militaire avait pu confondre l’ovni avec le phare d’Orfordness. »
 
« Leur témoignage met clairement en évidence l’idée que les ovnis étaient intéressés par la base et que les faisceaux étaient bien dirigés vers les lieux de stockage nucléaires. »


Rappelons que des membres du personnel de sécurité de l’US Air Force, John Burroughs et Jim Penniston, ont été les premiers à signaler la présence de lumières étranges, le 26 décembre 1980.
 
Burroughs, vétéran de l’US Air Force, estime que l’incident est à l’origine de ses problèmes de santé actuels.
 
Tout d’abord, le gouvernement a nié que Burroughs avait été en service actif à l'époque des faits.
 
Puis avec l'aide d'un avocat et du bureau du sénateur américain John McCain, les documents le concernant ont été corrigés et son handicap a fini par être reconnu.
 
Lui et son avocat perçoivent cette victoire comme « la reconnaissance par le gouvernement américain de l'existence des ovnis. »

John Burroughs (à droite) et son avocat Pat Frascogna en train de présenter leur cas au Congrès Ufologique International de 2015 (Crédit: Carlo Petrick)