Nouvelle théorie sur le crash de Roswell


Publié le 06.07.2017

Une nouvelle théorie vient de paraitre au sujet du crash de Roswell (juillet 1947) qui serait une opération de couverture de la Force aérienne des États-Unis (USAF) dans le but d’éliminer les effets d'un incident nucléaire important.


Le blogueur sceptique, John Keeling, vient de révéler une théorie qui l’aurait interpelé il y a quelques années alors qu'il réalisait des recherches pour un documentaire télévisé.
 
M. Keeling a déclaré que cette théorie avait été proposée par l'ancien Major Robert Friend, qui avait été enquêteur principal sur les ovnis pour l'USAF de 1958 à 1962.
 
Le Major Friend avait été à la tête du projet Blue book et au moment où l'USAF avait activement enquêté sur des incidents tels que Roswell entre autres.


Rappelons que Roswell a toujours été au cœur du théâtre ufologique depuis juillet 1947, lorsque l'armée a annoncé dans un communiqué de presse avoir découvert les restes d'une soucoupe volante écrasée dans le désert du Nouveau-Mexique. L’armée est ensuite revenue dès le lendemain sur sa déclaration pour affirmer qu’il s’agissait finalement d’un ballon-sonde.
 
Plus tard, des témoins se sont exprimés pour dire que des corps étrangers se trouvaient à l’intérieur "d’engins écrasés", et qui ont ensuite été transportés dans une base militaire top secrète.
 
Allan Hyneck aurait même à ce sujet déclaré à sa secrétaire que les corps d’humanoïdes se trouvaient sur la base d’Holloman.
 
Selon M. Keeling, M. Friend a répondu : « J'ai des points de vue personnels sur certains des cas qui diffèrent des explications officielles. »
 
« D’ailleurs, je crois qu'un dispositif nucléaire non armé a été lancé par inadvertance à Roswell et que quelqu'un avait estimé qu'une histoire concernant un atterrissage d’ovni couvrirait les opérations de récupération. »
 
« Il existe des éléments de preuve qui vont dans cette direction. »
 
« Si cela vous intéresse, alors je vais vous fournir plus de détails concernant mes conclusions ».

 
Il a poursuivi qu'il pourrait y avoir un « précédent » concernant ce type d'accident nucléaire.
 
Il a écrit : « En 1945, alors que des bombardements avaient été commandités depuis l'Utah dans l’optique d’une attaque atomique sur le Japon, une énorme ogive contenant un déclencheur explosif était accidentellement tombée d'un avion, s'immobilisant dans le sol près de la ville californienne de Caliapatra. »
 
« Une opération de sécurité massive a rapidement eu lieu pour récupérer l'appareil et détruire le cratère. Il s’agit du premier incident de « Broken Arrow ».

Broken Arrow se réfère à un événement accidentel impliquant des armes nucléaires, des ogives ou des composants tels qu’une détonation nucléaire accidentelle ou inexpliquée, détonation non nucléaire ou combustion d'une arme nucléaire, contamination radioactive, perte en transit de l'actif nucléaire avec ou sans son véhicule porteur…
 
En 1994, en raison de l'intérêt croissant pour l'incident de Roswell, l'USAF se serait intéressé de nouveau à ce cas.
 
Il a conclu que le ballon qui s'était écrasé faisait partie d'un projet d'espionnage top-secret appelé "Projet Mogul".
 
Les ballons en question étaient équipés de dispositifs pour espionner les essais nucléaires de l'Union soviétique.



L'USAF a conclu qu'il n'y avait pas eu de véritable tentative de dissimulation.
 
M. Keeling a ajouté : « Évidemment, Friend pourrait avoir des preuves pour réfuter la principale hypothèse conventionnelle au sujet de Mogul ».
 
"Mais il n'y a certainement aucune preuve d'une origine extraterrestre".
 
Cependant, le rapport de 1994 a effectivement envisagé la possibilité d'un accident nucléaire, avant de l’exclure par la suite.
 
Il a déclaré : « Tout ce qui se passait près de Roswell pouvait impliquer des armes nucléaires. »
 
« Ce fut un sujet de préoccupation logique puisque le 509e groupe de la bombe était la seule unité militaire au monde qui avait accès à l'époque aux armes nucléaires. »
 
« Un certain nombre d'enregistrements toujours classé sous l’appellation "SECRET" et "SECRET-RESTRICTED DATA" » et impliquant des armes nucléaires se trouve dans le Federal Records Center de Saint-Louis.
 
« Ces enregistrements, qui concernaient le 509e, n'avaient rien à voir avec des activités ayant pu être mal interprétées comme" l'incident de Roswell ". »
 
Nigelle Watson, ufologue, a déclaré : « Le rapport du gouvernement des États-Unis a conclu qu'il n'y avait aucune preuve indiquant qu'un vaisseau spatial étranger ou ses occupants avaient été récupérés. »
 
« Il rejette également l'idée qu'il ait pu s’agir d'un accident nucléaire »
 
« Ce serait à la hauteur d’une explication logique puisque la seule unité militaire qui avait accès aux armes nucléaires, le 509e groupe de la bombe, était basée sur la base aérienne de Roswell ».
 
« Au lieu de cela, le rapport suggère que le projet Mogul top secret était à l’origine de ce crash. »
 
« La théorie de l'accident nucléaire ne tient pas la route même si elle semble plus crédible que la théorie du vaisseau spatial extraterrestre. »

 
Roswell est devenu un mythe destiné à alimenter nos fantasmes.
 
Rappelons néanmoins que pour la première fois, trois experts en vision à distance, appelés aussi "intuitifs", connus comme étant parmi les plus talentueux de la planète, ont été individuellement mandatés pour tenter de savoir ce qui s’est vraiment déroulé à Roswell.  En savoir plus...