La NASA annonce une découverte qui rendrait Mars potentiellement habitable


La NASA a révélé lors de sa conférence de presse tant attendue (le 28 septembre à 17h30 heure française) qu'une sonde avait découvert des preuves de la présence d'eau liquide sur Mars.
 
Le média RTL rapporte que « Les curieuses lignes qui entaillent les pentes de Mars pourraient être des ruisseaux de saumure, une solution aqueuse saturée en sel, selon de nouvelles données appuyant la thèse de l'existence d'eau liquide sur cette planète, une condition préalable à la vie. Des scientifiques américains et français déclarent avoir trouvé des signes, dans ces traces, de la présence de sels minéraux "hydratés", qui ont besoin d'eau pour leur formation. »




Ces résultats, obtenus grâce aux images fournies par la NASA, "appuient fortement l'hypothèse" de la présence d'eau liquide sur Mars et ce, de nos jours, conclut l'étude parue lundi dans la revue Nature Geoscience.
 
Les lignes, qui peuvent faire jusqu'à quelques centaines de mètres de long sur cinq mètres de large, apparaissent sur les pentes de Mars pendant les saisons chaudes, s'allongent puis disparaissent quand les températures chutent.
 
Le perchlorate, un type de sel identique à celui évoqué aujourd'hui, est très absorbant et abaisse le point de congélation de l'eau de sorte qu'elle reste liquide à des températures plus froides.

"De l'eau liquide coule le long des canyons et des cratères durant les mois d'été sur Mars", explique l'équipe scientifique à l'origine de la découverte dans The Guardian. À cette période, la température peut attendre environ 21 degrés Celsius, rappelle The Verge. De plus, la solution qui dévale les pentes martiennes ne gèle pas à 0 degré, car la présence de sel l'empêche de se solidifier.

La trouvaille est majeure car la présence d'eau rend Mars potentiellement habitable.

Les scientifiques savaient déjà que de l'eau existait sous forme solide au niveau des pôles de la planète rouge. Pour déceler la présence de liquide, l'équipe de scientifiques a d'abord prouvé la présence de sel, comme l'explique la chercheuse française Marion Massé au Parisien. Ce sel se serait cristallisé après l'évaporation de l'eau. L'eau peut venir de plusieurs endroits : soit de la glace située sous la surface, soit du givre qui apparaît en hiver, soit l'humidité absorbée par le sel. C'est la dernière hypothèse qui est privilégiée.

LA CONFERENCE SUR LA CHAINE DE LA NASA :