Les triangles noirs, à quoi doit-on se préparer ?


Publié le 07.06.2017 | Daniel ROBIN
 
Dans le titre de cet article j’ai repris la formule qui avait été utilisée comme sous-titre du fameux rapport COMETA (acronyme du COMité d’ETudes Approfondies) publié en 1999 : « Les OVNIS et la défense, à quoi doit-on se préparer ? ».

A l’époque, quand j’ai lu ce rapport, j’ai compris le message d’alerte qui était perceptible à travers tout le document, et c’est en partie à cause de son sous-tire, "à quoi doit-on se préparer ?", que ce rapport fit sur moi une grande impression.
 
"A quoi doit-on se préparer ?", la question était abrupte, mais elle avait le mérite d’être clairement posée. Elle laissait entendre que nous allions sûrement être confrontée, à plus ou moins brève échéance, à des événements imprévisibles et exceptionnels dont l’origine et la nature restaient encore mystérieuses. 

%PUBBILDBOARD

Dans sa préface, le général Bernard Norlain (ancien directeur de l’Institut des hautes études de la défense nationale ou IHEDN) annonçait que le rapport COMETA n’était pas une étude purement académique. Au contraire, il exposait des « problèmes » concrets (les "problèmes" c’étaient les ovnis) auxquels étaient confrontés les pilotes civiles et militaires, et que ces "problèmes" appelaient une réponse en termes d’action.
 
Dans le chapitre intitulé "Conclusion et recommandations", nous pouvons lire ce que le rapport préconise en termes d’actions (nous ne citons que les principales recommandations) :

-) développer les possibilités d’enquêtes sur le terrain et d’analyse.
-) recueillir les informations relatives à toutes les manifestations d’ovnis, tant en Europe que dans le monde.
-) entretenir et développer des bases de données sur les différents aspects de ces manifestations.
-) élaborer toutes hypothèses prospectives.
-) promouvoir des actions scientifiques et techniques et disposer de budgets conséquents.
-) participer à la mise au point d’accords sectoriels de coopération avec d’autres pays.
-) réfléchir aux mesures à prendre dans l’éventualité d’une prise de contact directe avec les pilotes des ovnis. 
-) réfléchir aux mesures à prendre dans l’éventualité d’un atterrissage d’ovnis avec de nombreux témoins.
-) réfléchir aux mesures à prendre dans l’éventualité d’une ou de plusieurs manifestations spectaculaires du phénomène ovni.

Toutes ces recommandations étaient très concrètes et elles demandaient aux institutions civiles et militaires (grandes écoles dépendant de la défense, services spéciaux civils et militaires) de mettre en place un plan d’action face à des situations qui pourraient se révéler hautement étranges et dont la probabilité qu’elles surviennent semblait élevée.
  
Nous ne pouvons d’ailleurs que souscrire aux sages recommandations du COMETA qui avait parfaitement cerné le « problème » à l’époque et qui avait aussi compris qu’il était urgent d’élaborer une stratégie à grande échelle si nous ne voulions pas être confrontés à une panique générale des populations dans le cas où les ovnis auraient décidé de passer à une phase plus « offensive » de leurs manifestations. Quand je dis « offensive » cela ne veut pas dire que les ovnis ont des intentions belliqueuses envers nous, mais qu’ils pourraient se montrer à l’avenir de façon plus directe (contacts ouverts avec de nombreux humains) et spectaculaire (survols massifs des agglomérations par exemple) aux populations.
 
Oui, il faut que nous assimilions l’idée que nous devons nous préparer à une action plus « offensive » de la part des ovnis dans des délais qui sont peut-être très courts, et si je lance cette alerte c’est parce que j’ai de bonnes raisons de le faire.

.2) Regarder la réalité en face pour ne pas céder à la panique.
 
Depuis quelques années nous - c’est-à-dire l’association Ovni Investigation - recevons de très nombreux témoignages concernant le survol de nos villes, de nos installations nucléaires (civiles et militaires), et de nos campagnes par des engins triangulaires noirs. Ces témoignages font l’objet d’enquêtes au sein d’une structure (« Le Réseau ») qui pour le moment a choisi de rester discrète, tant sur ses activités que sur l’identité de ses membres. Nous entendons travailler en toute tranquillité et nous ne nous préoccupons que de faire progresser nos connaissances sur le phénomène ovni. Je peux simplement dire que « Le Réseau » est un groupe privé indépendant qui reprend volontiers à son compte les recommandations du COMETA - citées plus haut - et qui mène une action concrète sur tout le territoire français.
 
Nous avons déjà publié sur le site Ovnis Direct des témoignages dans lesquels étaient impliqués les mystérieux triangles noirs. Dernièrement, un court article était consacré à une vague d’ovnis triangulaires aux Etats-Unis. Cette vague a commencé le mardi 20 décembre 2016, et depuis, on note un nombre croissant d’observations d’ovnis triangulaires dans ce pays, dont 21 ont été signalées rien que sur la période de décembre 2016. Les rapports d’enquêtes qui émanent du MUFON (Mutual UFO Network) mettent en évidence des objets de grande taille qui se déplaçaient lentement et à des altitudes relativement basses. 

Ci-dessus : illustration d’un ovni de forme triangulaire observé aux Etats-Unis en avril 2016 (source MUFON).

Aujourd’hui, nous vous livrons une nouvelle affaire qui s’est déroulée le 27 mai dernier et qui montre à l’évidence que les triangles noirs sont très présents dans notre environnement.

Les questions urgentes que nous devons nous pose sont celles-ci :

-) d’où viennent ces triangles ?
-) par qui sont-ils pilotés ?
-) quelles technologies utilisent-ils ?
-) pourquoi survolent-ils notre territoire avec insistance ?
-) quelles sont leurs intentions envers les populations ?
-) cette sorte de « surveillance » permanente obéit-elle à un plan, et si oui, lequel ?
-) les organismes officiels tels que l’armée de l’air, la gendarmerie, le CNES, les services de renseignements, etc. sont-ils conscients de la situation, et si oui, quelles actions mènent-ils ?
-) dans le cas où les organismes officiels que je viens de citer mèneraient des actions soutenues visant à surveiller les activités des ovnis, pourquoi ces actions sont-elles gardées secrètes ?
-) quelle est l’étendue des connaissance de ces organismes au sujet des ovnis ?
-) la présence des triangles noirs étant largement avérée, à quoi devons-nous nous préparer ?
-) allons-nous bientôt faire face à une situation exceptionnelle que nous n’avons pas anticipé ?
-) Sommes-nous en danger ?

J’estime qu’il est grand temps d’avertir nos concitoyens sur la situation et de leur dire ce qui se passe réellement dans notre espace aérien. Il faut appeler un « chat un chat », et ne plus faire comme si il ne se passait rien.
 
Je pense, en effet, que plus tôt le public sera informé et mieux il réagira à ce qui doit arriver.

Le déni n’a jamais été une bonne stratégie pour affronter la réalité. Seule une prise de conscience claire et sereine, débarrassée de toutes les idées fondées sur des certitudes fausses, nous donnera le pouvoir de regarder les faits tels qu’ils se présentent et d’y faire face sans céder à la panique.


.3) L’affaire du 27 mai 2017.
 
Dans la soirée du 27 mai 2017, vers 22h15, Monsieur G. et son frère discutaient sur la terrasse d’une maison du petit village de Piégut qui est une commune située au sud de Gap dans les alpes de hautes Provence (04).
 
Soudain, les deux frères observèrent un phénomène lumineux insolite, au loin, à quelques kilomètres de leur position. Selon eux, le phénomène lumineux étrange formait un arc de cercle qui n’était pas éblouissant et qui n’avait rien a voir avec un éclair d’orage. Cet arc de lumière s’est manifesté pendant une seconde environ et était situé dans la direction nord ouest.
 
Quelques minutes plus tard (entre 3 et 5 minutes environ), une sorte de « deltaplane » géant ayant une apparence métallique est venu de l’est. Il est passé au-dessus des témoins à une vitesse suffisamment lente pour qu’ils puissent voir tous les détails de l’engin. Selon Monsieur G. et son frère, « plusieurs lumières se distinguaient sur sa surface, des rouges, des blanches, des jaunes et des oranges, mais elles clignotaient toutes de façon irrégulières ». Ils distinguèrent aussi « quatre points rouges formant un carré qui s’allumaient de temps en temps et qui étaient placés au centre du triangle ». « Nous avions l’impression qu’une « boite de nuit » triangulaire volait au-dessus de nos têtes », dira l’un des témoins.
 
Au bout de quelques minutes, l’engin triangulaire s’éloigna vers l’ouest. Selon les deux frères leur observation dura près de 30 minutes (voir légende de leur dessin ci-dessous). C’est à ce moment qu’ils virent que « l’arrière du triangle était de forme longue et rectangulaire et arrondie sur ses bords ». Ils constatèrent que sur cette partie longue et rectangulaire, « il y avait des lumières rondes et blanches qui s’allumaient de manière anarchique ». Ils virent aussi deux traînées grises, comme des sortes de volutes de fumée, de forme circulaire (cylindrique), qui semblaient s’échapper de l’arrière du triangle. Selon l’avis des témoins, cet engin ne ressemblait pas à un avion. « Plusieurs avions sont passés après ce phénomène et nous avons bien vu la différence avec ce deltaplane géant et lumineux complètement incroyable ! », dira Monsieur G. persuadé que ce qu’il avait vu n’était pas d’origine humaine.



A noter une apparente contradiction dans les faits que je viens de relater. Les témoins disent qu’ils ont d’abord vu au loin un arc de lumière intense dans la direction du nord ouest, puis un engin de forme triangulaire est apparu venant de l’est. La question est celle de savoir si le phénomène lumineux observé au nord ouest est lié à l’engin triangulaire venu de l’est ? Dans l’esprit des témoins il ne fait aucun doute que les deux faits sont liés. Monsieur G. dira d’ailleurs à son frère en voyant l’arc de lumière : « attention, il va se passer quelque chose d’extraordinaire ». Lui-même sera étonné d’avoir prononcé ces paroles, comme si, me confiera-t-il par la suite, il avait eu soudain l’intuition qu’un événement hors du commun allait se produire.
 
Au cours de mon enquête, je me suis entretenu au téléphone avec l’épouse de Monsieur G. Plus tard, elle m’adressera un mail dont voici le contenu (je reproduit son mail avec son autorisation) :
« Après discussion entre nous, certains éléments de l’observation nous reviennent en mémoire. Je me souviens entendre mon beau frère (je suis à l’étage de la maison, en train d’endormir la petite et la fenêtre est ouverte, mais pas les volets) dire, wouah c’est quoi ce truc, c’est large !!! C’est pas normal. C’est beaucoup trop large ce truc !!! Un autre détail m’a frappé : les chiens des voisins qui habitent à 1 km de chez nous hurlaient à la mort juste avant que l’éclat lumineux apparaissent. Nous nous en rappelons parce que justement ces hurlements ont gâché le moment tranquille que nous passions sur la terrasse et que ça a empêché ma fille de s’endormir. Depuis samedi dernier, mon mari semble en phase d’excitation. Il dort mal. Il fait des rêves qui le laisse avec une nuit sans repos. Mais il ne s’en souvient pas (de ses rêves). Mon mari et mon beau frère sont marqués par cette expérience. Je sens que ça les a vraiment touchés à leur façon de revivre la chose quand il l’a raconte. Je sais qu’ils sont sincères. Merci de votre écoute ».


L’épouse de Monsieur G. me confiera aussi que : « nous vous avons contacté (Ovnis Direct) car en cherchant sur Google une image correspondant à l’observation, c’est sur votre site que nous sommes tombés, avec le dessin de cet engin illustrant l’article qui y ressemble le plus :
 
Il s’agit de l’article consacré à l’affaire Xavier S. où nous avons fait un dessin de l’engin observé par ce témoin dans la banlieue Nantaise le samedi 27 août 2016 à 23h45.

Il existe aussi un autre point de ressemblance entre les deux affaires. Chacune débute en effet par l’observation d’un phénomène lumineux intense avant l’apparition d’un engin de forme triangulaire. Voici comment Xavier S décrit la scène : « je me suis levé d’un bond pour me tenir droit devant la fenêtre, les yeux fixés sur cette boule blanche lumineuse dont l’éclat faisait penser à celui d’un arc électrique. Cette boule blanche devait être absolument gigantesque puisque lorsque je l’ai vu pour la première fois elle devait se trouver à environ 5 kilomètres de distance d’où j’habite (+ ou - au-dessus de Bouguenais). J’ai eu peur, car j’ai pensé que cette boule lumineuse volait beaucoup trop bas sur l’horizon et son vol ne correspondait pas au trajet habituel emprunté par les avions ».




Ci-dessus : dessin de l’engin triangulaire réalisé tout de suite après l’observation faite par les témoins. Ils notèrent que cette observation s’est déroulée le 27 mai 2017 entre 22h15 et 22h45, donc environ pendant 30 minutes, ce qui est très long. « Nous avons vu une boîte de nuit dans le ciel », signale une légende sur la gauche du dessin. Le dessin du bas qui montre l’arrière de l’engin est accompagné de la légende suivante : « les lumières blanches s’éclairaient jamais au même moment et jamais pareilles ». Sur les bords externes du triangles (à l’arrière de l’engin), ils dessinèrent deux volutes de fumée qui formaient deux traînées grises. Question : ces deux volutes étaient-elles le résultat d’une condensation de l’air ambiant à l’arrière de l’engin ou un gaz qui s’en échappait ? A noter la précision du dessin qui permet de bien saisir l’étrangeté de l’engin observé.

Ci-dessus : photo prise depuis la terrasse où se tenaient Monsieur G. et son frère au moment de leur observation. Le document retouché montre le triangle qui est passé juste au-dessus d’eux avec plusieurs lumières qui se distinguaient sur sa surface, des rouges, des blanches, des jaunes et des oranges, qui clignotaient toutes de façon irrégulières. Selon les témoins, aucun bruit n’était perceptible, sauf le hurlement des chiens des voisins avant l’éclat lumineux qui a précédé le passage du triangle. L’engin est passé suffisamment lentement pour que les témoins puissent en observer tous les détails.
 
Ci-dessus : photo prise depuis un autre endroit de la terrasse où se tenaient Monsieur G. et son frère au moment de leur observation. Le document retouché montre le triangle dans sa partie arrière au moment où il s’éloigne des témoins vert l’ouest. « L’arrière du triangle était de forme longue et rectangulaire et arrondie sur ses bords », constatèrent les deux frères. Ils virent que sur cette partie longue et rectangulaire, « il y avait des lumières rondes et blanches qui s’allumaient de manière anarchique »
.
Ci-dessus : cartes avec la localisation du village de Piégut qui est situé au sud de Gap dans le département des Alpes-de-Haute-Provence (région Provence-Alpes-Côte-d’Azur).
 
Ci-dessus : Vue en 3D de la région de montagne qui entoure Piégut (marqué par la flèche verte). A proximité du village se trouve un centre de production électrique, à 5 ou 6 km à l’est/nord-est il y a une ferme photovoltaïque, et à 8 km à l’ouest/sud-ouest se trouve la centrale hydraulique de Serre-Ponçon.


Pour aller plus loin dans la recherche sur les ovnis de forme triangulaire, nous avons créé une plate-forme d’étude et de documentation des phénomènes aériens non identifiés de forme triangulaire qui est un espace de documentation et d’échanges dédié à la recherche.