Les géoglyphes de Nazca : Erich Von Daniken persiste et signe


Publié le 15/10/2017 par Jean-Pierre TROADEC

Erick Von Daniken de passage pour la première fois en France, à l'invitation du groupe d'études le CROPS, était à Hyères dans le Var, les 13, 14 et 15 octobre 2017.

Le chercheur suisse allemand, parfaitement trilingue, maniant le français, l'anglais et l'allemand avec aisance, est revenu sur sa thèse de "pistes" de Nazca.

Dans son best seller Chariots of The Gods, Erich von Däniken a proposé en 1968 la théorie selon laquelle les figures de Nazca seraient soit une piste d'atterrissage pour des vaisseaux spatiaux extraterrestres ;  soit un message réalisé par la population locale à leur attention.

À cette théorie, la mathématicienne d'origine allemande Maria Reiche répondit que les prétendues pistes d'atterrissage, étant des zones débarrassées de leurs pierres, n'offraient qu'un sol des plus mous, dans lequel les vaisseaux extraterrestres n'auraient pas manqué de s'enfoncer.

Erich Von Daniken, à Hyères, redit qu'il s'agit bien de balises destinées à guider des engins venus du ciel. Il repousse définitivement l'explication de zones débarrassées de leurs pierres, car dit-il, "depuis 2000 ans ces lignes et figures symboliques du Pérou, auraient continué à disparaître. Certaines lignes évoquent vraiment la topographie de nos modernes pistes d'aéroports, certains sont longues de plusieurs dizaines de kms et se poursuivent d'une montagne à l'autre ! On montre rarement les bonnes images dans les médias. Personnellement j'ai réalisé des milliers de prises de vues sur place". Daniken admet que ces lignes, voire les figures d'animaux qu'on trouve à proximité, n'étaient pas des pistes pour faire se poser en roulant des vaisseaux extraterrestres dessus, mais bien des repères visuels destinés à des aéronefs survolant ces régions sud américaines il y a 2000 ans.

Jean-Pierre TROADEC

Cliché  montrant l'une des "pistes", mystérieuses "linéas"  évoquant le tracé d'un ensemble aéroportuaire, photographiées depuis un avion. Elles datent de 2 000 ans.




Erich Von Däniken, à droite, avec Jean-Pierre Troadec. Däniken porte à la boutonnière l'insigne de l'ancient astronaut society. 

Le 12 novembre à Lyon