Le Triangle de Bridgewater : zone d’anomalie permanente


Dossier publié le 24/03/2014 par Ovnis-Direct


Massachusetts (Etats-Unis) - Une conférence sur le Triangle de Bridgewater a eu lieu le 23 mars 2014 à 14h à Borderland State Park.
 
L’historien John Horrigan a évoqué les mystérieux événements inexpliqués qui se sont prétendument produits dans cette zone adjacente à Borderland State Park.
 
Horrigan est revenu en détail sur les observations d’objets volants non identifiés, de fantômes, de cimetières hantés et de créatures étranges (y compris les serpents géants, les grands chiens noirs) et du Bigfoot.

Il est historien et conférencier, spécialisé sur la Nouvelle-Angleterre (guerre révolutionnaire,…).

Il a publié un CD audio intitulé "Mysterious Bridgewater Triangle" en 2006 et devenu par la suite le narrateur du récent film : "Le Triangle de Bridgewater" (www.bridgewatertriangle.com).



Pendant des années, les chasseurs de fantômes et experts paranormaux ont afflué sur la zone du Triangle de Bridgewater qui représente une superficie d’environ 500 km², situé dans le Sud-Est du Massachusetts (USA).

Ce territoire est connu pour être le théâtre de manifestations paranormales diverses et variées telles que les poltergeist, les ovnis, les cryptides (Bigfoot, créatures ailées), et les mutilations animales.

Selon le chercheur spécialisé dans le domaine du paranormal, Loren Coleman, les villes concernées par ces mystères sont Abington, Rehoboth, Freetown, Brockton, Whitman, Taunton, Seekonk, Easton, Norton, Berkley, Dighton, Middleboro, West Bridgewater et East Bridgewater.

« The Enterprise », quotidien de Brockton considéré comme le journal de référence de la région, a rapporté les premières observations d’ovnis dans les années 1970.
L’un des témoins s’appelle Joseph Restaurant (Rehoboth en 1973) ainsi que deux journalistes de la radio de Boston (canal WHDH), le 23 mars 1979.

On pourrait même remonter jusqu’à 1908 où de nombreux habitants ont témoigné d’observations dans les journaux locaux, durant la fête d’Halloween.
 
En 1968, 5 personnes ont déclaré avoir aperçût une étrange boule de lumières flottant au milieu des arbres, sur une partie de Rehoboth.
 
Dans les années 1970, on note d’autres observations d’ovnis dans les différents lieux du Triangle de Bridgewater.
 
Dans un rapport de 1976, deux ovnis ont été vus en train d’atterrir le long de la route 44, près de Taunton.

En 1994, un homme de loi de Bridgewater a précisé avoir vu un engin de forme triangulaire avec des lumières rouges et blanches.
 
La ville de Raynham reçoit fréquemment des rapports de boules de lumière rougeoyantes, flottant au-dessus du sol.


Parmi les témoins du Bigfoot, il y eut Joseph Deandrade, chercheur paranormal, qui raconta avoir vu une créature, mi-homme mi-singe, pénétrer dans les bois près du marais de Hockomock, en 1978. John Baker a également rapporté la présence d’une grande créature velue dans le marais. Il nous fait part de son témoignage dans son livre de 1997, intitulé « Passing Strange : True Tales of New England Hantise et Horrors 8 ».
 
Le sergent de police, Thomas Downy, a répertorié une observation d’oiseau géant dans le marais de Hochomock (qui signifie « le lieu où les esprits habitent ») ainsi que dans la ville voisine de Taunton.
 
Le phénomène de Spooklights (lumières fantomatique et typique des zones marécageuses de la région) est aussi souvent décrit le long des chemins de fers ainsi que dans les marais de Foxfire, en particulier durant les mois de janvier.


Concernant les cas de Poltergeist, une mystérieuse auto-stoppeuse rousse hanterait un tronçon de la route 44 de Rehoboth.

La fameuse légende d’un fantôme qui apparaîtrait dans ce même marais de Hockomock, près de la route 138, perdure. De même que celle du camionneur fantôme qui roulerait à toute vitesse le long de la Route sinueuse de « Copicut », et qui hurlerait avec sa corne, menaçant les automobilistes de passage.
 
Dans les zones de Freetown et Fall River, la police a été contactée pour enquêter sur des mutilations animales, soit disant l’œuvre de sectes sataniques.
 
Ajoutons que depuis 1971, plusieurs observations de grands oiseaux noirs, avec une envergure s’étendant de huit à douze pieds, ont été signalées. Et le premier de ces rapports provient de Bird Hill, dans le marais de Hockomock.

En 1984, deux de ces créatures aviaires auraient été vues en train de se battre dans le ciel.

Sources :
Thebridgewatertriangledocumentary
Mansfield.wickedlocal
Examiner
Bridgewater.wickedlocal



Des évènements quasi similaires à Point-Pleasant


La chute du pont de Silver Bridge à Point Pleasant dans l'État de la Virginie-Occidentale, causant la mort de 46 personnes le 15 décembre 1967, est précédée de manifestations étranges qui se sont déroulées de 1966 à 1967. Ces apparitions ont inspiré un livre en 1975 (La Prophétie des ombres, titre original The Mothman Prophecies, de John A. Keel), puis un film en 2002 (avec Richard Gere et Laura Linney dans les rôles principaux).
 
L'homme-papillon (ou homme-phalène) qui est une mystérieuse créature ailée aurait été observé à plusieurs reprises par les habitants de cette ville des Etats-Unis. Elle semble apparaître durant les derniers instants précédant une catastrophe.
 
D’autres formes de manifestations mystérieuses telles que des hommes en noir et des cryptides ont été répertoriés à Point Pleasant, selon John Keel, qui fut le seul à s’y rendre pour enquêter.



Analyse du mécanisme de ces manifestations


Et si « l’univers était le sous-système d’une méta-réalité faite de systèmes d’informations ? » comme l’explique Jacques Vallée à la fin de sa conférence de Bruxelle ?
 
Et si, toutes ces manifestations décrites au sujet du Triangle de Bridgwater, Point Pleasant et même l’Hudson river, était l’œuvre d’un seul et même système de contrôle (organisé à l'échelle de la planète, et qui pourrait être naturel ou artificiel), théorie défendue par Jacques Vallée qui parle d’un "phénomène ovni divers, adaptable et imprévisible" ?
 
Kenneth Ring prétend que " ces entités pénètrent notre réalité exactement comme une apparition, mais elles peuvent nous faire disparaître pour un certain temps. "

L'enjeu cruciale résiderait dans la recherche sur les modèles informationnels, d’un univers comparable à un système d’informations.

"L’analogie de la réalité avec un système informatique est féconde et pourrait augmenter notre compréhension de tant de phénomènes aujourd'hui rejetés par la science", comme le suggére notre ami Philippe Solal, philosophe qui ajoute que "nous assistons certainement à l’émergence d’un nouveau paradigme qui va changer, à terme, le discours de la science et son exclusivisme actuel".

Nous vous proposons des extraits gratuits de l’interview accordée par Jacques Vallée à Ovnis-Direct en février 2014 et dont certaines réponses ont un rapport direct ou indirect avec les sujets évoqués précédemment.
 

En quoi la conscience et les Ovnis sont-ils reliés ? Quel rôle joue la conscience dans les manifestations Ovnis ?

JV : « On a longtemps vu les ovnis comme des vaisseaux spatiaux classiques, conformes à la science-fiction des années 40 et 50. Cette interprétation a la vie dure : en France en particulier, où les récentes percées de la parapsychologie sont mal connues, on considère les effets psychiques rapportés par les témoins soit comme des preuves de faiblesse mentale, soit comme des effets électromagnétiques secondaires et accidentels. Pourtant, au fur et à mesure que la documentation s’améliore, on découvre que les aspects physiques du phénomène sont aussi négociables que ses effets psychiques : tout se passe comme s’il prenait le contrôle d’une zone donnée, y compris les perceptions des témoins. C’est cette constatation qui avait découragé Aimé Michel. »


Quelle opinion avez-vous au sujet des évolutions actuelles de la physique quantique ? Selon vous, serions-nous proches de découvertes permettant d’expliquer en partie certains phénomènes liés aux ovnis ?

JV : « La question est légitime, d’autant plus que les recherches sérieuses sur le fonctionnement de la conscience sont devant le même problème. A partir du principe de non-localité on doit se demander si la pensée ne se transmet pas instantanément (plutôt que par ondes électromagnétiques, comme dans les recherches soviétiques de la période 1930-1940 ou les travaux des scientifiques français et anglais du début du dernier siècle avec la « radio mentale »). Il serait donc possible d’entrer en contact avec d’autres formes de conscience, et des êtres capables de se déplacer dans l’espace pourraient nous influencer à distance, ou même nous faire percevoir des scènes imaginaires.
À vrai dire, il me semble que dans leur enthousiasme ces chercheurs mettent un peu la mécanique quantique à toutes les sauces : comme ses mécanismes restent mystérieux, on peut lui faire expliquer une foule de phénomènes de manière abusive. Je suis plus intéressé par les nouvelles idées sur la physique de l’information, comme je l’ai dit plus haut. Si l’espace-temps est un effet secondaire de notre conscience et une illusion physique, alors le problème des phénomènes liés aux ovnis se pose d’une manière beaucoup plus fondamentale. »



La physique et la cosmologie de ce début du XXIe siècle sont en crise et cherchent de nouveaux modèles pour représenter l’univers : multivers, univers multidimensionnels, repliés, feuilletés, etc.  Êtes-vous attentif à cette crise, et celle-ci alimente-t-elle votre réflexion sur l’origine des OVNIS ?

JV : J’ai suivi de près ces travaux, d’abord en astrophysique à l’Université du Texas qui a été un des principaux centres de recherche cosmologique, puis à Stanford et au SRI. Le résultat a été mon livre « Autres Dimensions » car les ovnis nous offrent entre autres l’opportunité de poser cette question de la structure de l’univers. Plus récemment j’ai fait une conférence TED sur le sujet de la physique de l’information, dans le cadre d’une rencontre à Bruxelles sur les 60 prochaines années, période qui mettra ces travaux au centre de la recherche, à mon avis.


Il parait que vous avez beaucoup enquêté ces derniers mois sur une recrudescence de cas de témoignages sur les cryptides aux USA. Pourriez-vous nous en parler ?

J-V : « C’est un sujet que j’ai longtemps mis de côté, d’abord parce que je n’ai pas de compétence en biologie ou zoologie, et surtout parce qu’il me paraissait indépendant des observations que j’étudiais. J’ai été forcé de revenir sur cette position à la suite de plusieurs séries de témoignages où des phénomènes crypto-zoologiques étaient co-localisés avec des observations d’ovnis bien documentées.
En 2012 et 2013 j’ai fait plusieurs voyages en Utah avec le professeur Frank Salisbury, un éminent biologiste qui a notamment travaillé avec la NASA sur la botanique en microgravité. Nous avons parcouru la chaîne des Uintah et plus tard le bassin semi-désertique qui s’étend de Vernal à Fort Duchesne, pour rencontrer les témoins de ces événements, qui étaient des ranchers, des industriels et des policiers (y compris la police tribale). En général ces témoignages ne sont pas publiés, ce qui rend indispensable un travail de terrain pour retrouver les gens et les écouter. Ces voyages m’ont appris que l’observation de ces créatures était à prendre au sérieux. Comme vous le savez peut-être, des observations semblables ont été rapportées en France. »


Extrait de « Science Interdite p.427 » par Jacques Vallée :
 
« Le phénomène ovni ressemble à un kaléidoscope comportant trois niveaux distincts : un niveau à l'échelle purement physique et technologique ; un niveau sociologique ; et pour finir, un niveau personnel, subliminal, qui joue avec les nuances subtiles de la psyché humaine. Le premier de ces aspects semble clairement indiquer une origine extraterrestre ; le second, si on s’en tient à sa seule dimension sociétale serait du ressort de la mythologie humaine et de l’anthropologie : c'est l'explication qui recueille les faveurs de Kit et des sceptiques évolués, contrairement à Menzel et Klass qui se contentent de nier tout en bloc.
Le troisième aspect est le plus inquiétant : il laisse entrevoir les indices d'une manipulation plus sombre, d'origine terrestre et très matérielle ».

 
Avez-vous réalisé, ces dernières années, de nouvelles découvertes sur ce troisième aspect du phénomène ovni ?

J- V : « On est confronté à cet aspect quand on poursuit l’étude des cas sur le terrain. Tout se passe comme si le phénomène était capable de manipuler son environnement (y compris son environnement humain) pour occulter sa véritable nature. A mon avis les structures de camouflage utilisent des éléments terrestres, et il ne s’agit pas seulement, comme on l’a longtemps cru naïvement, d’un « cover-up » bureaucratique.