Vers la fin du projet militaire Haarp en Alaska ?


Publié le 12/06/2014


Un porte-parole de la Force aérienne a déclaré que le processus de fermeture de HAARP (High-Frequency Active Auroral Research) qui avait été prévue pour commencer cette semaine, sera retardé d'au moins plusieurs semaines et peut-être plus.

L'agence a indiqué qu'elle pourrait reporter le démantèlement des installations de 10 mois afin de permettre le transfert au profit d’un autre organisme, une option souhaitée par des scientifiques de l'Université d’Alaska et du monde.
 
HAARP, soutenu par le sénateur Ted Stevens à l’époque où il s’occupait du budget de la défense, fut officiellement utilisé à la fois pour effectuer des recherches fondamentales sur l'ionosphère ainsi que sur la technologie par satellite.
 
Selon le porte-parole de la Force aérienne Ed Gulick, « Le commandement de la Force aérienne étudie actuellement la possibilité de différer le démantèlement de 10 mois afin d’assurer la passation à une autre entité ».
 
La sénatrice de l’Alaska Lisa Murkowski a incité le Pentagone à envisager la possibilité de ce transfert.
 
En mai, le président de l'université d'Alaska Pat Gamble avait avancé l’idée que l'université pouvait prendre en charge les installations.
 
L'objectif principal de HAARP consiste à étudier les techniques à travers lesquels les États-Unis pourraient utiliser « les transmissions radio de puissance élevée pour manipuler l'ionosphère de la Terre à des fins stratégiques. »
 
« L'ionosphère est une partie intégrante du champ de bataille moderne. Cela affecte la navigation GPS, la communication par satellite, les radars de poursuite de missile, la surveillance orbitale et de la communication sous-marin, pour ne citer que quelques applications,» dit-il.
 
Le site est composé de 180 antennes réparties sur 30 hectares.

Sourcesadn.com ; motherboard.vice et Traduction par Ovnis-Direct