La commission ovni de la force aérienne d'Argentine publie son premier rapport


La force aérienne d'Argentine possède une organisation de recherche officielle sur les ovnis et qui étudie des cas, images et vidéos d’ovnis. L’AAF a officiellement mis en route cette Commission d'enquête sur les Phénomènes Aérospatiaux non identifiés (CEFA) lors d'une cérémonie en date du 26 mai 2011 au Palais Condor de Buenos Aires.
 
Notons que l’organisation s’est montré, jusqu'à maintenant, très discrète.


Le site Inexplicata, Journal Ufologique Hispanique, a rapporté le 8 décembre dernier la publication d'une rapport sur le site du CEFA (Commission d’étude des Phénomènes Aérospatiaux non identifiés), qui est rattaché à la Force aérienne argentine (AAF).


Le capitaine Mariano Mohaupt avait expliqué à l’époque que la commission était composée d’un secrétaire général, de membres du service météorologique national, d’ingénieurs, de techniciens radar, de pilotes de l'Administration nationale de l'aviation civile, d’experts en informatique et d’experts en satellites comme Marcelo Módica de la Commission nationale des activités spatiales (CONAE).
 
Une des raisons du lancement de cette commission, avait expliqué le Capt. Mohaupt, était « l'augmentation des observations d’ovnis faites par des témoins. Cependant, notre intention n’est pas de prouver qu'il existe une vie sur d'autres planètes, mais d’étudier scientifiquement des phénomènes inconnus afin de trouver une explication ».
 
Voici le formulaire mis récemment à disposition par le CEFA.

Le rapport comprend l'étude de 10 cas, dont la plupart ont été signalés en janvier 2015.
 
L’Argentine n’est pas le seul pays sud-américain à posséder un organisme officiel de recherche sur les ovnis. Ce même type de structure existe aussi en Uruguay, au Chili et au Pérou.
 
TABLE DES MATIÈRES DU RECUEIL DE CAS ETUDIES PAR L’ORGANISME :
 
AFFAIRE FALLS PARC NATIONAL (26 novembre 2014) ........................... .. Page. 3
SI DANIEL GIUSIO (1 janvier 2015) ................................................. P. 4
AFFAIRE Carlos Paz (1 janvier 2015) ................................................... .. p. 5
SERGIO Canteros CAS (2 janvier 2015 Ituzaingó, Ctes.) ...... ... .......... ....... P. 6
AFFAIRE VALERIA ZIVELONGHI (3 janvier 2015, Sta. Clara, BA) ................ p. 7
AFFAIRE MARIANA RODRIGUEZ (le 10 janvier 2015, ch. Del Monte, ABC) ............ .. p. 8
DIB JORGE CASE (10 janvier 2015 Route 8, alt. Venado Tuerto) .............................. p. 9
AFFAIRE SATURNINO FERNANDEZ (le 13 janvier 2015, Salta) ............................ 10 P.
Martin MUÑIZ cas (3 mars 2015, Quilmes, BA) ..................................... ....... p. 11
CASE WEST ACCESS (le 28 juillet 2015, la province de BA) ..................................... .......... p. 12
 
De notre point de vue, ce type d’organisme a pour vocation de recueillir un maximum de cas, via les citoyens et en particulier le canal des enquêteurs de terrain.


Le but est d’étudier ce type d’affaire rationnellement, et, selon nous, ne diffuser au public que les cas explicables.
 
Ils cherchent tout simplement à "banaliser" le phénomène ovni ou minimiser son importance, dans la mesure où il ne représente aucune menace pour la sécurité nationale.

AFFAIRE DU PARC NATIONAL, le 26 novembre 2014 :
 
Extrait de la vidéo prise par le témoin :


Reconstitution :


CONCLUSION : L'objet filmé semble être l'étoile "Rigel" (β Orionis).

AFFAIRE DANIEL GIUSIO, le 1er janvier 2015 :

Photo prise par le témoin :


CONCLUSION : L'objet photographié regroupe trois lumières réglementaires correspondants aux feux de navigations que l’on retrouve dans le domaine de l’aéronautique, notamment dans le cadre des vols de nuit. Dans ce cas, l'aéronef est tourné vers l'avant (il se dirige vers le témoin).
 
Analyse réalisée par le CEFAe, avec la collaboration d’Ariel Maderna.

AFFAIRE CARLOS PAZ, le 1er janvier 2015 :
 
Photo prise par le témoin :


Reconstitution :


CONCLUSION : Les objets photographiés et observés pendant l'intervalle de temps semblent correspondre au passage du satellite ENVISAT, la Station spatiale internationale et l’étoile variable β.

AFFAIRE VALERIA ZIVELONGHI, Santa Clara, le 3 janvier 2015 :
 
Photo prise par le témoin :



Reconstitution :


CONCLUSION : L'objet photographié est la planète Jupiter.

AFFAIRE MARIANA RODRIGUEZ (Capilla del Monte, le 10 janvier 2015)
 
Photo prise par le témoin :


CONCLUSION : Il s’agirait du passage d’oiseaux en face de la caméra.
 
Analyse par le CEFAe, avec la collaboration d’Ariel Maderna.

AFFAIRE DIB JORGE (Route 8 alt Venado Tuerto, le 10 janvier 2015)
 
Photo prise par le témoin :


CONCLUSION : Il s’agirait du reflet d’une antenne urbaine.
 
Analyse par CEFA, avec la collaboration de Ariel Maderna.

Coopération avec les ufologues civils
 
Il faut savoir que l'AAF a tendu la main à plusieurs groupes et ufologues civils dans le but de participe en tant que membres extérieurs et conseillers de la Commission.
 
On notera la présence d’Alberto Brunetti du Groupe d'investigation de sur les Phénomènes Aérospatiaux Inconnus (acronyme espagnol GIFAD); Carlos Fergusson, coordinateur du Réseau Ufologique Argentin (RAO); le chercheur, expert en informatique indépendante et ufologue local, Carlos Alberto Iurchuk; et Andrea Pérez Simondini, une chimiste et ufologue très active.
 
Ces conseillers extérieurs de la Commission ainsi que d'autres membres de la communauté ufologique argentine ont été, à l’époque, ravis du lancement du CIFA.
 
Silvia Pérez Simondini avait déclaré au journal Clarín qu'"il est merveilleux qu’une telle Commission puisse voir le jour étant donné qu’à chaque fois que nous aurons besoin d’effectuer des analyses, nous aurions des laboratoires à disposition."
 
La fille de Silvia Andrea Pérez a averti qu'il était important "de ne pas créer de fausses attentes chez la population."
 
Lurchuk a indiqué que " la première étape consistait à arriver à exclure comme explications les satellites, débris spatiaux, ballons et appareils météorologiques, roquettes, météores et même la Station spatiale internationale (ISS). "
 
Le Dr Oscar Galíndez, un juge à la retraite et juriste très respecté a été un pionnier des enquêtes sur les OVNIS en Argentine dans les années 1960 et 70. Il a représenté les groupes américains « APRO » et « NICAP » ainsi que les Anglais de « Flying Saucer Review ». Il déclara : " l'enquête scientifique du phénomène OVNI nécessite une collaboration de nombreux domaines interdisciplinaires dans le but de rejoindre un but commun. Je suis heureux de voir que la Commission argentine s’est orientée vers cela. "


Les meilleurs cas
 
On supposait à l’époque que la photographie prise en 2005 lors des manœuvres de la IV Brigade aérienne à Mendoza serait la première à être analysée. La photo montre un objet lumineux non identifié, situé en dessous et à droite d'un Mirage M3 (voir image ci-dessus).
 
L'événement aurait eu lieu le 18 novembre 2005 et vu par plusieurs témoins qui ont été interrogés par la suite afin d'obtenir plus de données. Les spécialistes avaient tenté de déterminer si le petit point blanc situé près de l'avion était un objet volant non identifié ou s’il s’agissait d’un phénomène atmosphérique ».
 
Le journal Tandil Diario avait aussi spéculait sur le fait que la Commission allait se pencher sur une série d'observations d'OVNIS qui ont été signalés dans la ville de Tandil, dans la province de Buenos Aires.
 
Ou encore la fameuse affaire ayant impliqué de multiples témoins dans la ville de Joaquín V. González. Cela se situe dans la province de Salta le 26 novembre 2009, et supposément lié à une panne de courant après qu’une grande forme cylindrique objet ait été observé à proximité de la centrale électrique de la ville.