Interview de l'ancien ministre de la défense Paul Hellyer qui évoque des extraterrestres sur terre

Publié le 06/01/2014

Paul Hellyer a été ministre canadien de la Défense dans les années 1960, en charge des forces armées du pays à l'époque de la guerre froide. Au moment de prendre sa retraite, il déclara publiquement que nous n’étions pas seuls dans l'univers et que des êtres venus de l'espace vivaient sur la planète Terre. Est-ce fantasme ? Est-ce quelqu'un nous observe réellement ?

En décembre 2013, l'homme qui dit que les ovnis sont une affaire sérieuse a été interviewé par la chaine de télévision nationale RT et reprise sur leur site internet.

Traduction en Français par Ovnis-Direct.com, le média ufologique francophone.

(Il y a deux questions que nous n’avons pas jugées nécessaires de traduire)

Sophie Chevardnadze (SS) : Notre invité aujourd'hui est l'honorable Paul Hellyer, ancien ministre de la Défense du Canada, qui prétend que des formes de vie Aliens sont présentes sur Terre. Pourquoi dites-vous que les ovnis sont aussi réels que les avions volant au-dessus de nos têtes ?

Paul Hellyer (PH) : Parce que je sais qu'ils le sont. En fait, ils visitent notre planète depuis des milliers d'années et l'un des arguments, si vous me donnez deux ou trois minutes pour répondre, est que durant la guerre froide, en 1961, il y avait environ 50 ovnis en formation aérienne au sud de la Russie puis à travers l'Europe, et le Commandement suprême allié était très préoccupé et presque prêt à appuyer sur le bouton "panique" avant que la vague ne cessa peu à peu. Ils décidèrent de mener une enquête durant 3 ans puis eurent la certitude absolue que quatre espèces au moins visitaient cette planète depuis des milliers d'années. Nous avons une longue histoire au sujet des ovnis et bien sûr il y a eu beaucoup plus d'activité au cours des dernières décennies, c’est-à-dire depuis que nous avons inventé la bombe atomique. Ils sont très inquiets à ce sujet et du fait que nous pourrions l'utiliser de nouveau. Elle risquerait de nous affecter ainsi que d'autres habitants du Cosmos.
 
SS : Aucun scientifique sérieux n'a jamais confirmé publiquement la preuve d'une rencontre avec des extraterrestres. Pourquoi ?
 
PH: Je crains qu'ils ne soient contraints à un moment donné de sortir de leur dogme. S’ils avaient connaissance d’au moins 10% des informations que j’ai pu accumuler ces dernières années, ils en seraient convaincus. Il y a tellement d’ouvrages qui racontent ces histoires, authentifiés par plus d'un témoin ainsi que par des radars. Ils ont débarqué dans divers endroits du globe, y compris en Russie. Il y a le célèbre cas dont je ne me souviens plus du nom, mais qui a largement été rapporté à l'époque. Un homme a écrit un livre à ce sujet, puis les Français ont racheté les droits... Il y a beaucoup de preuves à la portée de quiconque prend le temps de les chercher. Certaines personnes s’y intéressent et y consacrent le temps nécessaire, alors que d’autres diront que c’est juste de la science-fiction. Depuis mes déclarations fracassantes sur ce sujet, je reçois environ trois ou quatre courriels par semaine en provenance du monde entier où des témoins me racontent leurs observations, dont certains d'entre eux se trouvaient notamment sur des navires...
 
SS : Certains ont monté de toutes pièces des récits d’abduction ou d’observation d’ovnis dans l’unique but de devenir célèbre. Comment est-il possible d’authentifier au mieux ces cas ?
 
PH : Il faut beaucoup d’efforts pour arriver à séparer le vrai du faux.
Lorsque j’étais ministre, les services compétents arrivaient à identifier une grande majorité d’observations d’ovnis, mais 15 à 20% d’entre eux demeurait inexpliqué. J’ai assisté à une conférence à Las Vegas en rapport avec les crashs d’ovnis et où les conclusions étaient formels : il s’agit vraisemblablement de véhicules intersidéraux.
 
SS : Avez-vous déjà eu votre propre rencontre avec des extraterrestres ?
 
PH : Non je n’ai jamais rencontré d’extraterrestre. Néanmoins, j'ai observé un ovni à environ 120 miles au nord de Toronto sur le lac Muskoka où je possède une maison. Nous étions ma femme et moi…
 
SS : Vous m'avez dit que les gens vous transmettez plusieurs mails par semaines prétendant avoir été enlevés lors de rencontres avec des extraterrestres. Ont-ils pu vous dire à quoi ressemblaient réellement ces Aliens ?
 
PH : La première question consiste à connaitre le nombre d’espèces différentes ? Je pense qu'il y en a entre deux et douze, c’est ce dont nous avions discuté avec l’ancien astronaute Edgard Mitchell lors d’un diner. Il a aussi évoqué le nombre de 80 espèces dont certaines se seraient fondues dans la population. Certains sont ce que nous appelons « les blonds/nordiques » qui travaillent actuellement avec l'armée de l'air des États-Unis dans le Nevada. J'ai un ami qui a vu l'un des hommes marcher le long de la rue. Il s’est rendu compte de leur différence physique et du fait qu’ils étaient différents. Puis il y a les petits gris pourvus de bras et de jambes très minces, de très petites tailles ainsi qu’une grosse tête et de grands yeux bruns…
 
SS : Ces espèces que vous décrivez, sont-elles nocives pour notre civilisation ? Quels sont leurs objectifs ? Y-a-t-ils des bons et des mauvais parmi eux ?
 
PH : C'est une question à laquelle il est difficile de répondre, car ils ont des objectifs différents, tout comme les différentes nations terrestres.
Je dirais que presque tous sont bienveillants et veulent nous aider, mais il peut y avoir une ou deux espèces dont il faudrait se méfier. C'est justement une enquête que je mène en ce moment, c’est-à-dire tenter de connaitre leurs programmes.
 
SS : Il y a de nombreux humains qui aimeraient interagir avec eux et les connaitre. Comment les inviter à interagir avec nous ? Que voulez-vous dire par le fait qu’ils ne veulent pas s’immiscer dans nos affaires ?
 
PH : Ils ne veulent pas nous dire comment gérer nos affaires et ont accepté le fait que c'est notre planète, et que nous avons le droit d’en disposer, mais ils sont extrêmement inquiets :
Ils ne pensent pas que nous prenons correctement soin de notre environnement vu que par exemple nous coupons les arbres de nos forêts, polluons nos rivières et nos lacs, rejetons les eaux usées dans l’océan,… Ils n’apprécient absolument pas cette attitude et nous ont lancé un avertissement.
 
SS : De quelle manière nous ont-ils lancé cet avertissement ?
 
PH : Ils ont parlé à des gens. Un des témoins avec qui j'ai échangé il y a environ un mois. Celui-ci est entré en contact avec eux en 1974, ainsi que son frère, au Pérou. Ils ont été téléportés vers Andromède. On leur a expliqué que nous étions en train de ruiner notre planète et que quelque chose de terrible allez arriver si nous ne nous ressaisissions pas. Nous passons trop de temps à nous battre les uns les autres et dépensons trop d'argent sur les armes, et pas assez sur l'alimentation des pauvres, des sans-abri et des malades, que nous polluons nos eaux et de notre air et que nous utilisions des armes dévastatrices sur terre avec des effets notoires sur le reste du Cosmos. Ils n'aiment pas cela et c'est la raison pour laquelle ils aimeraient travailler avec nous, pour tout nous apprendre, avec bien évidemment notre consentement. Ils travaillent à travers des individus n’étant pas effrayés par eux.
 
SS : Du fait que vous tentez de révéler leur présence, n’avez-vous pas peur d’éventuelles représailles ?
 
PH : Ils sont parmi nous et je n'ai pas peur étant donné que dans la mesure où la technologie est concernée, ils sont à des années-lumière d'avance. Nous avons appris beaucoup de choses d'eux que nous utilisons aujourd'hui, par exemple les led, les puces, les gilets en Kevlar et toute sorte de biens que nous avons obtenus grâce à leur technologie, dans les domaines de la médecine et de l'agriculture. 
Mais, je pense que peut-être que certains parmi nous sont plus intéressés par l’obtention de la technologie militaire…
 
SS : Vous avez parlé de la technologie militaire et d’échange de technologie. Je souhaite vous poser une question en tant qu'ancien ministre de la Défense du Canada, y a-t-il des possibilités de guerre interstellaires ? Devrions-nous créer une force capable de nous défendre ?
 
PH : Ce n’est pas impossible, surtout si nous nous mettons à abattre tous les OVNIS qui survolent notre espace aérien sans permission. Dès le début, nous avons tenté de les abattre, mais leur technologie était suffisamment supérieure au point que nous n'étions pas en mesure de rivaliser. Durant cette période, ils auraient pu nous anéantir sans aucune difficulté s’ils le souhaitaient. Donc je pense que, plutôt que de développer nos propres défenses, nous devrions travailler et coopérer avec ces espèces.
 
SS : Que pensez-vous qu’il se produise si la population commençait à croire en leur existence ?
 
PH : J'espère que ça sera le cas. Je suis pour une divulgation complète, et je vais m’investir au maximum pour une divulgation totale dans le livre que je suis en train d’écrire, avec des arguments en faveur de cette initiative. Notre avenir en tant qu'espèce est potentiellement en péril si nous ne travaillons pas ensemble pour essayer d’améliorer nos conditions de vie et de travailler avec nos voisins d'autres planètes.
 
SS : S’ils sont ici depuis si longtemps que vous le dites et qu’ils souhaitent aider l'humanité, pourquoi ne font-ils rien ? Si vous voulez aider quelqu'un, vous n’attendez pas qu’ils vous invitent à le faire.
 
PH : Je pense que les parents montrent parfois la voie à leurs enfants, mais cela ne signifie pas qu’ils vont la suivre. Les lois du cosmos sont basées sur le libre arbitre. On nous donne la possibilité de faire des erreurs, et ce qui dérange certains d'entre nous, c'est que nous avons fait trop de mauvais choix. Donc, nous allons devoir commencer à penser à nos priorités et arrêter de dépenser autant de temps et d'efforts à fabriquer des armes pour nous entretuer ou de dominer l'autre….

Source : RT Traduction : Ovnis-Direct