Illusions ou véritables formes observées sur Mars ?



L’apophénie est une altération de la perception, qui conduit un individu à attribuer un sens particulier à des événements banals en établissant des rapports non motivés entre les choses.



Comme l’explique très bien le site "Cygnification", nous sommes tellement forts dans cette tâche, qu’il nous arrive de commettre des excès de zèle. Pour s’en convaincre, on peut lire la liste des étranges coïncidences que certains ont déniché entre les vies des présidents Lincoln et Kennedy. Leurs noms ont 7 lettres ; les noms de leurs assassins ont 15 lettres. Tous les deux sont assassinés un vendredi d’une balle dans l’arrière de la tête. Lincoln est abattu dans le Théâtre Ford, Kennedy meurt à bord d’une Lincoln fabriquée par Ford. Leurs successeurs meurent 10 ans après eux et s’appellent Johnson. La semaine précédant sa mort, Lincoln était à Monroe dans le Maryland, tandis que Kennedy était en compagnie de Marylin Monroe. Etc.
 
Le relevé de ces faits semble faire émerger un schéma sous-jacent et notre première réaction est de lui chercher une signification. Une signification qui est ici absente, car il est très facile de dresser une liste de coïncidences impressionnantes entre deux individus en choisissant arbitrairement certaines données parmi d’innombrables informations.
 
De nombreuses images martiennes transmises par le rover Curiosity ont réalisé de véritables Buzz sur le web. On semble y voir, à travers plusieurs images, un bunker militaire, la pyramide de Gizeh un lézard, le visage du président Obama ou encore la silhouette d’une femme…



La Nasa répond rarement à ces allégations et nourrit donc les diverses théories du complot à ce sujet.
 
D’autant plus qu’Ashwin Vasavada (qui travaille sur le projet de rover martien), a  déclaré que les scientifiques ne cherchaient pas à dissimuler les preuves de vie extraterrestre du grand public. Ce qui a déclenché une augmentation des «observations» d’objets étranges sur la planète rouge.
 
En psychologie jungienne, l'apophénie est à rapprocher de la notion de synchronicité, bien que Jung se contente de décrire le phénomène tel qu'il est vécu, sans se positionner clairement quant à l'idée que ce phénomène consiste en une distorsion de la perception ou s'il s'agit d'un contact particulier avec une authentique réalité métaphysique.