Bilan et dernières infos sur les survols de centrales nucléaires françaises par des ovnis

MAJ le 29/01/2015

Le gouvernement français est en état d'alerte, depuis octobre 2014, en raison d’une importante quantité d’ovnis répertoriés au-dessus de certaines centrales nucléaires.

«Face à ce phénomène nouveau, les forces de l’ordre tâtonnent, cherchent la parade», confiait récemment à l’AFP le criminologue et spécialiste de la sûreté aérienne, Christophe Naudin.

Des drones ont survolé, en début de semaine, le site militaire de l'Ile-Longue, dans le Finistère. Cette base opérationnelle de la marine nationale abrite notamment les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, éléments de la force de dissuasion nucléaire française.
 
Depuis début octobre, 17 sites nucléaires ont été survolés par des drones, certains à plusieurs reprises. 
 
La France compte au total 19 centrales nucléaires en activité, soit 58 réacteurs tous exploités par EDF. Leur survol est interdit dans un périmètre de cinq kilomètres et de mille mètres d’altitude autour des sites. De plus, l’espace aérien au-dessus des centrales nucléaires est surveillé par l’armée de l’air dans le cadre d’un protocole avec EDF. Ces derniers n’ont jusqu’à présent livré aucune vidéo à propos de ces survols d’engins.

La centrale de Creys-Malville, en Isère, a été la première survolée, le 5 octobre. Ce site a été survolé un mois plus tard, le 3 novembre.

Cattenom (Moselle) les 11 octobre et 10 novembre.
Le Blayais (Gironde) le 13 octobre.
Chooz (Ardennes) le 19 octobre.
Gravelines (Nord) 19 octobre.
Le site du Bugey (Ain) a été survolé quatre fois entre le 19 octobre et le 6 novembre.
La centrale de Nogent-sur-Seine (Aube) a été la première à être survolée en 2015 : deux drones ont été aperçus au-dessus de ce site qui avait déjà été visité le 19 octobre.
Flamanville (Manche) le 31 octobre.
Penly (Seine-Maritime) les 31 octobre et 13 novembre.
Golfech (Tarn-et-Garonne) les 31 octobre et 12 novembre.
Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) le 31 octobre.
Dampierre-en- Burly (Loiret) les 31 octobre et 2 novembre.
Fessenheim (Haut-Rhin) le 31 octobre.
Saint-Alban (Isère) le 5 novembre.
Marcoule (Gard) les 6 et 18 novembre.
 
S’ils demeurent certains du fait que des drones sont à l’origine du survol de ces centrales, pourquoi ne diffusent-ils pas les images capturées ? Leur objectif officiel ne serait-il pas finalement de ne retrouver que les auteurs ? En quoi la diffusion d’une vidéo aurait pu compromettre l’enquête ?

(Credit image : Extraterrestres.org)


Les autorités ont longtemps soupçonné une action coordonnée menée par un groupe inconnu.
 
Le 31 octobre, cinq associations anti-nucléaires (Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim, Stop Fessenheim, Stop Transports Halte au nucléaire, le Collectif les Citoyens Vigilants de Fessenheim et Alsace Nature) ont indiqué ne pas être responsables de ces intrusions de drones.
 
Greenpeace a même accusé le gouvernement français de minimiser les dangers que peuvent représenter ces engins inconnus.
 
Le dernier incident date du 3 janvier 2015 et s’est produit au-dessus de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (au sud-est de Paris), où deux gardes de sécurité ont observé "deux objets volants."
 
Rappelons par exemple que des centrales, distantes de plusieurs centaines de kilomètres, ont été survolées de manière presque simultanée vendredi 31 octobre : les centrales de Penly (Seine-Maritime), Flamanville (Manche), Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), Dampierre-en-Burly (Loiret) et Fessenheim (Haut-Rhin).

© MaxPPP La centrale de nucléaire
de Fessenheim
© DR Cinq centrales ont été survolées par des drones dans la nuit du vendredi 31 octobre.

À la fin décembre, un objet a survolé une centrale nucléaire belge, située précisément à Doel (à environ 10 miles d'Anvers).
 
Le site d’information Spiegel Online affirme qu’elle avait été fermée quelques mois du fait d’un sabotage sur lequel aucun détail n’avait été fourni.
 
Récemment, trois jeunes hommes avaient été arrêtés dans le centre de la France. Il s’agissait finalement de passionnés qui testaient des "modèles", différents des engins sophistiqués qui semblent être à l’origine des incursions.
 
« Ce ne sont pas des enfants qui envoient ces drones au-dessus des centrales », assurait il y a peu au Figaro un haut gradé de la gendarmerie. « Ils pourraient en avoir survolé une. Mais pas cinq ou six dans un temps aussi rapproché ».



Comme l'affirme sciencesetavenir.fr, il faut savoir que des dispositifs techniques basés sur la détection de signature acoustique du vrombissement de ces machines existent. C'est ce que propose la société française Drone Detector, ou encore le dispositif américain "Droneshield".
 
"Notre équipement de base peut repérer un drone électrique de type DJI Phantom à une distance de 150 mètres. Avec un micro parabolique longue portée, on peut le repérer à 1 km de distance" a expliqué le responsable technique de cette société.

Mardi 20 janvier, lors de la présentation des résultats 2014 et des perspectives de la centrale nucléaire du Blayais, le directeur Pascal Pezzani est revenu brièvement sur l'affaire des drones.

Suite à la question de SUD OUEST à un élu sur l'affaire des drones, le directeur a rétorqué : « Ici, on n'a pas vu de drone. On a vu un ovni et il n'y a eu aucun impact sur la sûreté de nos sites. Notre position est claire, lorsqu'il y a survol du site nous portons plainte et on communique. »

Une interview glaçante de l’ingénieur en génie nucléaire Mr Bruno Comby, réalisée en décembre 2014 sur BFMTV, évoque la possibilité d'un attentat terroriste : « ces 'soi-disant' drones non identifiés par les autorités survoleraient les centrales nucléaires pour les cartographier en vue d'exécuter un attentat non pas sur les réacteurs des centrales, mais sur les transformateurs ; ce qui provoquerait un crash électrique aux conséquences désastreuses sur l'économie… »


Le Forum Ovni-Ufologie rapporte tout d'abord une observation de boule lumineuse près de la centrale de Cattenom en Moselle le 10 novembre 2014 à 23h30 par un civil.


Ainsi que le 30 octobre 2014 entre 20h50 et 21h00 où un engin insolite a aussi été vu durant 4 à 5 minutes dans les environs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne (dép.82).


Rappelons qu’un autre cas qui a fait couler beaucoup d’encre à l’époque et qui s‘est déroulé le 6 octobre 2010 entre 20h15 et 20h17 à la centrale nucléaire de golfech, à quelques mètres du bâtiment de sécurité du site. 

Comme le rapporte le forum-ovni-ufologie.com « Dans cette enquête traitant du cas de la centrale nucléaire Golfech Implantée à Golfech (Tarn et Garonne), il est indéniable que les conclusions du GEIPAN sont trop approximatives pour des scientifiques relevant du CNES. Surtout, lorsqu’on considère qu’aucune enquête sérieuse n’a été réalisée, ni audition des témoins, ni aucune mesure sur place. Plusieurs points ont été volontairement tronqués, pour un objectif qui nous échappe, mais dont les raisons mériteraient d’être clairement expliquées… »


Existe-t-il un rapport historique entre les ovnis et le nucléaire au point d’alarmer tous les ufologues à la moindre observation étrange relatée à proximité des centrales nucléaires ou installations sensibles ?
 
Il est important de noter que des militaires de l'US Air Force et de la Royal Air Force ont affirmé, depuis plus de 60 ans, que des ovnis survolent des bases militaires pour saboter les missiles nucléaires. Découvrez le compte rendu d’une conférence en date du 27 septembre 2010 au "National Press Club" de Washington, au sujet des témoins militaires d’ovni sur des sites nucléaires qui témoignent.


Beaucoup de spécialistes sur la question des Ovnis se rejoignent sur le rapport entre les ovnis et les installations militaires ou nucléaires. Ces lieux stratégiques et sensibles seraient surveillés. Cela s'est notamment intensifié depuis que l'homme a découvert l'atome dans les années 40.
 
Voici un excellent article de Fabrive Bonvin intitulé "Ovnis et Atome" et consacré à ce sujet.
 
Dans les cas de survols de sites sensibles par des ovnis, il est rare que des habitants des alentours témoignent à ce sujet du fait que ces manœuvres soient extrêmement bien localisées.

Ces manœuvres, extrêmement bien coordonnées, n’ont-elles pas pour objectif de nous faire prendre conscience du danger que court notre environnement terrestre ? Ou peut-être nous sensibiliser quant au niveau de sécurité de nos centrales ?


Lettre de Maryline Belgy, auteur de l'ouvrage 'Les Bienséants, rencontre avec le monde supraterrestre ' aux éditions JMG, à propos de ces évènements :
 
« Lors d'une interview réalisée avec Marc Gray de Freedomufos, le 18 octobre 2014, je précisais que des civilisations extraterrestres allaient survoler des sites sensibles, nucléaires et militaires dans un avenir proche. 
 
 Un extrait de cette vidéo est disponible :   www.maryline-belgy.com
 
J'attire votre attention sur le fait qu'il est important de visualiser les vidéos que je vous présente dans l'ordre, pour vous faire une idée plus juste.
 
Donc, dans la semaine qui a suivi cette interview, la presse officielle nous informait que de 'soi-disant' drones avaient survolé et survolaient encore les centrales nucléaires de France.
 
Mon ami Umberto Molinaro
www.cerclesdanslanuit.com  et moi-même stupéfaits par les informations contradictoires et incohérentes qui circulaient par voie de presse et de l'image et convaincus que nous étions face à une intervention non humaine, avons souhaité nous exprimer à ce propos.
 
Promptement, nous avons réagi et réalisé une série de vidéos courtes afin de donner un point de vue. »