FOIA : un ovni a survolé la zone sécurisée d’une centrale nucléaire


Un objet volant non identifié a violé la zone protégée de la centrale nucléaire de Cooper, près de Brownville dans le Nebraska, entre 1986 et 1989.


La Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (United States Nuclear Regulatory Commission ou NRC), aussi désignée comme l'Autorité de sûreté nucléaire américaine, est l'agence indépendante du gouvernement des États-Unis, fondée par la loi de réorganisation de l'énergie (Energy Reorganization Act) en 1974 et ouverte en 1975, chargée de la réglementation de la sûreté nucléaire aux États-Unis et de son respect.

Au fil des années, de nombreux rapports d’ovnis ont fait surface concernant des engins non identifiés vus au-dessus des installations nucléaires sensibles.
 
Les documents, déclassifiés en vertu du Freedom of Information Act (FOIA), ont été reçus relativement rapidement. La demande a été faite le 27 Février 2017 avant d’être déclassifiés le 23 Mars 2017.

Selon les documents, le rapport n'a été reçu par le principal témoin qu’en Juin 2010.
 
Ces documents révèlent qu'un ancien agent de sécurité de la centrale nucléaire de Cooper a été témoin d’une observation d’ovni durant deux nuit consécutives entre les années 1986 et 1989.


Le rapport décrit la rencontre rapprochée comme suit :

Pendant qu’il montait la garde devant une entrée en pleine nuit, il a observé un "objet volant non identifié" en train de voler en direction de la rivière Missouri, à environ 150 pieds avant de se positionner en vol stationnaire devant l'entrée. Il a observé l’ovni pendant quelques instants avant de contacter un agent de sécurité également témoin de l’ovni. Ils ont ensuite raconté leur observation à leurs collègues qui ne les croyaient pas.
 
Le lendemain soir, il a de nouveau été témoin de l’ovni. Cette fois-ci, il n'a appelé personne jusqu'à ce que l’ovni ne traverse la zone protégée avant de planer au nord où se situent les réacteurs. Il a décrit un objet de forme triangulaire, n’émettant aucun bruit. La taille de l’objet a été évaluée à à peu près 1/3 de la taille du bâtiment du réacteur. A ce moment-là, il contacte directement la salle de repos des officiers.
 
Fait intéressant, les documents ont été compilés et envoyés à la centrale nucléaire de Cooper en 2010. Même si aucune réponse officielle n'a été demandée, la centrale nucléaire Cooper a signalé que certains employés avaient besoin d’en savoir plus sur cet incident.