Les Dogons et le mystère Sirius

Germaine Dieterlen et Marcel Griaule étudiaient les rites de la tribu Dogon des Monts Hombori et du plateau de Bandiagara au Mali entre 1936 et 1950, ils furent atterrés par les exceptionnelles connaissances astronomiques de ces indigènes, pourtant dépourvus de tout matériel d'optique. Ils descendaient d'une civilisation du Proche Orient, peut être liée aux Sumériens.
Les Dogons semble connaître depuis des temps lointain deux étoiles compagnes de Sirius. Sachant que la vision humaine ne permettait d'apercevoir que l'étoile Sirius. 
En 1862, l'astronome américain Alvan Clarke découvrait à l'aide d'un télescope puissant la deuxième étoile proche qui fut appelée Sirius B, une naine blanche, compagnon plus petit et plus lourd que Sirius et que les Dogons avaient baptisé " Po Tolo " ou " Po-Digitania " du nom d'une graine de céréale.
Les Dogons savaient  que Sirius B bouclait son orbite elliptique autour de Sirius A en 50 ans, ce que personne d'autre n'avait découvert puisque la période de révolution (50,090) ne fut établi définitivement qu'en 1960 par Van Den Bas.
Les Dogons affirmaient qu'il existait une troisième étoile dans ce système que nous nommerons Sirius C.
Ogotemmeli devait révéler que leurs ancêtres étaient venus d'une planète orbitant autour de cette étoile qu'ils nommaient " Emma Ya "," Sorgo " ou " L'étoile des femmes ". Le prêtre affirma que la période de révolution de cette étoile autour de Sirius A était de 32 ans, sur une orbite elliptique très excentrique et perpendiculaire à celle de Sirius B.
Dés 1920, des chercheurs évoquaient l'éventualité de son existence. En 1991, soit environ 45 ans après que Griaule et Dieterlen aient recueilli ce témoignage du prêtre Dogon Ogotemmeli, les astronomes Jean Marc Bonnet-Bidaud et Cécile Gry affirmaient, dans la revue "Astronomy and Astrophysics", soupçonner l'existence de Sirius C du fait du changement de couleur du système qui avait été distingué au fil des observations, posant notamment l'hypothèse que le 3em compagnon de Sirius pouvait avoir une orbite très aplatie. Les dernières simulations par informatique effectuées à l'observatoire de Nice par les astronomes jean Louis Duvent et Daniel Benest semblent confirmer son existence.

Source :
Extrait du magazine "Aliens" n°3 Mars 2010. Essais de Thibaut Canuti.