Disparition des Mayas


L'hypothèse des guerres

Du fait des traces d'abandon brutal, les activités quotidiennes ayant été apparemment délaissées en quelques jours, beaucoup d'archéologues ont favorisé la thèse de guerres et d'affrontements violents entre cités. 
Notons, tout de même, que la notion de conquête ne semblait pas exister en tant que telle chez les Mayas. Les guerres ne visaient qu'à faire des prisonniers pour mettre à profit leur force de travail, exiger une rançon ou les sacrifier aux dieux. 

L'hypothèse de la peur de l'Apocalypse

Deux calendriers complexes organisaient toute la vie de la cité et avaient profondément marqué leur cosmogonie. Les Mayas distinguaient ainsi cinq cycles dans l'histoire de l'Univers se terminant tous par la destruction du monde précédent; celle correspondant à l'Humanité était la quatrième, et le calcul basé sur le croisement des deux calendriers indique que cette période devait s'achever au Xem siècle. Ainsi, les prêtres ayant prédit l'approche imminente de l'apocalypse, les Mayas auraient pu être pris de panique et se seraient enfuis.
Cette hypothèse très controversée a été avancée au milieu des années 1970 par Pierre Ivanof. Elle ne permet pas d'expliquer la forte baisse démographique constatée par les chercheurs ; on ne comprend pas non plus pourquoi les Mayas ne seraient pas retournés vivre dans les cités après s'être rendu compte que les prévisions des prêtres étaient erronées. 

L'hypothèse d'une catastrophe écologique

L'appauvrissement et l'érosion du sol causés par le déboisement massif auraient été aggravés par des années de sécheresse. Les récoltes ne suffisant plus à nourrir une population très importante, les famines auraient entraîné une baisse de la natalité et des guerres entre les cités pour accaparer les réserves en eau et les terres cultivables disponibles.
La sécheresse semblerait donc l'hypothèse la plus probable même si elle n'était, à l'origine, pas cautionnée par tous les archéologues.
Il est clair qu'il est peut-être impossible aujourd'hui de penser que cette région humide aurait pu être le théâtre d'une immense sécheresse qui aurait décimé une civilisation entière. Mais des études ont montré qu'à cette période où ce peuple aurait disparu, l'Europe aurait connu une vague de froid sans précédent avec un impact désastreux dans cette région d'Amérique et ainsi provoquer une sécheresse meurtrière.
Des analyses de certains ossements mayas montrent des entailles et une morte brutales. Et il a été démontré qu'il s'agissait de membres de mêmes familles, nobles à l'époque.
On suppose donc qu'étant donné la sécheresse et l'impuissance des prêtres face à cela, leurs familles furent sacrifiées, espérant un geste des dieux.

Hypothèse Exotique

D'autres prétendent que les Mayas auraient, par l'intermédiaire d'une civilisation supérieure qui leur a tout appris, été récupérés à bord de vaisseaux Aliens. Car il faut bien noter que le système de datation des Mayas est de loin le plus élaboré et le plus précis de tous les anciens systèmes. D'où tenaient-ils ces connaissances ? Surtout qu'ils vivaient dans un milieu et environnement hostile et n'ont pas fait des découvertes que beaucoup d'autres civilisations à l'époque maîtrisaient. Ils étaient très peu évolués scientifiquement, et compenser cela par leurs grandes connaissances dans les domaines de l'architecture, l'Astronomie et le Calcul.
La question reste de savoir comment ont-ils pu arriver à cartographier de manière aussi précise le Cosmos ?
Une autre hypothèse explique que ce sont les Atlantes (habitants de la supposé Atlantide) qui auraient tout enseigné aux Mayas.

D'aprés les dernieres informations, la civilisation Maya n’a pas disparu brusquement suite à une catastrophe naturelle ou à une guerre. Elle s’est progressivement étiolée sur plusieurs centaines d’années à partir des années 800. Depuis longtemps les chercheurs attribuent ce déclin à une sécheresse consécutive à une diminution des précipitations en Amérique Centrale, leur aire de peuplement. Sans pour autant connaître précisément l’importance du déficit en pluie qui a précédé et provoqué la disparition des Mayas.