Ovnis : Une dimension et des êtres surnaturels

Publié le 29/08/2012

À l'heure où la communauté scientifique, les médias et l'opinion commencent à admettre l'existence d'une éventuelle vie ailleurs grâce à la découverte d'exoplanétes, d'autres y voient une confirmation de l'origine extraterrestre des ovnis.

Dans les années 60, au moment de la médiatisation du phénomène, deux camps se sont fermement opposés avec d'une part les partisans de l'HET (hypothèse extraterrestre) et de l'autre ceux du modèle sociopsychologique.

Je choisis personnellement le camp de la neutralité et de la liberté de demeurer au centre de toutes les hypothèses (quantique, voyageurs temporels,univers parallèles, religieuse et mystique, civilisation cachée, monde imaginal, matrice, sociopsychologique, extraterrestre, astrobiotique, système de contrôle, ou autre …).

Ce texte s'adresse aux passionnés ainsi qu'aux non-initiés. Le scepticisme des médias et la caricature permanente dont fait l'objet ce sujet ne reflètent en rien l'opinion générale, beaucoup plus ouverte qu'on veuille nous faire croire.

Les ufologues ne devraient-ils par s'interroger sur l'utilisation de nouvelles techniques de communication pour sensibiliser le public ? Et ainsi améliorer la forme du discours de manière à ce qu'il soit plus accessible, comme c'est le cas aux USA où ils parviennent à attirer des fonds privés, indispensables à mon sens.

L'ufologie est souvent considérée aujourd'hui comme un loisir, mais il s'agit aussi d'une discipline à part entière regroupant l'exobiologie, l'astronomie, l'astrophysique, la psychanalyse, la sociologie, …
Il existe un réel faussé entre l'étude des ovnis et les centres d'intérêt d'une grande part de nos concitoyens, complètement décalés par rapport à ce phénomène hors de leurs champs de préoccupations.
Une bonne compréhension de ce domaine d'étude requiert une forte implication intellectuelle et des formations spécialisées devraient être envisagées dans un futur proche afin d'éviter les dérives que nous connaissons aujourd'hui.

Comme il a été mis en évidence dans l'édito précédent, l'existence du phénomène ovni ne fait aujourd'hui aucun doute et les diverses manifestations ne trouvent encore aucune explication rationnelle.

Nos connaissances scientifiques actuelles ne nous permettent guère de concrètement déboucher sur une théorie valable à propos de l'origine des ovnis.

Du fait de la conquête spatiale qui a incontestablement influencé notre culture moderne, il est facile d'imaginer que les « Aliens » et « Envahisseurs » ne puissent provenir que des Étoiles et non d'ailleurs....
Ces entités, ne pourraient-elles pas être originaires d'un autre espace dont nous ignorons complètement l'existence et les propriétés ?

Par conséquent, j'ai décidé de remettre en question l'hypothèse extraterrestre telle que nous la connaissons, étant la plus dominante au sein de la communauté ufologique.

Il serait certes impossible pour des êtres humains de parvenir à analyser et comprendre les agissements de supposés exocivilisations, mais certains aspects méritent d'être remis en question.

De nombreuses incohérences subsistent concernant le comportement de ces entités.

Les apparitions ufologiques ont d'étranges similitudes avec par exemple celles des hommes en noirs et d'autres phénomènes surnaturels à travers le globe. Ces soi-disant extraterrestres ne se manifestent pas de la même manière en fonction que l'on se trouve aux USA, en Scandinavie, au Zimbabwe ou au Maghreb.
S'agit-il de différences de mode perception du phénomène en fonction des cultures ? Ou au contraire, des manifestations qui s'adapteraient aux divers environnements sociologiques?

Comment se fait-il que les témoins de Rencontres Rapprochées du 3em type (RR3) nous décrivent autant de types d'Aliens physiquement différents selon les zones géographiques ?

Serions-nous visités par plusieurs exocivilisations qui s'entendraient parfaitement sur l'attribution des territoires en fonction de critères physiques ? Absurde…

D'autres témoignages font état d'occupants de vaisseaux à l'apparence presque humaine (probabilité scientifique extrêmement faible à moins que la race humaine soit l'ancêtre d'une autre civilisation galactique).

Par ailleurs, on constate une flagrante évolution des modèles d'engins observés selon les périodes de l'histoire et les différents contextes sociaux-culturelles.

L'autre fait fantastique est ce que l'on appelle le « Facteur Oz » qui est cet état altéré de conscience, de dépréciation sensorielle et silencieux dans lequel sont plongés les témoins lors de certaines rencontres rapprochées avec des ovnis, humanoïdes ou hommes en noirs (que l'on retrouve parallèlement dans les récits relatifs au folklore ancien et lors de certaines Mariophanie).
Il en va de même pour leurs pouvoirs télépathiques (accès à notre psyché) ainsi que cette capacité qu'on leur prête à se dématérialiser et se matérialiser sous diverses formes (panneau publicitaire, avion, hélicoptère, fusée, …) ?

Ces composantes omniscientes, médiumniques, métaphysiques, mais aussi diaboliques accréditent l'hypothèse d'entités surnaturelles maitrisant totalement les éléments terrestres.

Ces « êtres divins » sembleraient défier toutes les lois physiques et scientifiques de notre planète.

Peut-on attribuer à une exocivilisation, même de type 5, aussi évoluée qu'elle soit, de tels pouvoirs sacrés ?

L'hypothèse de la Matrice n'est-elle pas, finalement, aussi concevable que l'HET ?

Ces êtres qui seraient nos simulateurs interviendraient de temps à autre dans notre continuum espace-temps de manière à interagir avec des facteurs terrestres. Ce qui expliquerait leurs apparitions furtives sans laisser de traces, grâce à leur maîtrise totale de notre espace. Ainsi ils testeraient nos émotions face à certaines de leurs interventions sur terre et nous serions par conséquent à leurs yeux que de simples cobayes.

Quels seraient les intérêts à mettre en place une telle simulation ?

1er cas : une civilisation très évoluée pourrait souhaiter reproduire son passé ou explorer des scénarios historiques.

2en cas : une autre civilisation moins avancée serait capable de créer un monde imparfait (comme celui dans lequel nous vivons) avec des maladies, des cataclysmes, etc…

Pour Nick Bostrom : " les simulations n'ont pas besoin d'être parfaites. Elles doivent seulement être suffisamment bien faites pour créer l'illusion dans l'esprit des êtres qui l'habitent. Il ne serait donc pas nécessaire de simuler chaque objet jusqu'à son niveau subatomique ".

Il estime aussi que " les civilisations avancées à l'origine de la simulation ont toutes les chances d'être considérées comme des Dieux par les êtres logés dans la simulation. En effet, les simulateurs sont vus comme les créateurs du monde, ils sont omnipotents et peuvent interférer sur le fonctionnement de notre environnement selon les lois qui violent celles de notre physique. Ils sont omniscients dans la mesure où ils contrôlent tout ce qui peut se passer ".

Le philosophe d'Oxford estime qu'" un puissant simulateur pourrait avoir suffisamment de capacités de calcul pour suivre l'évolution des pensées et des croyances humaines, et ceci, sans interruption. Par exemple, quand l'ordinateur constate que l'homme est sur le point de faire une observation dans le monde microscopique, il effectue les rectifications qui s'imposent pour rendre la simulation plus optimale ".

Jacques Vallée et Fabrice Bonvin par la suite, avaient par ailleurs mis l'accent sur un certain nombre d'incohérences flagrantes concernant l'HET.

Comment se fait-il qu'il ait été possible, dans certains cas de présumées abductions, de retirer les implants ? Alors que des expériences ont démontré que, grâce à notre niveau de connaissance actuelle, on pouvait implanter des objets dans le corps humain sans aucun moyen d'extraction ni de détection.

D'autre part, est-il logique que ces « êtres supérieurs » enlèvent des humains ordinaires pour leur transmettre certaines connaissances astronomiques ou relatives à leurs modes de propulsion, au lieu de plutôt contacter des scientifiques compétents ?

Nous notons chez ses humanoïdes des tendances systématiques à brouiller les pistes pour induire les contactés en erreur.

Pourquoi nous manipulent-elles de la sorte ? Ont-elles, depuis la nuit de temps, influencé nos croyances et nos orientations spirituelles ainsi que nos cultures ? Quelles symboliques se cachent derrière toutes ces manifestations ?

Pour reprendre une citation de Jacques Vallée : « Le phénomène ovni contient un mécanisme pour s'expliquer lui-même. Il induit dans l'esprit des témoins une fausse interprétation de lui-même, pour nier, en quelque sorte, son existence. Il ne chercherait donc pas le contact, mais tenterait plutôt d'exercer un contrôle sur l'humanité. »

Il ajoute concernant les supposés crashs d'ovnis : « … un petit groupe bien retranché au sein des instances gouvernementales utilise les histoires de soucoupes accidentées pour cacher autre chose ". En fait, pour cacher surtout leur ignorance ! Ainsi, les groupes ufologiques américains comme le Cufos et le Mufon ne sont que des " amateurs diligents " parce qu'ils ont pris Roswell au sérieux. (À lire avec distance)

Et si tous les supposés crashs d'ovnis avaient été mal interprétés ou mis en scène dans le seul but de nous tromper pour justement nous faire croire à l'hypothèse extraterrestre ?

On décèle de troublantes similitudes entre le phénomène ovni et les récits folkloriques de l'époque à propos des enlèvements d'êtres humains par des Fées par exemple.

Comme l'a très bien expliqué Fabrice Bonvin dans son excellent ouvrage intitulé « ovnis : les agents du changement », on leur prête les mêmes invariants qui sont ces attitudes à la falsification, au mimétisme, à la télépathie, à l'emploi de souvenir-écran, à l'invisibilité, à disparaitre puis réapparaitre, le facteur Oz, les réactions animales, les capacités surnaturelles…

Il pourrait s'agir du seul et unique phénomène évoluant à travers les époques et les cultures avec les mêmes entités surnaturelles aux commandes. Celles-ci se logeraient dans une dimension « féérique » interagissant avec notre propre environnement.

Comme si ces êtres réglaient et adaptaient leurs manifestations en fonction de l'esprit du temps et du contexte sociopsychologique.

Nous retrouvons la dimension spirituelle de ces apparitions à travers le cas de Fatima, que Daniel Robin met très habilement en exergue sous un troisième niveau de lecture.

Je suis en partie convainque comme Jacques Vallée dans son ouvrage « Autre dimension» que le phénomène ovni « apparaît plutôt comme un effet interdimentionnel qui manipule les réalités physiques hors de notre propre continuum espace-temps ».

Il ajoute : « mon hypothèse est qu'il existe un niveau de contrôle de la société qui fonctionne comme un régulateur de l'évolution de l'homme, et que le phénomène ovni doit être considéré sur ce plan ».

À supposer que ces êtres interdimensionnels pénètrent notre réalité depuis la nuit des temps en réglant leurs apparitions en fonction des époques ou du Zeitgest, il se pourrait que face à une future grande découverte majeure pour l'humanité (comme l'atome dans les années 40 ou la conquête spatiale en 60), elles puisent dans ce nouveau concentré de savoir pour interagir avec nous et apparaitre sous une nouvelle forme.
Nous serions ainsi face à un nouveau type de manifestation surnaturel que les partisans du modèle sociopsychologique traduiront par l'émergence contemporaine d'un nouveau mythe urbain.
Si tout est ainsi né de notre inconscient, alors il n'y a aucune peur à avoir de ces mystérieux êtres multidimensionnels : ils ne seraient que le reflet de notre propre conscience qui se voit dans un miroir déformant...

L'autre théorie brièvement évoquée par Fabrice Bonvin est celle du philosophe islamique,  Henry Corbin, à propos du " Mundus Imaginalis ", réalité accessible par un état altéré de conscience.

Selon Henry Corbin : «pour la psychologie (ou, mieux, pour la psychosophie) islamique, l'imagination créatrice constitue la faculté centrale de l'âme. Pour cette tradition philosophique, l'imagination possède « sa fonction noétique et cognitive propre, c'est-à-dire qu'elle nous donne accès à une région et réalité de l'être qui sans elle nous reste fermée et interdite » (H. Corbin, Corps spirituel et Terre céleste). Cette puissance de l'âme ouvre l'être et le connaître à un monde suprasensible : ni le monde connu par les sens, ni celui connu par l'intellect, mais un troisième monde, un intermonde entre le sensible et l'intelligible. C'est ce que certains auteurs nomment le « monde de l'âme », et que la théosophie orientale nomme malakūt. La tradition platonicienne en islam distingue trois réalités : 'ālam 'aqlī ou monde intelligible ».

Ce royaume existerait en dehors de notre réalité et peuplé par des créatures susceptibles d'interférer avec notre monde.

Leur objectif serait-il l'élévation de la conscience humaine ?

Des cultures ancestrales avaient-elles vent de ces dimensions parallèles d'où on peut supposer qu'elles absorber un certain nombre de connaissances ?

Certains penseront sans doute aux Mayas, aux Dogons ou aux Sumériens…

Peut-être avaient-ils atteint le degré de spiritualité nécessaire au contact et à l'accès privilégiés à la connaissance ?
N'est-ce pas dans cette voix que devrions nous élargir nos recherches ?

Ce type de lien mystique et spirituel entre les mondes pourrait en partie expliquer les dons de voyance (prophéties de certains peuples) ou les zones d'anomalies permanentes, dont par exemple Bugarach, Hessdallen et le Col de Vence seraient des secteurs intermédiaires (ponts entre nos deux mondes). D'où les observations étranges et inexplicables mettant en corrélation plusieurs faits parapsychologiques.

Bien évidemment, aucune preuve scientifique ne pourrait aujourd'hui donner le moindre poids à ces spéculations. À moins que nos plus hautes instances gouvernementales n'en sachent plus que nous ?

Beaucoup de pistes demeurent entrouvertes et que le phénomène soit d'origine interdimensionnel, religieux, extraterrestre, gaiën (Théorie de Fabrice Bonvin) ou autres, il reste à déterminer le sens et la symbolique de toutes ces manifestations.

Gardons un œil ouvert sur une éventuelle métamorphose du phénomène dans les temps à venir !!!


NB : Je reste à la disposition des lecteurs afin de leur fournir toutes les références nécessaires à la bonne compréhension de cette chronique.

Nagib KARY © ovnis-direct.com

Références externes:
. "Autres Dimensions" de Jacques Vallée
. "Ovnis : Les agents du changement" de Fabrice Bonvin
. Universalis.fr