Destruction de la fusée Space X. Par qui ? Comment ? Pourquoi ?

Space X
Publié par Daniel Robin du Collectif Vertical-Project

Le 1er Septembre 2016, en fin d’après-midi, la fusée Falcon 9 de la société SpaceX a explosé sur son pas de tir. Elle devait mettre en orbite le satellite de communication géostationnaire AMOS-6. Par qui, comment et pourquoi cette fusée a-t-elle été détruite ? Ce sont les trois questions auxquelles je vais tenter de répondre dans cet article. Au-delà d’un échec industriel enregistré par l’ambitieuse société Space-X, se posent des questions beaucoup plus dérangeantes sur la présence d’une intelligence étrangère dans notre système solaire et sur la capacité de cette intelligence à orienter le destin de notre civilisation.


.1) La société SpaceX.

Space-X (ou Space Exploration Technologies Corporation) est une entreprise privée américaine fondée en 2002 par le jeune milliardaire Elon Musk (45 ans). Cette société est dédiée à l’astronautique et à l’espace. Le pari de Space-X est de rendre son lanceur Falcon 9 partiellement réutilisable et donc de réduire les coûts de lancement des satellites. Elon Musk est un chef d’entreprise dynamique. Il est considéré comme un ingénieur visionnaire qui est non seulement le PDG de Sapce-X, mais aussi le directeur de la société Tesla Motors qui fabrique des voitures électriques sportives haut de gamme, il est président du conseil d’administration de la société SolarCity qui fabrique, finance et installe des panneaux solaires photovoltaïques, il est le cofondateur de Zip2 Corporation et de Paypal (paiement en ligne), enfin il a récemment proposé un nouveau mode de transport baptisé Hyperloop qui consiste en un double tube surélevé dans lequel se déplacent des capsules qui transportent des voyageurs. En théorie, un tel système installé entre les villes de Los Angeles et San Francisco permettrait de les relier en moins de 30 minutes à la vitesse vertigineuse de 1.102 km/h (plus rapide qu’un avion qui parcourt cette même distance en 35 minutes à la vitesse de 885 km/h). Mais Elon Musk voit loin et se présente volontiers comme un philanthrope. Il souhaite par exemple, non seulement contribuer à la colonisation de mars, mais il a co-fondé en 2015 OpenAI qui est une association de recherche à but non lucratif en Intelligence Artificielle (IA) dont l’objectif est de promouvoir et de développer une IA open-source (open-source : logiciels dont le code source est libre d’accès et gratuit) qui pourrait bénéficier à l’Humanité tout entière. A la fois critiqué et admiré, Elon Musk fascine cependant car il a une foi inébranlable dans le pouvoir salvateur des nouvelles technologies. C’est même lui qui aurait inspiré le personnage de Tony Stark, playboy et milliardaire, héros des films Iron Man. Les trois films d’Iron Man sont comme des sortes de "publicités" qui font la promotion du soldat du futur qui sera un homme augmenté (symbiose homme/machine) qui est le projet des transhumanistes qui veulent nous faire entrer dans l’ère du posthumain.

Voir sur ce sujet notre article, La controverse transhumaniste en un visuel.

Space X ovnis
Ci-dessus : vue d’artiste de la capsule d’essai à vide Red Dragon pesant entre 8 et 10 tonnes (rappelons que le robot Curiosity de la Nasa ne pèse qu’une tonne). La firme Space-X et la Nasa travaillent de concert pour mettre au point Red Dragon qui devrait se poser sur le sol de Mars en 2018. Ce ne sera pas ce modèle qui sera utilisé pour la première mission habitée. Il s’agira vraisemblablement d’un véhicule à plusieurs modules dont un, sera gonflable. Pour aller sur Mars, Space-X propose un système de transport interplanétaire en deux parties. Il comprend un étage principal (le booster) et le véhicule habité, ou sa version cargo. L’ambitieux projet élaboré par Space-X comprend la colonisation de Mars et la construction de toutes les infrastructures nécessaires pour vivre et travailler sur place en toute sécurité. Bref, Space-X veut installer un vrai « petit village martien » qui serait une sorte de base permanente. Pour réaliser son objectif, la société d’Elon Musk prévoit de construire un véhicule habité capable de transporter une centaine de passagers par vol en direction de Mars. Le véhicule serait aussi capable de voyager au-delà de la ceinture d’astéroïdes à destination des lunes de Jupiter, Encelade et Europe. Space-X compte bien arriver le premier avec un vol habité sur le sol martien. Elon Musk a annoncé qu’il souhaitait faire décoller son premier vaisseau interplanétaire avec un équipage humain en 2024. Pourquoi cet empressement pour coloniser Mars ? Le projet d’Elon Musk est-il réaliste et faisable ou ne s’agit-il que d’un effet d’annonce pour donner une  image conquérante et pionnière de la firme et attirer d’éventuels investisseurs ?

Voici une très belle vidéo qui détaille toutes les étapes du voyage martien selon SpaceX, du décollage à l’atterrissage sur Mars, en passant par le plein en orbite, le voyage interplanétaire, sans oublier les deux allers-retours du lanceur (© Space-X).

Elle montre qu’en matière de communication Space-X est très efficace :


.2) Des faits troublants.

Après avoir brossé le tableau des principaux projets initiés par la firme Space-X, je vais maintenant examiner en détail l’accident survenu début septembre sur le pas de tir de la fusée Falcon 9. L’analyse du dossier de l’explosion de cette fusée comporte au moins trois faits qui laissent penser que sa destruction est intentionnelle, c’est-à-dire qu’elle répond à une motivation précise et qu’elle n’est pas le fait d’une technologie d’origine humaine.
 
Premier fait :

L’analyse des images du film montre clairement une première explosion qui se produit près du sommet de la fusée. Cette mystérieuse explosion semble plus chaude et éclatante que celle qui aurait été produite par un carburant classique de fusée. A noter aussi la forme en croix (x) du flash lumineux visible sur le premier document au début de l’article (ci-dessus). La déflagration et la désintégration de la Falcon9 n’aurait donc pas pour origine une défaillance technique qui se serait produite au moment du remplissage des réservoirs de la fusée. La question qui se pose est celle de savoir quel matériau est à l’origine de cette étrange flash lumineux initial. Le site américain Veterans Today envisage la possibilité que cette première explosion aurait été produite par des batteries au lithium bombardées par des rayons X. Le lanceur Falcon9 utilise en effet des batteries au lithium comme sources secondaires d’énergie électrique. La combinaison, batteries au lithium et rayons X, aurait généré une minuscule réaction nucléaire en chaîne. L’hypothèse retenue par Veterans Today est que « l’on peut donc affirmer avec un bon degré de certitude que la fusée Space-X a été détruite parce qu’un engin a visé avec une arme laser à rayons X les batteries au lithium de la fusée. Nous savons que les USA ont des lasers à rayons X puisque cela fait 30 ans qu’ils développent ce type d’armes ». Cette hypothèse sous-entend donc que l’"ovni" aperçu sur le film serait d’origine terrestre et qu’il utiliserait une technologie parfaitement maîtrisée par les USA.
Space X ovni
Space X ovnis
Ci-dessus : deux documents extraits de la vidéo montrant l’explosion de Space-X sur son pas de tir. L’analyse des images de l’ensemble du film met en évidence le fait qu’il y a eu en réalité deux explosions distinctes. La première explosion qui a lieu près de la coiffe de la fusée produit un flash lumineux très puissant en forme de croix qui est visible sur les deux documents ci-dessus. Ce flash n’est pas le fait de l’explosion du carburant déjà présent dans les autres étages de la fusée. A noter la présence d’un engin inconnu - un ovni - au moment où se produit cette première explosion. Il ne fait aucun doute que c’est cet ovni qui cause la destruction de Space-X, même s’il est difficile d’expliquer comment il agit et quelle arme il utilise.

Pour accréditer la thèse de l’accident qui se serait produit au moment du remplissage des réservoirs de la fusée, Elon Musk a publié plusieurs messages sur son compte Twitter dans lesquels il lançait un appel à tous les témoins de la scène. Il leur a demandé de lui faire parvenir tous les enregistrements audio et vidéos de l’explosion afin de pouvoir les analyser sous divers angles. Ce message d’Elon Musk a été relayé plusieurs centaines de fois en l’espace de quelques jours. Cette stratégie de communication intensive a porté ses fruits puisque les experts de Space-X auraient fini par identifier l’origine de la déflagration ayant causé la perte de la fusée. D’après le communiqué officiel publié par la firme, une brèche se serait produite au niveau du système d’approvisionnement en hélium, et c’est elle qui aurait provoqué son explosion dévastatrice. Toutefois, cette dernière explication me paraît extrêmement suspecte. Rappelons simplement que l’hélium est un gaz neutre, donc ininflammable, utilisé ici pour pressuriser les réservoirs du 2e étage en évitant tout risque d’explosion !
 
Une information datant du 2 octobre 2016 publiée sur le site "20 Minutes" (Source Washington Post) signale un nouveau rebondissement de l’affaire Space-X. Je cite l’article : « Le groupe d’enquête diligenté par la firme possèderait des captures d’écran tirées de vidéos sur lesquelles apparaîtraient une ombre, puis une tache blanche sur le toit d’un immeuble situé près du pas de tir. Cet immeuble appartient à un concurrent de Space-X : United Launch Alliance (ULA), partenariat entre Lockheed Martin et Boeing. Sur la foi de ces images, un employé de Space-X s’est rendu chez ULA à Cap Canaveral et a demandé à accéder au toit de l’immeuble. Si cette visite a été "cordiale", les employés d’ULA lui ont refusé l’accès au toit. A la place, l’armée de l’Air a été désignée pour inspecter le toit, mais elle n’aurait trouvé aucun élément en rapport avec l’explosion de la fusée, selon les mêmes sources ».

Ce nouvel élément inattendu de l’enquête semble renforcer l’hypothèse d’une agression d’origine humaine ayant pour mobile l’élimination d’un concurrent économique et commercial. La destruction de la fusée s’expliquerait donc par la seule rivalité entre deux adversaires occupant le même secteur économique. Elle a en plus le mérite de détourner l’attention des investigateurs de la principale énigme de toute cette affaire : l’ovni qui traverse l’espace du pas de tir de la fusée juste au moment de sa désintégration.

Source : 20min.ch

Second fait.

L’implication à tous les niveaux de l’US Air Force dans le processus de lancement est tout à fait anormale et inhabituelle. Officiellement, il s’agissait du lancement d’un satellite de télécommunication civil de nationalité israélienne donc l’US Air Force n’aurait jamais dû apparaître dans l’organigramme de ce projet. C’est un fait établi : l’US Air force ne participe jamais à des lancements de satellites civils, fussent-t-ils israéliens. Par ailleurs, suite à cet accident, la société Space-X a ouvert une enquête, à laquelle ont participé non seulement la Nasa, mais aussi l’US Air Force, sous la supervision de l’administration américaine de l’aviation civile. La présence insistante de l’US Air Force dans toutes les étapes de cette affaire montre à l’évidence que la cargaison de la fusée n’était pas un simple satellite à destination civile.



Troisième fait.

L’analyse effectuée par un ingénieur ayant 30 ans d’expérience et responsable d’une équipe d’ingénieurs spécialisés dans l’acquisition et le traitement d’images - qui souhaite pour le moment garder l’anonymat - montre (preuves mathématiques à l’appui) que l’engin qui apparaît sur le film de l’explosion ne peut pas être d’origine humaine. La démonstration mathématique proposée par cet ingénieur au travers d’un tutorial qui permet à tout le monde de générer la trajectoire 3D de l’objet inconnu survolant Space-X, est fort convaincante. Ses calculs parviennent à la conclusion que l’ovni visible en ralentissant le film se déplaçait à environ 2830 km/h +/- 5%. L’excellente vidéo (Il existe en fait 2 vidéos : la vidéo originale à 30 images/s où l’objet est décelable uniquement image par image et la vidéo ralentie x 250 à 60 images/s qui décortique pour nous son raisonnement mathématique.

Explosion de SpaceX : la preuve mathématique que SpaceX a été abattue par un ovni !


On notera d’autre part, l’absence totale de dispositif perceptible de propulsion, à réaction ou autre, sur l’objet non identifié qui croise la fusée. Ceci nous amène inévitablement à prendre en considération l’hypothèse d'un objet à propulsion antigravitationelle, autrement dit d’un ovni. Si l’on considère la taille relativement petite de l’ovni (une sphère de 1 mètre de diamètre environ) il pourrait s’agir d’une sorte de drone extraterrestre. La nature de l’arme qui aurait pu éventuellement détruire la fusée reste mystérieuse car aucun projectile, ni aucun rayon lumineux de type laser, ne sont visibles sur le film. Cela pourrait laisser le champ ouvert à l’hypothèse d’armes du type laser à rayons X, laser infrarouge voire même arme électromagnétique à ondes scalaires. 

.3) Que transportait la fusée Falcon9 au moment de l’explosion ?

Officiellement, le lanceur de Space-X devait mettre sur orbite un satellite géostationnaire de communication baptisé AMOS-6 pour le compte de la société israélienne Spacecom. Selon le chroniqueur scientifique Oudi Etzion : « C’était le satellite le plus perfectionné et le plus cher, soit environ 190 millions d’euros, jamais développé en Israël. L’industrie aéronautique israélienne, IAI (Israel Aerospace Industrie), qui l’avait assemblé, s’était surpassée », selon le chroniqueur. Notons aussi que le satellite AMOS-6 devait aussi être utilisé par le ministère de la Défense de l’État hébreu pour des missions secrètes relatives à l’observation, aux renseignements et aux communications réservées aux militaires. Décidément, l’existence de ce satellite mystérieux soulève des questions bien embarrassantes. La première est celle de savoir qu’elle était sa destination réelle ? Certes, il y avait un versant militarisé de ce projet, mais dans ce cadre, ses missions n’étaient-elles que d’observer, de renseigner et de communiquer ? N’y avait-il pas autre chose ? En croisant un ensemble de faits troublants, tout converge vers une hypothèse qui, bien qu’extraordinaire, n’en reste pas moins plausible : le satellite pouvait transporter une arme, et pas n’importe qu’elle arme. On peut supposer par exemple que c’était une arme à énergie dirigée ou un type de laser secret (laser à rayons X) très perfectionné. Il ne faut pas perdre de vue que si le satellite a été détruit (avec la fusée) c’est qu’il existait une bonne raison de le faire. L’existence même d’un tel satellite était gênante et en aucun cas il ne devait être opérationnel. Pour qui était-il gênant ?
 
.4) Par qui ? Comment ? Pourquoi ?

Je vais maintenant tenter de répondre aux trois questions que j’ai posé dans le titre de cet article. Ces réponses ne sont que le fruit de mes propres recherches largement étayées par les avis et les analyses précédemment cités .
 
Première question : Par qui ?

Deux réponses possibles à cette question :
 
.a) La destruction de Space-X est d’origine humaine.

Bien que les raisons de détruire le satellite embarqué à bord de la fusée puissent s’expliquer par des motifs purement humain (porter préjudice à la société Space-X, nuire à la puissance militaire israélienne, etc.), le mode opératoire de cette mission de destruction implique une technologique supérieure d’origine non-humaine, sauf à admettre qu’il existe sur notre planète une forme de technologie très évoluée et totalement secrète qui serait détenue par des groupes humains occultes. C’est l’hypothèse de l’« Empire secret », du « pouvoir profond » (Laurent Guyénot, JFK 11-septembre 50 ans de manipulation), ou de l’« Humanité du dehors » que j’ai exposé dans un article publié sur le site Vertical-Project, intitulé « Le programme Black World et la fondation d’Elysium », consultable à l’adresse suivante ICI.

Pour Elon Musk, fondateur et patron de Space-X, l’accident du 1er septembre est un nouveau sérieux revers pour la jeune société spécialisée dans les lanceurs de satellites et les vaisseaux spatiaux. Cet accident s’est produit quinze mois après une première explosion d’une fusée Falcon9 peu après son décollage de Floride lors du lancement de sa capsule Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS) pour une mission d’approvisionnement.
 
.b) La destruction de Space-X est d’origine extraterrestre.

Tous les éléments que j’ai rassemblé dans cet article tendent vers la thèse de l’intervention d’une intelligence étrangère c’est-à-dire extraterrestre. Il suffit de repasser le film au ralenti pour s’apercevoir que l’engin qui traverse l’espace du pas de tir à la vitesse de 2830 km/h ne peut être qu’un ovni, hypothèse qui, au passage, a même été évoquée par la Nasa. 

Deuxième question :  Comment ?

C’est sans doute la question à laquelle il est le plus difficile de répondre. Si c’est un ovni qui est impliqué, il est possible de spéculer à l’infini sur la nature de la technologie utilisée. Ce qui est certain en tout cas c’est que les ovnis sont capables d’intervenir à distance sans que nous sachions comment ils opèrent. De nombreux cas dûment enquêtés montrent que les ovnis peuvent bloquer à distance les commandes d’un avion de chasse (affaire de Téhéran en 1976) ou les dispositifs de mise à feu de plusieurs ogives nucléaires (Incident de Malmstrom Air Force Base en 1967). Nous savons aussi que les ovnis sont capables de paralyser des humains à distance (affaire de Valensole en 1965). Détruire à distance un satellite ne doit donc pas leur poser de problème majeur. C’est sans doute pour eux une manœuvre banale.
 
Troisième question : Pourquoi ?

C’est pour moi la question la plus intéressante en raison de ses implications. Si un ovni détruit un satellite sur son pas de tir c’est qu’il a de très bonnes raisons pour le faire. Pour moi, il existe deux raisons principales pour justifier une telle attaque :

.a) Le satellite était une arme destinée à combattre les extraterrestres.

.b) Le satellite était une arme redoutable, de même niveau que l’arme nucléaire, destinée à détruire des humains. Dans ce second cas l’intelligence qui pilote les ovnis cherchait à nous protéger de nous-mêmes en détruisant le satellite.

J’avoue que c’est difficile de trancher entre les deux mobiles de l’agression. Ma préférence va cependant à la seconde hypothèse car ce n’est pas la première fois qu’un ovni paralyse ou détruit nos systèmes d’armement. Nous savons que toutes les bases militaires américaines qui abritent des missiles porteurs d’ogives nucléaires ont été visitées par des ovnis, et dans certains cas, ces ogives ont été désactivées (Incident de Malmstrom Air Force Base en 1967). Cela signifie que nos programmes militaires sont étroitement surveillés, que l’intelligence qui pilote les ovnis sait parfaitement quels types d’armes nous développons et où se trouvent ces armes. Il semblerait que cette intelligence oriente à sa façon le destin de notre civilisation et nous indique que nous faisons fausse route en voulant poursuivre notre course insensée aux armements.       

Daniel Robin du Collectif Vertical-Project

voyantissime