Des astronautes d’Appolo 10 stupéfaits par un son étrange


La Nasa a diffusée publiquement l’enregistrement d’"une musique bizarre" entendue par l’équipage d’Apollo 10 en mai 1969 lors de leur survol de la face cachée de la Lune sans aucun contact radio avec la Terre.
 
Les trois astronautes, Thomas Stafford, le commandant, John Young, pilote du module de commande et Eugene Cernan, pilote du module lunaire, effectuaient le vol de répétition générale avant le premier alunissage le 21 juillet 1969 lors de la mission Apollo 11, qui fit de Neil Armstrong le premier homme à poser le pied sur le sol lunaire.
 
Le cas de ces sifflements a été présenté dimanche soir sur la chaîne câblée Discovery dans le cadre de sa série intitulée « Les dossiers inexpliqués de la Nasa ».



Ces sons ont duré quasiment une heure. Ils ont été enregistrés et transmis au centre de contrôle à Houston (Texas, sud des États-Unis) où ils ont été transcrits et archivés. La bande sonore a refait surface en 2008 et pu être entendue par le public seulement maintenant.
 
« Vous entendez ça ? ce sifflement... », déclare Eugen Cernan sur l’enregistrement. « C’est vraiment une musique bizarre », ajoute-t-il alors que leur vaisseau survole la face cachée de la Lune à 1.500 mètres d’altitude, coupé de tout contact radio avec la Terre.
 
Les trois astronautes ont jugé le phénomène tellement étrange qu’ils ont débattu du fait de savoir s’ils devaient ou pas le signaler au centre de contrôle à leurs supérieurs, de crainte de ne pas être pris au sérieux et de compromettre leurs chances d’effectuer de futurs vols, selon l’émission de Discovery.





Aussi bizarres que puissent avoir été ces sons, ils n’ont pas une origine extra-terrestre, insiste la Nasa.
 
Un ingénieur de l'agence spatiale, interviewé dans le cadre de cette émission, a expliqué que « les radios dans les deux vaisseaux, le module lunaire et le module de commandement, (qui étaient alors attachés, ndlr) créaient des interférences entre elles ».
 
Cette explication est mise en doute par l’astronaute Al Worden, commandant du module de commande de la mission Apollo 15. Intervenant dans cette même émission, il déclare que la « logique me dit que si quelque chose a été enregistré là-bas, il devait y avoir quelque chose ».