Dernières révélations-chocs du hacker McKinnon

ovnis mckinnon

Gary McKinnon, connu pour avoir peut-être réalisé l’un des plus grands piratages informatiques de tous les temps, vient d’offrir à la chaine RichPlanet TV une intéressante interview, livrant des informations extrêmement troublantes.
 
Il évoque notamment ses découvertes approfondies dans les ordinateurs de La NASA au sujet des "aliens".
 
Le piratage se serait produit entre février 2001 et mars 2002, au cours duquel il aurait trouvé un document intitulé « officiers non terrestres ».
 
Restons néanmoins toujours prudents face à d’aussi grandes révélations.
 
Rappelons, tout d’abord, que la police britannique a arrêté il y a douze ans, le 19 mars 2002, Gary McKinnon, après avoir piraté les ordinateurs de l’armée américaine et de La Nasa sur une période de 13 mois, provoquant le chaos au sein de leurs services informatiques. Il aurait supprimé le journal des relevés relatif à des stocks d'armes, munitions et concernant les livraisons d'approvisionnement de la flotte marine américaine.

Le génie de l'informatique, diagnostiqué comme autistique par les grands experts, avait entrepris "le plus grand piratage militaire de tous les temps", avait déclaré à l’époque un procureur américain.


McKinnon avait piraté 97 ordinateurs depuis la maison de la tante de sa petite amie en utilisant le pseudonyme «Solo».
 
Il supprima des fichiers en éteignant les ordinateurs militaires situés dans le district de Washington et en affichant dessus le message « Votre sécurité, c’est de la merde. »
 
McKinnon, né en 1966 en Écosse, a affirmé qu'il était à la recherche d'éléments de preuve que le gouvernement américain possédait sur les extraterrestres.
 
Pendant des années, il a combattu contre son extradition vers les États-Unis où une peine d’emprisonnement de dix ans l’attendait.
 
Heureusement pour lui, en octobre 2012, la ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni, Theresa May, a définitivement bloqué son extradition, suscitant des critiques de la part des autorités américaines qui évoquent une perte de 700 000 $.


Pour en revenir aux dernières affirmations de McKinnon durant son interview accordée à la chaine RichPlanet TV, il fit plusieurs grandes déclarations :
 
Il déclare ouvertement avoir trouvé des preuves confidentielles de l’existence d’une base secrète dans l'espace, ainsi qu’un tableur de la marine américaine (US Navy) intitulée "agents non terrestres". Il avoue néanmoins que ces termes « peuvent être interprétés de diverses manières » et notamment désigner "la marine".

Il aurait décelé 25 rangées sur le tableur Excel avec les rangs des officiers et des noms. Et que les vaisseaux avaient le préfixe "USS" ainsi que les navires de mer américains. Il évoque aussi des preuves de « transfert de matériel entre les vaisseaux », dont il suppose le nombre entre huit et dix.
 
Il évoqua sa difficulté à pouvoir réalisé, à un moment donné de son hacling, une capture d’écran d’une image de cylindre volant et qui est restée bloquée dans le presse-papier de l’ordinateur.
 
McKinnon considère qu’il s’agit de preuves que les États-Unis possèdent des vaisseaux de guerre dans l’espace, et que la volonté de l’administration Bush de l’extrader prouvait que le hacker avait réalisé de sérieuses découvertes, offrant d’autant plus de crédit à ses affirmations.