Découverte de microbes dans un lac d'asphalte relance l'espoir d'une vie ET

Publié le 08/08/2014


Les scientifiques ont découvert des micro-organismes vivant dans un lac d'asphalte géant sur Terre, suggérant que la vie pourrait exister dans des environnements similaires et par conséquent dans d’autres planètes.
 
La recherche en exobiologie dans le domaine des environnements extrêmes, sur les espèces appelées extrémophiles, permet d'améliorer la compréhension de ces types d’environnements dans lesquelles la vie est susceptible d’évoluer.

(Crédit photo: Christine et David Schmitt)

Les chercheurs ont récemment étudié « Pitch Lake » sur l'île antillaise de Trinidad, qui se trouve être le plus grand lac naturel d'asphalte au monde.
 
Les scientifiques ont considéré que l’huile présente dans ce lac était trop toxique pour soutenir la vie.
 
Mais, comme LiveScience explique : « Les scientifiques ont découvert des microbes actifs au sein de Pitch Lake, précisément à l'intérieur des gouttelettes d'eau aussi petites qu’un microlitre… »
Lac terrain. (Crédit photo: Rainer Meckenstock)

Dirk Schulze-Makuch, exobiologue et co-auteur de cette étude récente, explique : « Chacune de ces gouttelettes d'eau contient en fait un mini-écosystème. »
 
Rainer Meckenstock, auteur principal de l'étude, estime que, « Les microbes étaient enfermés dans des gouttelettes présentes dans le sous-sol profond et ont pu remonter avec l'huile. Cette découverte est potentiellement de bon augure pour espérer trouver des traces de vie sur la lune de Saturne, Titan.

Schulze-Makuch explique que Titan posséderait des lacs d'hydrocarbures à sa surface.

LiveScience explique que « le mélange d’eau-ammoniac peut remonter jusqu'à la surface de Titan, tout comme l'eau se trouvant sous forme de gouttelettes à l’intérieur de Pitch Lake.

Une illustration d'un lac sur Titan. (Crédit: Ron Miller)

Schulze-Makuch estime d’après une étude réalisée que la Voie lactée regroupe une centaine de millions de planètes qui pourraient soutenir une vie extraterrestre complexe, et pas simplement microbienne.
 
Les résultats de ces recherches sont apparus dans l’édition du 8 aout de la revue « Science ».

Source : Openminds.tv et Traduction par Ovnis-Direct