Décès du Contre Amiral Gilles PINON

e contre-amiral Gilles Pinon est décédé le jeudi 11 juin 2009 d’une crise cardiaque. Présent lors des Rencontres Européennes de Châlons-en-Champagne (2005), habitué des Repas ufologiques, il avait écrit une lettre ouverte au Président de la République afin d’obtenir une sorte de « levée du secret » en ce qui concerne le phénomène ovni et sensibiliser la classe politique à ce sujet. Il pensait que c’était au pouvoir politique, qui dispose des moyens financiers et techniques nécessaires, de lancer une recherche scientifique sérieuse sur les ovnis. Gilles Pinon était diplômé de l’Ecole navale et de l’Ecole nationale supérieure des techniques avancées. Auteur de « Fatima, un ovni pas comme les autres ? », Il avait participé au mois de mai 2009 à l’émission de télévision de la chaîne Direct 8, et y avait fait une intervention remarquée.
 
C’est après un temps minimum de recul que nous pouvons nous rendre compte du vide laissé par la disparition de Gilles Pinon.
Une voix s’est tue. La parole d’un homme de conviction s’est éteinte.

L’annonce de son décès nous a tous profondément touché. Avec lui, nous perdons un être d’une grande stature intellectuelle qui a mené une réflexion novatrice et rigoureuse sur la signification du phénomène ovni.

Personnellement, j’ai été attristé par son « départ » parce qu’il m’avait accordé, avec la gentillesse qui le caractérisait, le privilège de rédiger les préfaces de deux livres que j’avais publié sur les ovnis (Ovni, le mystère subsiste, et Ovnis, du secret officiel aux limites de la science). Nous avions aussi longuement discuté ensemble aux Rencontres Européennes de Châlons-en-Champagne en octobre 2005.

Après la lecture du seul livre de Gilles Pinon sur les ovnis intitulé, « Fatima, un ovni pas comme les autres ? », j’ai tout de suite partagé son interprétation du phénomène ovni et ses conclusions quant à son origine. J’ai le souvenir d’avoir été impressionné par cet ouvrage remarquable d’une totale originalité. Il ne fait aucun doute qu’il restera comme un des moments clés de la littérature ufologique. Il mériterait, d’ailleurs, d’être rééditer et largement diffusé. Avis aux éditeurs. Nous aurions aimé que Gilles Pinon écrive d’autres livres qui, nous n’en doutons pas, auraient eu la hauteur de vue et la même rigueur de pensée. Malheureusement, il est parti trop tôt.