De nouvelles études soutiennent la possibilité de vie marine sur Encelade


Publié le 12/03/2015

La sonde Cassini de la NASA a repéré il y a dix ans des geysers sur la surface de la lune de Saturne, Enceladus.
 
La découverte de microscopiques poussières de roche près de la planète Saturne implique qu'il existe une activité hydrothermale au sein de sa lune Enceladus, ouvrant la possibilité qu'elle puisse abriter la vie, selon une étude menée par l'Université américaine Boulder.
 
Cette nouvelle étude laisse supposer que des sources d’eau chaude se retrouvent sous la surface glacée d’un petit satellite de la planète Saturne.
 
Cela ferait du satellite Enceladus la seule autre entité dans le système solaire à part la Terre où l’eau chaude et les pierres interagissent sous terre.
 
Cette activité ferait de la lune de Saturne un endroit encore plus attrayant dans la recherche de vie microbienne. Sur Terre, les scientifiques ont découvert des formes de vie étranges vivant dans les bouches hydrothermales dans les fonds océans où il n’y a pas de rayons de soleil.
 


Sean Hsu, chercheur du laboratoire de physique atmosphérique et spatiale de l'université de Boulder, déclare : « C'est très excitant d'avoir pu utiliser ces poussières de roche, éjectées dans l'espace par des geysers, pour en apprendre plus sur les conditions sur et sous le fond de l'océan d'une lune glacée ».

Vue d'artiste de Cassini en orbite autour de Saturne. (Crédit: NASA)


Les poussières de roche, riches en silicium, indiquent que cette lune glacée abrite une activité hydrothermale, se manifestant par des infiltrations d'eau de mer qui, en réagissant au contact de la croûte rocheuse, émettent une solution chaude chargée en minéraux.