De l’énorme cratère découvert en Sibérie au triangle des Bermudes


Publié le 18/11/2014


Un gigantesque gouffre a été découvert dans le nord de la Sibérie, dans la péninsule de Yamal.
 
Début de juillet, les techniciens de pétrole et de gaz ont découvert le gouffre alors qu'il survolait la toundra à bord d’un hélicoptère. Sachant que deux phénoménes de ce type ont fait leur apparition dans le nord de la Russie, suscitant la profonde curiosité des chercheurs.
 
Certains parmi eux ont pensé que cela pouvait être causé par des hydrates de gaz, prétendument aussi à l’origine du Triangle des Bermudes.

(Photo: Vladimir Pushkarev / Centre russe de l'exploration de l'Arctique)

Le média sciencetimes rappelle que la théorie des trous géants causés par l'exploration de combustibles fossiles semble probable, sachant que l'un d'entre eux est situé à seulement 25 miles d’une réserve de gaz naturel.

D’autres théories évoquent des météorites, missiles, ou même un ovni.
 
Comment, à partir la simple constatation d’un immense trou, peut-on en arriver à la conclusion qu’un ovni puisse en être à l’origine ?



Dans l’espoir de découvrir ce qui se cache derrière le phénomène, une équipe de chercheurs de l'Institut Trofimuk, accompagné par un médecin et un alpiniste professionnel, ont entrepri une mission de descente vers la base de l'énorme cratère. Espérant de révéler que des particules de météorites ou hydrates de gaz puissent être trouvés, l'équipe suppose que l'aspect étrange de trois de ces dolines est probablement explicable par un phénomène scientifique similaire.
 
« Il existe une théorie selon laquelle les incidents répertoriés dans le Triangle des Bermudes résultaient de réactions d’hydrates de gaz » selon le chercheur de l'Institut Trofimuk, Igor Yeltsov.

Carte du Triangle des Bermudes. Crédits DR

Dans le fond de l'Atlantique, dans la région des Bahamas, de la Floride et des îles Bermudes, sont concentrées d'énormes quantités d'hydrates de gaz, d'après Anatoli Nesterov, directeur adjoint de l'Institut de la cryosphère de la Terre, dépendant de la Section sibérienne de l'Académie des sciences russe. Lorsqu'il s'y produit des mouvements de terrain, des fractures tectoniques se forment et des hydrates de gaz commencent à se décomposer.

Ovnis-Direct
Powered by Conduit Mobile


Il se dégage alors de grandes quantités de gaz qui, mélangées à l'eau, en abaissent localement la densité. Si un navire entre dans ce milieu, poursuit le chercheur, il rencontre des eaux où la poussée d'Archimède est bien plus faible... et il coule. Le même effet destructeur survient lorsqu'un avion est pris dans un nuage de méthane, formé par le dégagement de ce gaz dans l'atmosphère. La portance des ailes est brutalement réduite et l'avion chute.
 
Cette hypothèse, convient Anatoli Nesterov, n'est pas prouvée scientifiquement. Mais la présence d'amas d'hydrates de gaz dans les eaux de l'Atlantique a été confirmée lors du programme américain de forage à de grandes profondeurs réalisé au milieu des années 1980.