Coupable idéal pour les mystérieux incendies de Caronia

Enquête réalisée par Nagib KARY et Sebastiano PERNICE.


Publié le 12/04/2015

"Nous avons peur", ont déclaré les habitants du village de Canneto di Caronia en Sicile, décrivant depuis le mois de mars 2004 que des matelas et téléviseurs non raccordés au réseau prenaient feu dans leur maison sans raison apparente.
 
Les politiques et scientifiques qui ont enquêté sur ce dossier hors norme ont été bouleversés par les plus de 300 incidents recensés et par la gravité des faits inexpliqués.
 
Le haut degré d’étrangeté des cas analysés a mené à des théories extrêmement troublantes (intervention extraterrestre ou diabolique, pyrokinésie, phénomène naturel,…)

Conjointement, les scientifiques, ingénieurs en électricité et militaires se sont évertués à examiner les causes, sans que personne ne puisse trouver aucune explication plausible.
 
Selon le journal britannique « The Telegraph », un scientifique a été étonné de découvrir « qu’un câble électrique débranché avait pris feu. ». Selon eux, l'enquête a coûté 1 million de dollars et a même compté, parmi la dizaine d'experts, un scientifique de la NASA.

Après les incendies de 2004, la Défense civile avait mis en place un groupe interinstitutionnel chargé d’étudier ces anomalies étranges, l’année suivante et jusqu’en 2007.
 
À n’importe quel moment du jour où de la nuit, des machines à laver prenaient feu, ainsi que des téléviseurs, des téléphones, des lits, des armoires, des poubelles... Tous situés sur la même rue de la Via del Mare. L’un des citoyens, Paul Pizzuto, a même découvert des brûlures d’origine inexpliquée sur sa jambe.
 
À l’époque, la compagnie d'électricité avait été contrainte de couper l'alimentation électrique du village afin de stopper les incendies qui, malgré tout, persistaient.

Quel dénouement ?
 
Le matin du 20 octobre 2014, la police a officiellement inculpé Giuseppe Pezzino, âgé de 25 ans, pour incendie volontaire de meubles dans le but d’obtenir une indemnisation. Mais es-ce crédible ?


Ce jeune homme, âgé de 15 ans en 2004 (dont le père, Nino Pezzino, président du comité des citoyens du village), a expliqué que sa volonté d’incendier sa maison était due à la chute de l’immobilier dans le secteur (du fait des nombreux incendies qui se sont précédés), espérant faire valoir l’assurance.
 
Les médias italiens ont annoncé officiellement le 5 avril 2015 la mise en examen de Giuseppe Pezzino et son père Nino.
 
Ils ont été accusés de tentative de fraude et responsables des incendies de Caronia.
 
Le jeune homme se trouve actuellement en résidence surveillée.
 
Selon les conclusions de l'enquête de la police, Giuseppe Pezzino serait l'auteur de certains cas de combustion à  Caronia en 2014. Quant au père, il serait le complice du jeune homme.
 
Comme l'explique le média Gazzettadelsud, Giuseppe Pezzino aurait utilisé une imprimante LaserJet, qui jusqu'à présent n'a pas été trouvée, pour enflammer les objets à distance. Qui croirait à une telle explication concernant les faits en date de l’année 2004 ?
 
Cela supposerait qu’un enfant agé de 15 ans en 2004 aurait provoqué plus de 300 incidents, dont des combustions spontanées de matelas et téléviseurs non raccordés au réseau… sous les ordres de son père ? Quel en serait le réel intérêt ? Comment aurait-il pu ne pas se faire repéré, à l'époque, par l'ensemble des caméras disposaient aux alentours de la ville par l'armée ?


Calogero Beringheli, le maire de Caronia, a déclaré l’année dernière être « convaincu de l’innocence de Pezzino », considéré aujourd’hui comme le parfait bouc-émissaire.
 
Il ajoute : « Les objets prenaient feu de manière inexpliquée, et souvent assimilée à des phénomènes d’autocombustion. Des représentants des organismes d'application de la loi et des journalistes de la télévision nationale étaient témoins de cela. Un comité technique se réunira sous peu à Rome et qui je l’espère, étudiera ces phénomènes qui se répètent souvent et qui ne sont guère attribuables à un quelconque pyromane. Je souhaite que les institutions aillent de l'avant ».



Ce nouveau groupe de travail (qui fait suite à de nombreuses autres études sur le sujet) s’est réuni le 24 octobre 2014, sous l’égide du maire Calogero Beringheli. Les experts se sont fixé jusqu’au 31 décembre pour fournir leur rapport.
 
Cette commission était composée de quatre fonctionnaires du ministère de l'Environnement, deux inspecteurs du ministère de la Défense, deux de l'Intérieur et Silvano Meroi du Département de la protection civile, qui a coordonné la première réunion à la Direction de la Protection civile de Rome fin octobre 2014.
 
Parmi les experts, on notait la présence de Patrick Livreri, chercheur au Département de génie électrique à l'Université de Palerme, le professeur Nicola Casagli du Département des sciences de la Terre de l’Université de Florence ainsi que le physicien spécialisé en énergie nucléaire, Marzio Mangialajo. Ce dernier s’est toujours montré très critique quant aux résultats des enquêtes menées depuis 2005, défendant ouvertement la théorie des trous positifs de Friedmann Freund.
 
Freund avait prétendu que les lumières souvent soupçonnées d'être des ovnis ou des explosions de transformateurs, et observées juste avant des tremblements de terre étaient des EQLS, abréviation de « feux de tremblement de terre. »
 
Ils seraient causés par des porteurs de charge de trous positifs qui modifient les roches de manière momentanée en semi-conducteurs de type-p 4 5.

Ovnis-Direct
Powered by Conduit Mobile

 
Quant aux origines des incidents de Canneto, elles se trouveraient, selon Marzio Mangialajo, dans les  profondeurs de la mer. Les roches seraient compressées et les charges positives se disperseraient dans toutes les directions.
 
Les incendies seraient donc produits par l'accumulation de trous positifs dans les murs ainsi que les planchers des maisons et les feux constatés seraient dus à leur présence, accentuée par la proximité du chemin de fer.
 
À noter que si la décharge électrique est supérieure à un certain seuil d'intensité, cela provoque la combustion des matériaux combustibles aux alentours.

Malgré toutes les hypothèses avancées pour expliquer les inquiétants phénomènes qui « hantent » la petite ville de Canneto di Caronia en Sicile, le mystère reste entier pour une majorité de gens.




Découvrez l'Historique des Faits ICI