Hypothèse de la civilisation cachée


Selon cette hypothèse, il existerait sur terre une ancienne civilisation qui cohabiterait depuis toujours avec les civilisations propres à l'espèce humaine. 

Cette antique civilisation serait, d'après les théories qui circulent à son sujet, plus évoluée que nous non seulement d'un point de vue technologique, mais aussi d'un point de vue psychique et spirituel.
Reprenant l'idée que les apparitions d'ovnis seraient bien antérieures à celles qui ont défrayé la chronique à la fin des années quarante, cette hypothèse tente de démontrer que l'origine des ovnis est purement terrestre.
Rejetant l'HET telle que nous l'avons développé à l'hypothèse n° 9, la théorie de la civilisation cachée est une hypothèse originale qui prétend s'appuyer sur des preuves tangibles (objectives) et des  preuves indirectes telles que les traditions, les légendes, les mythes, et les textes religieux. 

Un des arguments avancés pour l'étayer est basé sur la découverte de nombreux vestiges archéologiques plaidant en faveur de l'existence d'une civilisation très ancienne possédant un degré d'évolution relativement élevé.
Ces vestiges, disséminés un peu partout sur l'ensemble du globe, suggèrent que cette civilisation maîtrisait, et maîtriserait encore aujourd'hui, une technologie différente et même, dans certains domaines, supérieurs à notre technologie moderne.
Qu'il s'agisse de la légende de l'Atlantide, du vaste continent englouti de Mû, des pyramides d'Egypte, dont l'ancienneté est encore controversée, de la découverte récente d'immenses pyramides en Chine, comme celle de Xian situé dans la région de Qin Ling Shan et haute de 300 mètres, des structures sous-marines découvertes au large des côtes nippones par 22 mètres de fond, de la cité bolivienne de Tiahuanaco où se trouve la fameuse “Porte du Soleil”, des mystérieuses pistes de Nazca, ou encore des incompréhensibles alignements de mégalithes ( mot qui signifie “ grande pierre ”, et qui sont représentés par les menhirs, cromlechs, et dolmens ), toutes ces traces matérielles de civilisations anciennes, et de nombreuses autres que nous n'avons pas cité, alimentent la croyance selon laquelle des représentants de ces civilisations auraient pu survivre à leur anéantissement.
Les survivants devaient sûrement être des membres de l'élite et selon toute vraisemblance ils détenaient des connaissances étendues dans de nombreux domaines comme l'architecture, l'agriculture, l'écriture, la métallurgie, l'astronomie, les mathématiques, etc..
Peut-être possédaient-ils aussi des pouvoirs psychiques (télépathie, clairvoyance, lévitation, etc.), et une sagesse très élevée ? En fait, la question qui se pose et celle de savoir si les pilotes des ovnis sont les survivants des peuples d'anciennes civilisations dont nous pouvons encore aujourd'hui étudier les vestiges, ou si au contraire, ces anciennes et brillantes civilisations qui se sont succédé tout au long de l'histoire humaine n'auraient pas été directement inspirées par une seule et même civilisation demeurée jusqu'à présent cachée et inaccessible.
Il est pour l'instant difficile de trancher pour l'une ou l'autre de ces alternatives. Il y a cependant des théories qui prétendent qu'il existerait des êtres ressemblant à des humains qui peupleraient depuis des millénaires de vastes galeries souterraines.
Curieusement, dans de nombreuses observations d'ovnis posés au sol, se sont des créatures ressemblant à des hommes qui ont été identifiés comme étant les pilotes de ces engins.
Le type nordique du grand blond aux yeux bleus, par exemple, revient relativement souvent dans ces témoignages. De là à penser que les occupants des ovnis sont des terriens, il n'y a qu'un pas que certains chercheurs n'ont pas hésité à franchir. Ces théories soutenant l'existence d'une race vivant sous terre sont prisent très au sérieux dans les milieux ésotériques.
Ainsi, en 1873 paraissait un roman étrange intitulé “ The coming race ”, en français : “ La race à venir... celle qui nous exterminera ”. L'ouvrage, qui fut toujours considéré comme une pure fiction, mais qui est sûrement une oeuvre à clés, décrit une civilisation très évoluée dissimulée dans les entrailles de la Terre et qui un jour remontera à la surface pour nous exterminer.
Dotés de pouvoirs matériels et psychiques très supérieurs aux nôtres, les représentants de cette civilisation détiendraient aussi le secret du “ Vril ”, une sorte de fluide situé entre l'énergie vitale et l'électricité, capable de réduire en cendre et à distance des villes comme Londres ou New-York. L'auteur de cette fiction était George Earle Bulwer, Lord Lytton (1803 - 1873), ministre des Colonies de la reine Victoria, mais aussi membre actif de sociétés secrètes très fermées comme la Societas Rosicruciana in Anglia (SRIA), et plus tard de la Golden Dawn in Outer ( Ordre Hermétique de l'Aube d'Or à l'Extérieur ). La Golden Dawn comptait parmi ses membres des représentants de l'élite intellectuelle de l'époque, par exemple le poète irlandais Yeats, prix Nobel de littérature, le romancier Brahm Stocker, auteur de Dracula, et l'écrivain Arthur Machen à qui l'on doit “ Le Grand Dieu Pan ”.
D'autres auteurs envisagent même l'existence d'un monarque universel, le mystérieux Roi du monde, habitant le royaume d'Agarttha, dont la capitale (Shamballah) est généralement localisée dans le désert de Gobi (surnommé “la mer de sable” par les chinois ). C'est avec la parution en 1924 de l'ouvrage intitulé “ Bête, hommes et Dieux ” de Ferdinand Ossendowsky, que la légende du monarque universel va sortir des limbes de la spéculation pour s'affirmer comme une réalité presque tangible.
N'oublions pas, en effet, que le livre de Ferdinand Ossendowsky est une relation détaillée et réaliste du périple qu'il fit en 1920 et 1921 à travers l'Asie centrale après avoir fui le régime bolchévique. Ce fascinant récit est ce que de nos jour on pourrait appeler un “ reportage ” où sont décrites de la façon la plus concrète qui soit les aventures et les rencontres de l'auteur. Voici, par exemple, comment un lama qui accompagnait Ossendowsky dans son voyage décrit le fabuleux royaume d'Agarttha : “ la science s'y est développée dans la tranquillité, rien n'y est menacé de destruction. Le peuple souterrain a atteint le plus haut niveau de savoir. Maintenant c'est un grand royaume, comptant des millions de sujets sur lequel règne le Roi du Monde. Ce Roi connaît toutes les forces de la nature, il lit dans toutes les âmes humaines et dans le grand livre de la destinée. Invisible, il règne sur huit cents millions d'hommes qui sont prêts à exécuter ses ordres. “
Un autre personnage, appelé le prince Choultoun Beyli, poursuit l'évocation du royaume souterrain en ces termes : “ l'Agarttha s'étend à travers tous les passages souterrains du monde entier. Toutes les cavernes souterraines de l'Amérique sont habitées par le peuple ancien qui disparut sous terre.”
Enfin, le lama Turgut confiera a Ossendowsky : “ La capitale de l'Agarttha est entourée de villes où habitent des grands prêtres et des savants. Si notre folle humanité commençait la guerre contre ce royaume, il serait capable de faire sauter la surface de notre planète et de la transformer en désert. Les habitants de l'Agarttha ont le pouvoir de dessécher les mers, de changer les continents en océans et de répandre les montagnes parmi les sables du désert. A leur commandement les arbres, les herbes et les buissons se mettent à pousser. Les hommes vieux et faibles deviennent jeunes et vigoureux, et les morts ressuscitent. Dans d'étranges chariots, inconnus de nous, ils franchissent à toute vitesse les étroits couloirs à l'intérieur de notre planète. Quelques brahmanes de l'Inde et des Dalaï Lamas du Tibet ayant réussi à gravir des pics montagneux où nul autre pied humain ne s'est jamais posé, y ont trouvé des inscriptions taillées dans le roc, des traces de pas dans la neige et des marques laissées par des roues de voitures. ”
Les allusions à “ d'étranges chariots ”, et à des traces laissées dans la neige par des “ roues de voitures ”, retrouvées dans des endroits parfaitement inaccessibles, ne pourraient-elles pas évoquer des engins volants inconnus, autrement dit des ovnis ? 

Sans aller jusqu'à envisager que la Terre est creuse comme un ballon, ainsi que le croyait les théoriciens du nazisme, il est possible d'imaginer que nos sous-sols cachent peut-être de vastes cavités aménagées dans lesquelles pourraient vivre quelques centaines, voire même quelques milliers d'individus. Le nombre de plusieurs millions d'individus donné pour la population de l'Agarttha me paraît excessif. D'un point de vue strictement géologique cette hypothèse n'est pas invraisemblable, mais est-il biologiquement concevable de vivre sous terre pendant de longues périodes de temps, c'est-à-dire pendant des centaines voire des milliers d'années ? Peut-être que oui, à condition de disposer de moyens matériels considérables et d'une technologie capable de fournir de l'énergie en quantité importante (ne serait-ce, par exemple, que pour produire de la lumière artificielle) pendant une durée indéfinie.
En fait, il ne s'agirait pas vraiment d'une civilisation souterraine avec tout ce que cela suppose comme infrastructures de transport des marchandises de l'énergie et des individus, de bâtiments, de dépôts, de machines, de traitement des déchets, etc., mais plus modestement d'une communauté réduite d'individus qui aurait à sa disposition une technologie propre et performante. 

L'avantage de l'hypothèse de la civilisation cachée est qu'elle permet de trouver une solution plausible à au moins trois problèmes liés à l'HET exposée ci-dessus : 

1) la question des voyages interstellaires qui pour l'instant n'a pas encore trouvé de réponse satisfaisante en raison des distances énormes qui séparent les étoiles. Certains scientifiques estiment, en effet, que les distances sont si considérables entre les étoiles qu'elles rendent les déplacements physiques dans l'univers très improbable. Si les ovnis viennent de la Terre, le problème des voyages interstellaires ne se pose plus. 

2) Cette hypothèse pourrait rendre compte de la fréquence très élevée des apparitions d'ovnis sur toute la surface de notre globe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette fréquence semble en effet incompatible avec l'intervention de véhicules extraterrestres dans notre environnement comme le souligne très justement Jacques Vallée. 

3) Elle irait dans le sens des hypothèses avancées par des scientifiques contemporains pour expliquer le déplacement et les performances des ovnis, par exemple la théorie de la magnétohydrodynamique (MHD) mise au point par le physicien Jean-Pierre Petit, et qui relève de la mécanique des fluides. La théorie proposée par Jean-Pierre Petit suppose que le système de propulsion des ovnis ne peut fonctionner que dans un milieu fluide ( air et eau ), et serait totalement inopérant dans le vide interstellaire. S'ils ont été étudiés pour évoluer uniquement dans un milieu fluide, cela signifie peut-être que les ovnis ont été fabriqués sur Terre. 

Deux objections peuvent cependant être avancées pour invalider l'hypothèse de la civilisation cachée

1) Elle explique mal les observations d'ovnis de très grandes dimensions, qui peuvent atteindre parfois plusieurs centaines de mètre de longueur ou d'envergure. On est en droit de penser que ces ovnis sont peut-être de vrais vaisseaux spatiaux utilisés par des extraterrestres pour franchir les immensités interstellaires. De plus, la taille impressionnante de ces structures volantes ne serait pas la meilleure solution pour des déplacements courts et discrets dans notre atmosphère terrestre. 

2) Est-il possible que cette civilisation souterraine, aussi discrète soit-elle, n'ait pas encore été découverte grâce à nos moyens modernes de détection ? Il est en effet peu probable qu'une forme de civilisation parallèle ait pu rester cachée jusqu'à ces dernières années compte tenu des techniques d'observation et de détection que nous ne cessons de développer. Nous disposons de suffisamment de satellites, de radars militaires, et d'avions qui survolent en permanence toutes les régions du globe, pour que toutes traces et manifestations d'une technologie étrangère ne puissent pas passer inaperçues. A moins qu'elle ait déjà été repérée et que les informations à son sujet ne soient pas divulguées. 

Enfin, nous signalons à titre de pure curiosité la surprenante théorie de John A.Wheeler, l'éminent physicien qui collabora avec Niels bohr à l'élaboration de la théorie de la fission nucléaire et qui fut l'inventeur de la géométrodynamique. D'après Wheeler, la Terre a pu se former à partir d'un objet physique étrange qu'il appela géon, et sur lequel se serait déposée au fil du temps de la poussière cosmique. Cette poussière aurait finalement produit la croûte terrestre que nous connaissons. Le géon serait une région de l'espace à courbure intense qui pourrait contenir en son sein un véritable univers, et qui permettrait de communiquer avec d'autres univers. Ce qui veut dire que les ovnis pourraient emprunter le géon pour arriver jusqu'à nous. Mais pour l'instant, le géon de Wheeler relève plus de la science-fiction que de la physique expérimentale.

Source :
lesconfins.com