Cas ufologiques jumeaux


Publié le 13/11/2013

Source : Joel Mesnard du magazine LDLN


Les cas ufologiques jumeaux se caractérisent par la reproduction quasi similaire de mêmes faits ayant impliqué un ovni et se déroulant dans un laps de temps identique ou pouvant être séparés de plusieurs années, comme le montrent les récits suivants.

Les ouvrages Aimé Michel sur la vague de 1954 et celui de Jacques Vallée intitulé « Phénomènes insolites de l’espace » mettent en lumière ce type de cas troublants n'importe qu'elle esprit rationnel.

Exemple de cas jumeaux avec les incroyables similitudes constatées entre les témoignages de Plérin et Landevennec :

CAS DE PLERIN

CAS DE LANDEVENNEC

Le 29 décembre 94 entre 19H et 19h30
Le 20 mai 1974 à 19h
Les témoins sont des automobilistes circulant très près de la mer en Bretagne

Les témoins sont des automobilistes circulant très près de la mer en Bretagne

Ils voient d’abord une lueur assez éloignées
Ils voient d’abord une lueur assez éloignées
Subitement ils se retrouvent face à un ensemble de lumières formant un barrage sur la route
Subitement ils se retrouvent face à un ensemble de lumières formant un barrage sur la route
Des ovales ou losanges ovalisés de 50 à 60 cm alignés
7 à 8 sphères de 40 cm de diamètres alignées
Les témoins font demi-tours affolées
Les témoins font demi-tours affolées
Le passager de la voiture est boulanger
Le conducteur de la voiture est boulanger
Les témoins ressentent une chaleur intense
Signature biochimique sur les fougères ayant induit une chaleur intense et disparition complète de la chlorophylle dans les plantes


Autre exemple de cas le 1er novembre 1954 (qui coincide avec la fin de la vague qui a concerné la France et nord de l'Italie) :

Une italienne, dénommée Rosa Lotti, habitant un village près de Florence, souhaite se rendre à une cérémonie religieuse dans une chapelle et enfile à cette occasion ses plus belles chaussures. Mais craignant de les salir ainsi que ses bas, elle les retire en attendant de se trouver sur le lieu de destination.
 
Elle se trouve donc pieds nus durant le trajet lorsqu’elle aperçoit un ovni en forme de Cône, mesurant deux mètres de haut, et pourvu d'une ouverture en bas de l’objet d'où sortent deux personnages (au physique moins repoussant que les humanoïdes décris habituellement et vêtu d'une sorte de scaphandre) qui lui pique ses bas en tournant autour d’elle.
 
Le cas est apparu dans le Quotidien de la Haute-Loire, le 4 novembre 1954 suite au témoignage du témoin à la gendarmerie de Florence.

Source : Joel Mesnard du magazine LDLN