Janus et les « portes solsticiales »


Ces considérations sur le marquage au sol des deux solstices nous amènent à considérer un autre symbole qui est lié a ces deux « passages » annuels. Il s'agit du symbole de Janus. Janus (janua : qui signifie « porte » en latin) est une divinité romaine qui veillait sur les « ouvertures » et les portes (celles des maisons et celles des villes). Janus a deux visages qui sont habituellement interprétés comme étant le passé et l'avenir. C'est pour cette raison que dans de nombreuses représentations Janus possède à la fois un visage de jeune homme (sans barbe), et un visage de vieillard avec une barbe. Janus est donc un symbole en rapport avec le temps. Janus a aussi pour emblème deux clés. Ces deux clés se rapportent justement aux « portes solsticiales », Janua Coeli (Porte du Ciel) et Janua Inferni (Porte des Enfers), correspondant respectivement au solstice d'hiver et au solstice d'été. Janus est de ce point de vue le « Maître du Temps », car il veille sur ces deux points extrêmes de la course du Soleil dans le cycle annuel. Il est le Janitor qui ouvre et ferme le cycle annuel. Janus était aussi le dieu de l'initiation aux mystères. En tant que porteur des deux clés (l'une d'or et l'autre d'argent), il présidait aux deux principaux types d'initiation : l'initiation aux Grands Mystères, et l'initiation aux Petits Mystères. Pour employer un autre langage équivalent, la clé d'argent (pouvoir Royal) est celle qui ouvre le « Paradis terrestre », et la clé d'or (pouvoir Sacerdotal) et celle qui ouvre le « Paradis céleste ». Force est de constater qu'il existe un rapport très étroit entre les deux portes solsticiales, les deux types d'initiation et les deux « Paradis ». Il faut d'ailleurs remarquer que le symbolisme du cycle zodiacal avec ses deux moitiés ascendantes et descendantes qui ont leurs points de départ respectifs aux deux solstices d'hivers et d'été se trouve très souvent figuré sur les portails des églises chrétiennes du moyen-âge. Nous voyons ici apparaître une autre signification des deux visages de Janus : il est bien le « Maître des deux voies » auxquelles donnent accès les deux portes solsticiales. Pour en revenir à Saint-Sulpice et à son gnomon, il est important de noter qu'elle est la seule église dans tout Paris à posséder un gnomon qui indique avec une grande précision les « portes solsticiales ». Autre fait remarquable, Saint-Sulpice est un édifice religieux dédié aux Anges. Saint-Sulpice abrite en effet une importante chapelle dédiée aux anges qui, selon certains auteurs, tels que Maurice Barrès, s'avérerait être un endroit essentiel pour une mystérieuse « Société Angélique », société secrète qui serait aussi étroitement concernée par le tracé du Méridien de Paris (celui de l'observatoire).

Source :
Daniel Robin, Président de l'Association Ovnis Investigation et du site web Les Confins