Biographie de Saint-Malachie


Arnold de Wyon évoque en 1595 pour la première fois Saint-Malachie dans un ouvrage intitulé « Lignum vitae » (L'Arbre de vie) :

« Saint Malachie, irlandais, évêque de Down. Moine de Bevehor et archevêque d'Armagh, après avoir occupé ce siège plusieurs années, il abdiqua l'archi-épiscopat vers l'an du Seigneur 1137, et, retiré sur le siège de Down, il y demeura jusqu'à la fin de sa vie. Il mourut le 2 novembre 1148 d'après sa vie par Saint Bernard. Il reste, sous les numéros 315, 316, 317, trois lettres à lui adressées par saint Bernard. Lui-même, dit-on, a écrit quelques opuscules dont je n'ai rien vu hormis certaines prophéties des souverains pontifes. Celle-ci, parce qu'elle est courte, qu'elle n'a jamais, que je sache, été imprimée, et que beaucoup désirent la connaître, je la reproduis ici. »

Saint-Malachie s'appelait O'Morgair et naquit en Irlande, pays des oracles mystérieux (dominé par les croyances celtes) dont on a souvent pensait que Malachie tenait certaines de ses prophéties.

Puis il recopia cent onze devises très brèves se terminant par la devise qui annonce l'agonie de Rome et le jugement dernier sous le pontificat de « Pierre le Romain ».

Saint Bernard, ami de Malachie, écrivait : « le don de prophétie ne lui fit pas défaut, ni celui de la révélation, ni la vengeance des impies ».

Malachie avait, de plus, des dons de guérisseur dont avait bénéficié le fils du roi d'Écosse. Il aurait même prédit sa propre mort le 2 novembre 1148.